Marion Sigaut : grandeur et décadence d’une VRP d’Alain Soral

Misère de la fachosphère

paru dans lundimatin#91, le 30 janvier 2017

La semaine dernière, nous publiions un article relatant l’entartage de Marion Sigaut, une historienne proche d’Alain Soral, lors d’une série de conférences dans le Tarn-et-Garonne. Attaquée le 13 janvier en raison de ses accointances avec Egalité et Réconciliation et ses positions d’extrême-droite, elle réagissait en niant tout caractère politique à son travail d’historienne et accusait les entarteurs d’être des « antifas », c’est à dire des fascistes (car c’est celui qui dit qui y est). Drapée dans sa posture de dissidente, elle criait à l’atteinte à la liberté d’expression, avant de remercier chaleureusement les nombreux gendarmes venus sécuriser sa conférence du 14 janvier. Qui est donc Marion Sigaut ? Que dit-elle de si scandaleux pour mériter un tel entartage ? Comment s’est-elle construit cette image de dissidente ? Quel rôle joue-t-elle dans la machine politique d’Alain Soral ? Cette semaine, lundimatin décrypte ses analyses historiques et ses positions politiques, afin de révéler, derrière l’épaisse couche de mousse à raser, le vrai visage de Marion Sigaut. Détartage.

Marion Sigaut est une soixante-huitarde en bonne et due forme – mais comme Soral, son histoire politique est celle d’un passage à droite. Elle a grandi en internat de jeunes filles avant de se retrouver à l’université d’Aix-en-Provence. Elle alors est plutôt de gauche – comme ça se faisait encore à l’époque – et a même rejoint le Mouvement de Libération des Femmes (MLF). A partir de 1971, elle effectue plusieurs voyages en Israël, d’abord dans les kibboutz puis comme militante de la cause palestinienne. Dans les années 80, elle fricote avec les trotskistes au point de se retrouver avec Daniel Gluckstein sur une liste électorale. Peut-être y aurait-elle même croisé Alain Soral lorsqu’il était encore compagnon de route du PCF ?

En 1991, Marion Sigaut publie « Les Deux Cœurs du monde : du Kibboutz à l’Intifada » chez Flammarion. Une fois édité, le livre a rapidement été mis au pilon, par manque d’acheteurs. Elle crie alors à la persécution : le monde de l’édition et la presse conspirent à l’effacer de la scène médiatique. « Quelqu’un aurait-il voulu m’envoyer un signal ? Quelqu’un qui était là non pour corriger des fautes de français, mais autre chose. Quelqu’un qui, à la place d’un correcteur de métier, venait mettre son nez dans mes écrits… ». Comme tous les complotistes, Marion Sigaut a d’abord dû identifier ce complot qui se tramait contre elle-même (seule explication tangible à sa piètre réussite dans les librairies).

A partir de là, elle peut réécrire sa propre histoire comme l’histoire d’une dissidence. Elle écrit des livres d’une qualité douteuse, se fait refuser leur publication et leur publicité, ce qui lui permet de se donner la stature d’une prophétesse révélant les vérités cachées qui remettraient en cause l’ordre établi.

Quand la gauche s’écroule dans les années 1990, elle change son fusil d’épaule et se rapproche de la droite catholique. C’est la pratique de l’histoire qui l’aurait décidé à retourner sa veste. En manque d’un titre universitaire, elle s’inscrit à l’université en 2001 et obtient glorieusement l’équivalent d’un Master 2 en 2005 pour un mémoire sur les enfants de l’Hopital Général. Elle devient ensuite un membre actif du parti Debout la République de Nicolas Dupont-Aignant.

Ce parti ne lui offrant pas une exposition médiatique suffisante, faute d’une maison d’édition pour publier ses livres impubliables, elle le quitte en 2011 pour adhérer à Egalité et Réconciliation après une rencontre avec Soral.

« Il ne le savait pas encore, mais moi j’avais compris que j’avais trouvé celui qui allait m’ouvrir la porte qu’« on » s’obstinait, depuis des décennies, à me tenir fermée. »

Suite à cette rencontre, Marion Sigaut est sortie de l’ombre et reçoit « des flots d’amour ». L’entreprise soralienne « Égalité et Réconciliation » et la maison d’édition Kontre-Kulture l’embauchent, l’éditent et lui permettent enfin d’assouvir son désir de reconnaissance. Elle a alors toute latitude pour déployer une analyse historique que nous avons reconstitué, pour en montrer le comique et les aberrations.

A la recherche du paradis perdu

Le travail historiographique de Marion Sigaut vise essentiellement à construire un concept : celui de « France rurale ». Ses recherches portent principalement sur l’Ancien Régime, et font le récit de la dissolution des communautés rurales idylliques du 18e siècle dans le vaste complot de la Révolution. Racontons l’histoire, puisque c’est d’histoire qu’il s’agit :

— Le point de départ : le pouvoir politique de la monarchie des Bourbons est contrebalancé par le pouvoir spirituel de l’Église catholique romaine. Cet équilibre des pouvoirs abrite des communautés rurales organiques, travailleuses, paisibles, parfaitement organisées. La monarchie défend les faibles contre les forts, l’Église maintient les communautés rurales dans la tranquillité et la bonne moralité.

— L’élément perturbateur : « la bourgeoisie des Lumières », incarnée par des personnages divers (le marchand, le forain, l’intellectuel de salon, le franc-maçon) s’infiltre dans les communautés rurales et propose d’en finir avec cet équilibre harmonieux de la monarchie et de l’Église au nom d’un mystérieux « pouvoir du peuple » dont personne, en dehors de la bourgeoisie, ne veut vraiment. S’ensuivent des insurrections paysannes diverses cherchant à conserver le statu quo, que la bourgeoisie récupère habilement pour les retourner contre l’Ancien Régime.

— Le drame : La France paysanne et catholique meurt sous les coups de boutoirs de la bourgeoisie. L’Église est anéantie par les révolutionnaires. Sans ce garde-fou de la morale, s’ensuit une destruction effrénée des bonnes mœurs françaises prises dans la tourmente d’un capitalisme progressivement mondialisé. A cela s’ajoute l’extermination des Chouans.

— La conclusion : le peuple français (un raccourci pour désigner la paysannerie) n’a jamais voulu faire la Révolution, et c’est cette Révolution, menée par des élites déconnectées du peuple, qui a détruit les communautés rurales de manière impitoyable.

— Epilogue en forme de projet politique (royaliste et catholique intégriste) : il faut restaurer des bonnes mœurs universelles sur la base d’un pouvoir théocratique qui lie indissolublement ordre moral, ordre politique, et ordre économique, de manière à ce que rien ne bouge et que la France se reproduise, éternellement égale à elle-même, conformément à sa nature profonde, immanente, bref, à son identité. La France et son identité sont des entités naturelles qui, comme telles, ont force de loi. On imagine que la monarchie défend les faibles contre les forts, alors que, comme n’importe quelle dynastie ou famille régnante, elle défendait uniquement elle-même, ses possessions et ses intérêts.

Voici, en substance, le propos historiographique de Marion Sigaut. Il y aurait l’Ancien Régime, fondé sur l’identité naturelle de la France (catholique), et ensuite la Révolution, qui détruirait jusqu’aux fondements de cette identité et précipiterait ses porteurs dans la misère et la prolétarisation.

Mais l’Ancien Régime n’était pas fondé sur une quelconque identité française. L’Ancien régime est un Royaume : un Royaume ne se définit pas par l’identité de ses sujets, mais par celle de son souverain. Cette identité est facilement situable : c’est celle, familiale et dynastique, des Bourbons, identité qui n’est pas plus « nationale » que « française ». Les Bourbons ne sont jamais qu’une famille de nobles, et comme tels ils sont plus proches des autres familles régnantes d’Europe que de la paysannerie. Ce qui fait tenir le Royaume de France, comme tout autre royaume, ce n’est évidemment pas une quelconque identité naturelle, mais bien la guerre, le sang et le mariage entre différentes familles de nobles, toutes relativement indifférentes aux soucis du bas peuple.

Pour qu’une entité politique aussi vaste et centralisée que le Royaume de France existe sans le secours de l’identité d’une famille royale, il a fallu inventer un concept qui suppléait à ce manque : ce concept, celui de nation, n’est pas encore réalisé sous l’Ancien Régime. C’est précisément au moment où la cohérence du territoire n’est plus garantie par la cohérence d’une lignée, de son droit du sang et de ses possessions sûres, qu’il faut fabriquer une identité française en remplacement. Puisque c’est l’identité du souverain qui compte, ce n’est que quand le peuple devient souverain que se pose le problème de définir son identité. (Le peuple qui a renversé le roi était une plèbe hétérogène et difficilement définissable...) Autrement dit, la Révolution a certes détruit l’Ancien Régime, mais elle n’a pas détruit la France : elle l’a inventée.

Marion Sigaut a raison au moins sur un point : la Révolution a signé le début de la fin pour les communautés paysannes françaises, progressivement désenclavées, démantelées, détruites, au cours d’un long processus qui couvre tout le 19e siècle et qui culmine dans le sacrifice absurde des masses paysannes lors de la Première Guerre mondiale. Mais cette destruction s’est précisément faite au nom de la France, comme on peut le lire sur n’importe quel monument aux morts. C’est sur l’autel de la France qu’on a sacrifié les communautés paysannes. Comme l’écrit Eugen Weber dans La fin des terroirs, pour nombre de paysans au début de la Troisième République : « Être français signifiait, être gouverné par des administrateurs Français ». La destruction des communautés paysannes menées par ces administrateurs ne s’est pas faite par haine de l’identité française, mais au contraire, pour qu’une telle identité nationale puisse exister.

Pourquoi ? Loin de s’organiser autour d’une identité stable, les campagnes françaises étaient peuplées d’une hétérogénéité dont on peine aujourd’hui à se rendre compte, et qui n’a rien à voir avec l’idyllique homogénéité dépeinte par Marion Sigaut. En 1863 encore, un quart de la population ne parlait pas français. Et jusqu’à la fin du XIX siècle, la plupart le comprenait sans pour autant l’utiliser. L’usage était plutôt de parler des langues régionales : le provençal, le breton, le basque ou encore le flamand, qui elles-même se divisaient en toutes sortes de dialectes. D’une vallée à une autre, d’une montagne à une autre, les mœurs, les traditions, les croyances, les techniques agricoles et les moyens matériels se distinguaient radicalement. Il n’y a donc ni a idéaliser ni à diaboliser les formes de vie paysannes avant la Révolution : il faudrait déjà être capable de les décrire sans les caricaturer par des simplifications et des abstractions. Sans doute y trouvait-on des solidarités appréciables, sans doute aussi de la barbarie, beaucoup de misère, beaucoup de beauté, et surtout, beaucoup de différences de village en village, de pays en pays, de province en province. Rien de stable ni d’immuable, rien de parfait et surtout, rien de « français » au sens très abstrait où Marion Sigaut l’entend aujourd’hui. Cette hétérogénéité était un obstacle à la formation d’un édifice politique rationnel et centralisé – rationalité et centralité exprimée par le concept même de nation. Il a donc fallu la résorber : et de campagne d’extermination en campagne de modernisation, la République a progressivement fabriqué la France, avec le cynisme inhérent à toute entreprise de nationbuilding.

Quant à « l’identité catholique » avant la Révolution, elle est aussi introuvable que « l’identité française » : n’oublions pas que « catholique » veut tout simplement dire « universel ». Il n’y a pas plus d’identité catholique que d’identité universelle : les paysans étaient catholiques, principalement parce que ceux qui étaient protestants avaient perdu la guerre et étaient soit morts, soit convertis. Beaucoup d’autres paysans d’Europe étaient catholiques ; et croire qu’ils avaient le sentiment de partager avec les paysans français une « identité » du seul fait de leur catholicisme est aussi absurde que croire que des Noirs Américains partagent une quelconque identité avec les auditeurs de Marion Sigaut du seul fait qu’ils vont aussi à la messe et baptisent leurs enfants.

La Révolution fonde par un contrat la communauté nationale. Il s’agit de faire tenir par la raison et le consentement ce que les Rois de France avaient gardé dans leur escarcelle par la guerre et le mariage. C’est ce contrat que célèbre, par exemple, la Fête de la Fédération. L’idée de Nation (et donc d’identité nationale) suppose l’idée de contrat : en ce sens, elle est créée par les Lumières même dont Marion Sigaut se prétend être la pourfendeuse implacable. La France elle-même, avec ses valeurs, son identité, son « patrimoine », est une construction politique plus récente que l’Ancien Régime. Passer sous silence une telle évidence historique relève soit de la mauvaise foi (contre laquelle tous les arguments du monde ne peuvent malheureusement rien), soit de l’incompétence pure et simple. Le travail de Marion Sigaut, en vérité, relève sans doute un peu des deux. Elle qui se complaît dans sa posture de dissidente et dans la défense d’une France éternelle et menacée, se fait sans vraiment s’en rendre compte l’idiote utile de la République française : elle revendique comme appartenant de tout temps à la paysannerie française les concepts et l’identité mêmes par lesquels la République les a anéanties. Rien de surprenant, donc, à ce que dans sa réponse vidéo à son entartage, elle arrose de compliments les défenseurs de ladite République, à savoir, ces bons vieux gendarmes.

L’escorte personnelle de Marion Sigaut (14 janvier)

La France est un concept. Tout concept s’invente, se construit, pour être utilisé à des fins précises : éclairer un problème, faciliter l’enseignement, ou bien, comme c’est le cas avec le concept de France, coloniser des populations entières et les intégrer à un système politique que Marion Sigaut elle-même juge détestable, la République. Les méthodes par lesquelles la France a détruit ses campagnes ou, pour reprendre l’expression d’Eugen Weber, les a « civilisées », sont exactement les mêmes qui ont servi à façonner le reste de l’empire colonial français : conquête militaire, extermination, administration centralisée, politiques hygiénistes, désenclavement par le chemin de fer, éducation républicaine pour les enfants, imposition de la langue française, service militaire. N’oublions pas les mots de Balzac dans les Paysans (1844),« Les Peaux-Rouges de Fenimore Cooper sont ici ».
Ce qu’on réserve aux « races inférieures », c’est en vérité ce qu’on finit par retourner contre les habitants de métropole. En ce sens, la France n’est pas un pays : c’est un projet colonial à l’échelle mondiale, qui est parti d’un territoire nommé jadis « Royaume de France » mais a appliqué son programme sur plusieurs continents. Les Algériens ont subi à partir de 1830 ces procédés impérialistes et coloniaux alors que certains paysans français ont du attendre 1890 avant de s’y trouver confrontés. En ce sens, les Algériens sont des Français de souche : ils ont été pris dans la grande machine de l’identité bien avant les Bretons. Beaucoup de Français furent colonisés avant d’être colons. Les Algériens, au moins, ont fini par avoir l’indépendance.

Contrairement aux Vendéens :

Massacre des Vendéens par les colonnes infernales

Le débat sur la colonisation révèle ainsi quelque chose de cette schizophrénie franco-française. On le pose généralement en ces termes : la France, comme puissance coloniale, était-elle très très méchante, ou pas ? Les gauchistes disent que oui, et se flagellent en espérant ainsi racheter l’honneur de la France. Les nationalistes disent que non, et tentent péniblement de digérer 1962. Mais s’ils refusent de reconnaître l’horreur de la colonisation, ce n’est pas parce que cela « entacherait » l’honneur de la France (quel identitaire n’est pas au fond un peu fier du glorieux Empire français ?). C’est parce qu’ils se savent produits par les mêmes méthodes, les mêmes concepts, qui façonnèrent les colonies – partager avec les « indigènes » un même asservissement, voilà ce que leur honneur ne saurait souffrir. Dans les salons parisiens, le mot « indigène » lui-même désignait les Kanaks autant que les Bourguignons. Justifier les méthodes coloniales en les décrivant comme une œuvre civilisatrice, c’est justifier leur propre existence en tant que Français. Malgré leur armure de certitudes ils n’assument pas la violence infinie que « les Français  » ont déployé contre eux-mêmes dans cette quête d’une identité toujours introuvable, et donc toujours abstraite. La récente tentative de rappeler à nos enfants « le rôle positif de la colonisation » n’est ainsi qu’une énième et pathétique tentative de produire du français.

Toutes ces élucubrations autour de l’identité nationale imposées par la domination médiatique de l’extrême-droite ont pour seul but de masquer ce simple fait historique : « l’identité nationale » est le nom d’un processus de colonisation intérieure franco-française avalée sans discontinuer depuis des générations, de l’école à la tombe. Marion Sigaut fait partie de ces gens qui revendiquent cette souffrance comme une gloire, et une fierté. C’est pourquoi tout ceux qui se sentent parfois étrangers à eux-mêmes, mais qui ne veulent pas voir cette atrocité-là qui les a constitué, peuvent toujours aller écouter ses conférences ou acheter ses livres. Comme une marchande de tapis, elle leur vendra du confort : d’agréables images d’Épinal sur les campagnes de 1750, des descriptions rassurantes du paradis perdu, demeure d’une identité bien française, univoque, éternelle, et surtout, innocente. Comme elle le dit dans une de ses innombrables conférences :

« Toutes les belles choses que vous trouvez en France que ce soit en architecture, que ce soit en ébénisterie, que ce soit en bijouterie, que ce soit en orfèvrerie, tous ce qui relève du travail des mains, toutes les merveilles en France sont anciennes et sont faites avant la Révolution, à partir de la Révolution c’est le début de la décadence,…, plus on s’éloigne de l’ancien temps et plus c’est moche, alors qu’avant c’était l’inverse. »

Police des moeurs

Marion Sigaut est une identitaire : elle pense tout en termes binaires. La France, on en est, ou on n’en est pas. Il y a les gentils, et il y a les méchants. La vie historique se présente chez elle comme un mauvais film d’horreur : les gentils se font victimiser et torturer par les méchants sans autre espoir de libération que d’adhérer pleinement à cette vision enfantine et ingénue de l’histoire.

Ce mauvais film, nous venons d’en décrire le gentil héros, ce peuple Français avec sa petite identité bien propre et bien rassurante. Mais qui sont donc les méchants, ces forces du mal pécheresses et corruptrices dont il s’agit de raconter le terrifiant triomphe ?

Si l’innocence définit la France éternelle, il faut une Antifrance tout aussi éternelle qui assume toute la culpabilité, qui porte l’entièreté de la faute. C’est là qu’intervient le deuxième versant de son travail : l’histoire de la libération sexuelle, réécrite comme un complot des riches et des puissants pour asservir les innocents. On ne peut s’inventer un paradis perdu sans concevoir du même geste un enfer bien tenu. S’il y a un Eden, il faut bien un serpent. Et le serpent idéal, c’est le dérèglement des mœurs, amorcé dès le 18e siècle par l’esprit libertin des Lumières, et devenu irréversible dans les années 60. Plutôt que d’analyser comme tel le bouleversement éthique et existentiel survenu à ce moment là, Marion Sigaut préfère l’expliquer par une opération de manipulation occulte. Encore une fois, racontons l’histoire :

— La situation de départ : l’ordre moral de la société chrétienne. La femme, à la maison, n’a pas de vie sexuelle hors mariage. Les hommes se lèvent tôt, travaillent toute la journée, procréent le soir, et tout va pour le mieux. Les hommes vont avec les femmes, les femmes avec les hommes : tout le monde est à sa place, reste à sa place, devient sa place. La famille est une machine bien huilée qui reproduit la société, toujours identique à elle-même.

— L’élément perturbateur : les fameux rapports Kinsey, qu’elle décrit comme « l’origine du mal ». Publiés entre 1948 et 1953, ces rapports se présentent comme une enquête sociologique sur la sexualité des Américains. On y apprend avec stupeur qu’une personne sur dix était homosexuelle, qu’un tiers des hommes avaient déjà eu une relation sexuelle avec un autre homme, que les catégories d’homosexualité et d’hétérosexualité rendaient très mal compte des orientations réelles des sondés, bien plus nuancées. Par ailleurs, la moitié des hommes avouent avoir eu des relations sexuelles hors mariage, 20 % confessent être sensibles au sadomasochisme, on découvrait enfin que les enfants avaient une sexualité : bref, la société apparaissait soudain comme bien plus dépravée que ce qu’elle prétendait être. Évidemment, ces chiffres sont, selon elle, truqués ou inventés par Kinsey, sur commande des Rockefeller, pour « extirper à l’Amérique sa morale et son idéologie chrétienne ».

—  Le drame : le mensonge finit par avoir un effet de réel. La publication de ces chiffres fournit aux passions sombres de la luxure humaine un blanc-seing pour se répandre comme une traînée de poudre. L’homosexualité prospère : perversion ultraminoritaire quand régnait l’ordre moral, elle est encouragée et banalisée par les faux chiffres de Kinsey – sortis du septième cercle de l’enfer, les pédés envahissent le paradis chrétien. Les femmes quittent le giron du foyer et se mettent à forniquer avec n’importe qui hors mariage, menant une vie dissolue et névrotique.

— Conclusion : « A qui profite le crime ? », demande alors Marion Sigaut. Qui bénéficie de la libération sexuelle, de l’émancipation des femmes, de la remise en cause de la famille ? Évidemment, les riches et les possédants. Les Rockefeller auraient ainsi commandité les rapports Kinsey et ce, dans un double objectif :
1) La morale et l’idéologie chrétiennes, en forçant les femmes à rester à la maison, les protègent de l’exploitation capitaliste : si les Rockefeller imposent aux femmes la libération sexuelle, c’est pour mieux leur sucer le sang dans le monde du travail, les dépouiller de la bulle protectrice du foyer. La libération se renverse en aliénation : Eve a croqué dans la pomme.
2) Mais les puissants ne veulent pas seulement exploiter les bons chrétiens : ils veulent aussi baiser leurs enfants. Et puisque évidemment l’homosexualité, en tant que phénomène satanique, mène à la pédophilie, il faut lever le tabou qui entoure la première pour que la seconde puisse prospérer tranquillement. Une fois que les homosexuels s’assument au grand jour, les hommes d’affaires du monde entier peuvent enfin se faire plaisir en profanant l’innocence même. Les prêtres aussi, curieusement.

— Épilogue : ce complot des capitalistes pour exploiter la femme, affaiblir les hommes, et violer les enfants marche tellement bien que la jeunesse française, un certain mois de mai 1968, bascule à son tour. À la fin, l’ONU institutionnalise ce complot sous le titre « Déclaration des droits sexuels ». Générique de fin.

Ce récit est encore plus pauvre et benêt que le précédent : il ne nous dit rien des ambiguïtés réelles, des grandeurs et des misères de la libération sexuelle. Et surtout, comment comprendre qu’une poignée de riches pédophiles aient réussi à convertir à leur mœurs dégénérées l’intégralité du monde, qui se fait baiser sans s’en rendre compte ? Les bons chrétiens seraient-ils stupides, pour se faire avoir si facilement ?

Si la « libération sexuelle » est effectivement un phénomène ambigu qu’il faut se garder de célébrer d’un bloc, c’est parce qu’il s’est déroulé sur une strate mystérieuse de la réalité sociale qui a progressivement échappé au contrôle de la société : celle des désirs et des frustrations, des attentes intériorisées en silence, des projections et des non-dits, des images que l’on se fait de soi et de ce que l’on doit être. Mais Marion Sigaut ne prend pas au sérieux cette strate, et son analyse ne cherche même pas à l’atteindre. Elle ne dispose d’aucun concept à même de décrire ce qui s’est vraiment passé et se contente d’extraire quelques faits épars, et de les déformer pour les faire cadrer avec son confortable schéma narratif. Penser que le capitalisme a cherché à profiter des énergies libérées par la « révolution sexuelle » est une chose sur laquelle on peut s’accorder. Mais croire que le phénomène dans son entièreté ait été ingénié par une sorte de conspiration antisociale est d’une naïveté désarmante.

La seule chose que ce récit nous enseigne, c’est la conception de l’histoire qui oriente le travail de Marion Sigaut : une suite de variations sur le mythe du péché originel. En effet, bien qu’elle prospère de son image de dissidente-à-qui-on-ne-la-fait-pas, son approche historiographique est en réalité presque cartoonesque. Chaque épisode de son récit historique reprend le schéma du paradis infiltré par le serpent, comme n’importe quel épisode de Tom et Jerry reprend le schéma de la souris traquée par le chat. On la comprend : quand on ne dispose d’aucun concept à même de rendre compte d’un phénomène aussi profond, on est obligé de s’inventer une petite histoire explicable en cinq minutes à n’importe qui. Deux trois faits par ci, deux ou trois faits par là, et un bon petit complot mondial pour les relier entre eux.

Le plus intéressant dans tout cela, c’est que Marion Sigaut a vécu la libération sexuelle : la peinture naïve qu’elle en fait cache une touchante confession intime. Marion Sigaut, qui avait 18 ans en 68, a été emplie de l’esprit de mai. Elle avoue n’en avoir tiré que des névroses, et essaie de les partager avec son auditoire. Elle présente alors sa vie en internat de jeune fille comme l’exemple opposé d’une vie stable et épanouissante. Missionnaire et VRP d’un petit confort mental, ses confessions nous révèlent qu’elle en a toujours été la première cliente.

À travers la libération sexuelle, elle a été confrontée, comme tout le monde, à des phénomènes d’une profondeur et d’une complexité qui désarment un peu la pensée. Et au lieu de trouver de nouvelles armes conceptuelles pour se hisser à la hauteur de son objet d’étude, elle l’explique intégralement par des choses simples, palpables : les riches se font du profit, les bons Français se font manipuler. Elle peut alors se poser comme la bouée de sauvetage idéale, sûre d’elle-même et de son intelligence. Bien qu’en vérité, si notre époque est effectivement celle de la misère sexuelle, rien d’autre qu’un besoin frénétique de se rassurer ne justifie de voir dans la bonne famille catholique des années 50 un âge d’or enfui.

Reste à faire passer la pauvreté de ses analyses pour de la « dissidence » et de la lucidité. Il s’agit pour Marion Sigaut de déguiser quelques niaiseries banalement réactionnaires en une pseudo méthode historiographique. La stratégie rhétorique se confond alors avec le marketing : présenter la décadence de l’époque comme une chute hors du paradis, produire chez le lecteur le sentiment de regret et d’urgence qui appelle son réconfort puis désigner le complot à l’origine de la chute pour finalement vendre un peu de cette jouissance propre à l’initié, détenteur dès lors d’un précieux trésor de vérité. A défaut d’une quelconque prise sur le monde, Marion Sigaut vend aux égarés ce confort bon marché qui consiste à « savoir » et donc à ne plus avoir à penser.
C’est la base du marketing : créer artificiellement l’angoisse (« vos enfants sont-ils menacés par des pédocriminels lorsqu’ils vont au collège ? »), apporter immédiatement une explication simple (« oui, bien sûr et c’est la faute de l’ONU mais aussi des francs maçons et des Rockefeller ») puis une solution qui l’est tout autant (« faites comme moi, devenez des dissidents catholiques intégristes, garantis sans névrose ! »).
Toujours le même schéma narratif : âge d’or => complot venu d’ailleurs => destruction irrémédiable => gloire héroïque de la dissidence réactionnaire qui, seule, a le courage de la vérité. C’est efficace pour vendre des livres, ça l’est beaucoup moins pour "apporter sa pierre à l’édifice d’une plus grande intelligence du monde".

À défaut d’être une vraie historienne, Marion Sigaut fait une parfaite vendeuse d’aspirateur. Elle refourgue à des subjectivités en crise d’identité des idées conformistes en leur donnant le parfum de soufre de la subversion - après tout, même les catholiques incertains d’eux-mêmes ont bien le droit de frissonner un peu. Dès lors, on ne s’étonnera pas de la si grande place qui lui est faite au sein d’Egalité et Réconciliation. Elle partage avec Soral cette capacité effarante et mégalomane à faire passer du sous Lepen pour du Machiavel mais aussi la stratégie et les méthodes marketing..

Conclusion

Mais alors comment s’expliquer que un tel niveau de superficialité et d’usurpation ? La réponse nous est donnée par Pierre de Brague, un collègue de Marion Sigaut, dans sa conférence du 28 mai 2016 « Sortir de la bourgeoisie » publiée sur ER. Décrivant sa méthode de travail et son programme de recherche, il déclare ainsi : « Ca sert à rien pour nous de jouer sur le terrain de la pensée pure véritablement, il s’agit plus d’incarner quelque chose ».

On ne l’aurait pas mieux dit. Le but de Marion Sigaut n’est pas de faire de l’histoire, de proposer des idées intéressantes ou nouvelles, mais d’incarner devant le public d’ER une certaine figure de l’historienne réactionnaire. Elle n’a pas besoin de vraiment penser les phénomènes dont elle traite : elle se contente d’affirmer une vague position éthique et politique, et cela suffit. Cela demande moins d’efforts et produit plus de résultats que de chercher à formuler une véritable analyse politique de la modernité. Sa stratégie rhétorique cherche moins à dire la vérité ou à penser la réalité qu’à faire exister, en répétant suffisamment les mêmes poncifs, une identité française bien ferme pour apaiser l’angoisse de ses concitoyens « déracinés ». Elle a donc élaboré une méthode simple : brosser à grands traits des grands mythes dualistes, des demi-idées à emporter, des schémas mentaux aussi tenaces que basiques. Elle se révèle ainsi être un des meilleurs éléments dont Soral dispose dans sa stratégie de conquête culturelle.

Marion Sigaut, dans le fond a retenu quelque chose de sa jeunesse trotskiste : l’entrisme. Car c’est bien d’entrisme qu’il s’agit : infiltrer les esprits des catholiques, des royalistes, des traditionnalistes, pour les rabattre vers le catalogue de Kontre Kulture. Si par exemple les catholiques ont peu de chance d’écouter Dieudonné, ils tombent facilement sous le charme de Marion Sigaut, qui, en incarnant la bonne mamie réactionnaire, offre le contrepoint idéal à Soral, l’oncle vulgaire qui éructe en fin de repas. Elle fait moins peur que lui, bien qu’elle poursuive les mêmes objectifs et adopte les mêmes stratégies. Un siècle de trotskisme pour en arriver là : Marion Sigaut, la Maïté d’Egalité et Réconciliation.

A tous les catholiques séduits par Marion Sigaut qui tolèrent sa présence entre les murs d’une église, nous rappellerons la décision du Christ : chassez les marchands du Temple.

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier#1.

25 avr. 17 Mouvement 6 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :