Le Média sur la Syrie : naufrage du « journalisme alternatif »

Par Sarah Kilani et Thomas Moreau

paru dans lundimatin#135, le 28 février 2018

Il est des documents dont on sait très rapidement qu’ils sont d’ores et déjà porteurs d’une certaine valeur historique tant ils font cas. Il en est ainsi d’un extrait du journal du média TV dans lequel sont agglomérées toutes les ficelles d’un révisionnisme en temps réel bon teint, voire d’un conspirationnisme avéré, malgré ses efforts pour se cacher sous le masque de la neutralité. Florilège.

Air grave, silence solennel. Claude el Khal, chroniqueur pour Le Média et qui se présente lui même comme « apprenti acteur et caricaturiste » ou encore « réalisateur, blogueur et dessinateur occasionnel », s’apprête à nous livrer son « expertise » sur les événements de la Ghouta. Le nouveau journal proche de la France Insoumise a pris une position se voulant courageuse, car minoritaire selon lui, et tente par la voix du blogueur libanais de nous l’expliquer.

Ne sachant pas situer Damas sur une carte — en témoigne son visuel sur lequel la capitale syrienne est positionnée à la place de Deraa —, l’équipe du Média tente cependant de se placer au-dessus du reste de la presse française et revendique une hauteur d’analyse sur le conflit syrien se traduisant par le choix — qu’on imagine difficile — de ne diffuser aucune des images de la Ghouta bombardée.

En effet, ces images ne seraient que propagande des deux camps ainsi renvoyés dos à dos. L’agence Sana du régime des Assad — 47 ans de bons et loyaux services — et les videos filmées par les civils bombardés : même traitement. Selon le chroniqueur, la « propagande » en provenance de la Ghouta serait abondamment relayée par les médias des puissances occidentales dans le but de « renouer avec la rhétorique du dictateur sanguinaire qui massacre son peuple, peut-être en vue d’une éventuelle action militaire contre lui ». Seulement voilà, viols, exécutions de masse, torture systématique des civils, bombardement des hôpitaux, usage des armes chimiques, siège, destruction de villes entières, déplacement de populations, tout ceci est abondamment documenté par les ONG, les journalistes de guerre, les chercheurs de terrain, les activistes et les dizaines de milliers de témoignages recueillis auprès des réfugiés syriens, faisant ainsi de ce conflit le plus documenté au monde. Il semblerait que le qualificatif de « dictateur sanguinaire qui massacre son peuple » soit plus qu’une vue rhétorique pour Bachar el Assad qui, nous le rappelons, est responsable, selon plusieurs organismes, de plus de 90% des morts civiles en Syrie depuis le début du conflit. [1] [2] Ce qui pourrait ressembler à de la négation de crimes de guerre est assumé dans l’économie d’un discours qui argue de l’éthique journalistique pour ne pas diffuser les images de la Ghouta. Périlleux en effet d’en appeler à cette éthique quand on n’est soi-même pas journaliste. Ce que M. el Khal oublie de dire — ou qu’il ignore — cependant, c’est que beaucoup de ces images nous proviennent de journalistes de guerre [3]. Lesquels exercent ce métier en se mettant en danger pour nous transmettre des images de terrain. Des journalistes, travaillant pour l’AFP — agence que visiblement notre expert ne connaît pas — comme le photographe Abdulmonam Eassa, risquent leur vie pour nous rapporter des nouvelles et des images de la Ghouta qui nous parviennent difficilement du fait du siège tenu par le régime, rappelons-le. Concernant la véracité des images, il suffit de recouper, d’analyser, d’user de logiciels dédiés, de faire un travail de journaliste en somme. Il existe des outils à la portée de tous pour cela. Google Image et le logiciel Tungstène. Nous sommes à la disposition de Le Media pour toute information complémentaire sur le sujet. Quoiqu’il en soit, contrairement à ce que Le Média avance, les « photos neutres » sur ce sujet n’existent pas et la partialité même de celui qui rapporte les images ne disqualifie pas d’emblée ces dernières. Sinon, comme le souligne l’historien Tal Bruttman, nous devrions immédiatement jeter aux orties les photographies du reporter de guerre hongrois pro-républicain et anti-nazi Robert Capa, sur la guerre d’Espagne et la deuxième guerre mondiale.

Dans toute cette entreprise rhétorique, quand il s’agit de parler des forces en présence, M. El Khal nous plonge dans les eaux glacées du relativisme total et une reprise sans filtre de la rhétorique justement développée depuis le début de la révolution par Bachar el Assad. En effet, tout le long de son exposé, « l’expert » place au même niveau les bombardements du régime et ceux perpétrés par les combattants de la Ghouta, sans jamais préciser de quelles proportions il est question. Il fait état, sans aller plus loin, des « pires horreurs d’un côté comme de l’autre ». Il compare ainsi la somme des aviations russes, syriennes et iraniennes au matériel d’artillerie permettant de bombarder Damas dont disposent les combattants : des mortiers. Il compare les très épisodiques tirs sur Damas en provenance de la Ghouta assiégée depuis 5 ans à des bombardements aériens, l’usage de gaz sarin [4] [5] et chloré, aux bombes thermobariques [6], aux bombes phosphorées [7] et aux barils de TNT qui s’abattent quasi-quotidiennement sur la banlieue de Damas. Il met en équivalence les victimes civiles — aussi terribles soient-elles — dont sont responsables les combattants rebelles aux presque 20 000 personnes mortes dans la Ghouta [8] depuis le début du conflit. Il compare les pendaisons de masse dans les prisons du régime [9], la torture des enfants [10], le viol systématique des femmes [11], les bombardements des hôpitaux [12] et l’usage des armes chimiques avec les exactions de groupes armés formés par la contrainte et la nécessité en réponse à la répression inouïe du régime contre les manifestants civils de la révolution syrienne. Ne croirait-on pas entendre un commentateur de la Commune de Paris s’offusquer de l’exécution de l’archevêque de Paris quand les armées de Thiers massacraient entre 5 700 et 7 400 communards et en déportait 5000 autres en Nouvelle-Calédonie ?

M. el Khal ne précise pas non plus que la masse des victimes civiles damascènes depuis le début de la révolution est le fait de la répression de Bachar el Assad, qui n’a pas hésité à bombarder certains quartiers de la ville, que ce soit par la voie des airs ou par le biais de tirs de mortiers lancés du Mont Qasioun [13], où est positionnée la brigade d’artillerie de la 4e division commandée par Maher Al-Assad, le frère cadet de Bachar. Renvoyer dos à dos bourreaux et victimes est un procédé rhétorique bien connu qui permet de relativiser les crimes de l’agresseur. Et en l’occurrence, M. el Khal explique sans sourciller que pleurer les morts civils de la Ghouta sans parler des victimes de l’autre camp « est d’un cynisme sans nom ». Peut-être que le chroniqueur de Le Média devrait voir la poutre dans son oeil avant de voir la paille dans celle des journalistes « des puissances occidentales ». [14]

Plutôt que de « porter la plume dans la plaie » comme disait Albert Londres, Claude El Khal a décidé de la lever en l’air comme la crosse afin de mieux laisser faire en Syrie les puissants, les plus forts, les dépositaires de la violence soi-disant légitime. Ces derniers en usent ad nauseum car, contrairement à ce qu’il en dit, la violence est venue de l’Etat sur des manifestants non violents qui ont pris les armes par lassitude de voir les leurs tomber.

Paradoxal cet organe qu’est Le Média dont un de ses journalistes met à égalité la version de l’agence Sana — quand on sait à quel point tout ce qui se fait en Syrie en terme d’information est contrôlé par le régime — et les images fournies par l’opposition. Comment imaginer un trait d’équivalence entre des sources tenues quotidiennement par les habitants et une source passée sous les stylos et les fourches caudines du pouvoir en place qui ne veut pas être déstabilisé ? La naïveté n’excuse pas tout, surtout quand elle se veut moralisatrice et œuvre de facto pour réduire au silence ceux qui endurent des bombardements. Dans un autre contexte, avec un État fort qui voudrait s’imposer par la force, les citoyens que nous sommes (dont de nombreux Insoumis) auraient plus tendance à croire les images des reporters civils que celles publiées par ledit Etat. Et bien, pourquoi penser différemment en l’occurrence ?

Revenons sur l’idée avancée selon laquelle l’Occident chercherait à renouer avec un récit acculant Bachar el Assad dans le but de préparer une intervention militaire. Monsieur el Khal peut-il nous donner son avis d’expert sur cette question : si la diffusion de ces images sert à préparer les esprits en vue d’une attaque, pourquoi l’Occident n’est-il pas intervenu militairement quand il en a eu l’occasion, à l’été 2013, lorsque le régime syrien a bombardé la population de la Ghouta au gaz sarin ? Pourquoi les USA, les Anglais et les Français n’ont-ils pas saisi l’opportunité en or de cette intervention offerte par le régime ayant dépassé la ligne rouge fixée par Barack Obama — intervention qui se serait faite avec l’approbation de toute l’opinion internationale à ce moment ? Pourquoi encore, alors qu’il y a un an les médias français tenaient le même discours sur Bachar el Assad qui dévastait Alep, la France n’est-elle donc pas intervenue ? Cela fait-il 7 longues années que « les puissances occidentales  » nous préparent psychologiquement à une intervention en Syrie qui ne vient toujours pas ? Car pour l’instant les puissances occidentales brillent surtout par leur abandon total de la cause du peuple syrien. Un silence tacite, complice et du coup coupable de la communauté internationale. Notons que la position de M. el Khal a aussi l’avantage de discréditer par avance toute éventuelle intervention de la France en Syrie.

Il y a quelque chose du casse du siècle dans les premières minutes de l’intervention du « spécialiste » paré de la légitimité de l’arabophone. Et pourtant tout est encore sur la table de jeu, rien ne va plus.

Que se passe-t-il dans la Ghouta ? Ecoutons les explications de l’expert du Moyen-Orient de Le Média qui, en 2014 déjà, livrait sur son blog son analyse de haut-vol selon laquelle l’Etat islamique était une création de toutes pièces d’Israël [15]. Cette conviction lui avait d’ailleurs fait diffuser sur les réseaux sociaux un visuel sur lequel était simplement écrit ISISRAEL.

Charmant.

Le chroniqueur, son objectivité portée en bandoulière, explique donc que les civils syriens seraient pris entre, d’un côté, les feux du régime, et de l’autre, ceux « des combattants appartenant à des groupes salafistes tels que Jaysh al Islam ou djihadistes comme le Jabhat al Nusra comme l’a rapporté le journaliste britannique et spécialiste du Moyen-Orient Robert Fisk  ». Nous passerons sur le fait que les propos sur le conflit syrien de Robert Fisk - ne connaissant qu’un seul ennemi : l’Occident — ont été dénoncés non seulement par des confrères journalistes [16], mais aussi par les chercheurs et experts de la révolution syrienne. Nous nous concentrerons sur le fait que Claude el Khal semble ne pas connaître la répartition des groupes de combattants présents dans la Ghouta. Si le groupe salafiste Jaysh al Islam est bel et bien présent et représente environ 60% des forces sur place, 30% sont constitués par le groupe Faylaq al Rahman — affilié à l’armée syrienne libre — et non par le Jabhat al Nusra [17] [18] [19]. Celui-ci qui d’ailleurs - nous l’annonçons à M. el Khal — n’existe plus depuis juillet 2016, depuis qu’il a rompu avec al Qaida [20], contrairement ce que le chroniqueur avance, probablement dans le but de fourrer tous les combattants de la Ghouta dans le même infâme panier. Non que les djihadistes de l’ex Front al Nusra ne soient pas toujours bien présents en Syrie et toujours aussi dangereux, mais quand on se revendique d’une certaine hauteur journalistique, il est bon d’être précis dans les termes, surtout quand il s’agit d’un cas aussi épineux que la révolution syrienne, où l’on a vite fait de chercher à salir une opposition en lui attribuant des qualificatifs honteux dans le but de racheter une virginité à Bachar el Assad. Pour rétablir donc les faits, nous préciserons que le Jabhat al Nusra, qui s’est nommé suite à sa rupture avec al Qaida « Front Fatah al Cham », est dissout depuis janvier 2017 « date de sa fusion avec quatre groupes rebelles islamistes pour former un nouveau mouvement : Hayat Tahrir al-Cham » comme l’explique la page Wikipédia du groupe djihadiste disponible sur internet (tout comme google image et Tungstène). Or il s’avère que Hayat Tahrir al-Cham est un groupe minoritaire en nombre [21] parmi les combattants de la Ghouta, ses effectifs étant actuellement majoritairement réunis dans la région d’Idleb [22]. Hayat Tahrir al Cham est d’ailleurs en très mauvais terme avec Faylaq al Rahman, le 2e groupe le plus puissant de la Ghouta, et dont il qualifie les membres de « laïcs » et « d’apostats » [23]. Il est tout à fait significatif que M. el Khal ait préféré nous parler de l’ex-Jabhat al Nusra plutôt que de Faylaq al Rahman dont il ne dit pas un mot. Il est aussi significatif que dans sa démonstration, il n’explique pas que c’est la répression du régime contre son peuple qui a permis l’implantation de groupes takfiristes dans le pays ou encore que Bachar el Assad a lui même libéré 250 djihadistes de la prison de Saidnaya [24] en 2011, dans le but de favoriser l’émergence de groupes radicaux qui pourraient servir d’épouvantails pour l’Occident. Un oubli, sans doute ; une méconnaissance, peut-être ? Si l’on argue du second, alors le procès en incompétence de notre « journaliste » est achevé, et le verdict définitif. Si l’on plaide le premier et que l’oubli est inconscient, alors c’est une incrimination de négligence que l’on peut adresser à l’« expert » ; si par contre l’oubli est intentionnel, alors, dans toute cette manoeuvre de Claude el Khal, il s’agit de réduire le tout à certaines de ses parties, qu’elles soient présentes de façon significative dans la Ghouta ou non. Ou de reprendre les éléments de langage dont le président syrien use et qui consistent à affubler systématiquement des qualificatifs de « djihadistes » et « de salafistes » toutes celles et ceux qui se rebellent contre son régime.

Cynique donc, Claude el Khal avance que « l’écrasante majorité des médias arabes » serait favorable à Bachar el Assad. A moins que le Qatar (dont la chaine al Jazeera est extrêmement populaire au Moyen-Orient), l’Arabie saoudite, la Jordanie et la Turquie (même si cette dernière n’est pas arabe, elle est couramment incluse dans ce que l’on appelle aujourd’hui « le monde arabe »), ne fassent plus partie du monde arabe, nous pouvons aisément avancer que notre expert du Moyen-Orient pour Le Média se trompe. Le chroniqueur crée donc une opposition qui n’existe pas entre les médias dits occidentaux et les médias arabes. Quant à la comparaison avec la presse russe, si les médias occidentaux sont souvent contraints éditorialement par les grands magnats de la presse et si les processus sociaux de reproduction des idées vont bon train, on ne saurait décemment comparer cela à la mainmise du Kremlin sur les médias russes et ses offensives sur l’extérieur via Sputnik et Russia Today. Quoiqu’il en soit, M. el Khal semble ne lire que très peu la presse occidentale qu’il accuse — à tort — de ne jamais mentionner la présence de l’ex-Front al Nusra en Syrie. A croire que l’expert de Le Média cherche à instiller la théorie du complot médiatique.

Puisque l’on parle de complot, M. el Khal reprend à son compte le vieux mantra de l’extrême-droite selon lequel l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres, ne serait de ce fait qu’un suppôt de l’Occident et falsifierait ses chiffres au bénéfice de l’opposition. Mais l’OSDH est une source qui a été éprouvée par les années et si les journalistes continuent de s’en servir, c’est que les ONG ont systématiquement confirmé par la suite les chiffres fournis par l’OSDH. En effet, celui-ci dispose d’un vaste réseau d’informateurs sur place et centralise les chiffres collectés par les bureaux de collecte des données créés par les citoyens dans les zones rebelles. N’en déplaise au blogueur libanais, les combattants ne sont pas la source principale de l’OSDH et puisqu’il prétend que les chiffres proviennent en dernier recours des civils, nous lui rappelons que les casques blancs ne sont pas des combattants, contrairement à ce qu’il semble sous-entendre, mais sont bien des volontaires civils, « des professeurs, des boulangers, des ingénieurs, des étudiants, des coiffeurs, des ouvriers ou des commerçants » — comme le rappelle leur nom officiel « La défense civile syrienne ». L’OSDH et la Défense civile syrienne ont été depuis le début la cible de toutes les attaques et calomnies de l’extrême droite et des pro-Bachar. Il y a des éléments de langage et des litanies bien connus de ceux qui suivent de près la révolution syrienne, des rhétoriques qui ne mentent pas sur ceux qui en usent. D’ailleurs, dans son entreprise de relativisme des crimes de Bachar el Assad, à l’exception du très polémique Robert Fisk, on ne sait pas sur quelles sources M. el Khal appuie les affirmations qu’il assène.

Derrière le vernis du recul journalistique se cache ainsi en réalité une méconnaissance crasse de ce qu’est la guerre syrienne et de ses modalités pratiques. En témoigne le passage surréaliste dans lequel Claude el Khal trouve cela « incroyable » que « les images que nous recevons ne montrent jamais aucun homme armé et surtout pas les djihadistes d’al Nosra ». Comme nous l’avons expliqué, l’absence de combattants de l’ex front al Nosra sur les images s’explique tout simplement parce que ce groupe armé n’est présent actuellement que de façon anecdotique dans la Ghouta. Mais de plus, s’étonner de ne pas voir d’hommes armés sur les images filmées par les civils révèle une ignorance des modalités de la guérilla urbaine. N’en déplaise à Claude el Khal, lors d’une offensive, les combattants ne flânent pas parmi les civils en panique sous le déluge des bombes. Ils se situent là où leur présence a une chance de servir à quelque chose militairement et donc là où l’artillerie du régime est positionnée et sur des points de passage stratégiques pour ne pas laisser l’opportunité aux forces loyalistes de progresser.

Dans son entreprise révisionniste, le chroniqueur ne manque jamais de dépolitiser les civils de la Ghouta. Loin d’être pris entre deux feux, les habitants de ce qui fut jadis le verger de Damas sont directement pris pour cible par les bombardements et les victimes ne sont pas des dommages collatéraux. Car le tort de ces Syriens est d’avoir manifesté contre le régime et d’avoir voulu vivre dans la dignité. La constitution de groupes armés n’est que le fruit de la répression du régime et s’est vite révélée être une condition de survie pour les citoyens de la Ghouta qui n’ont plus guère d’autres options que la lutte armée, l’exil ou la mort.

Le blogueur n’oublie cependant pas de désamorcer toute critique en jouant le rôle de Casimir dans l’île aux enfants, tout cela après avoir tu toutes les conditions objectives qui ont provoqué un tel massacre dans le passé et à l’heure actuelle.

Alors que Claude el Khal nous assène sa rhétorique sur le ton de l’évidence, nous sommes amenés à nous demander quel peut bien être le but de cette manoeuvre éditoriale mal justifiée de la part de Le Média. Et finalement, il ne reste que deux possibilités à envisager : la méconnaissance la plus totale de ce qui se déroule en Syrie depuis 7 ans ou un parti pris pour le boucher de Damas que l’on tente de cacher derrière un bien piètre vernis de neutralité journalistique. Le fait que le conflit syrien soit le plus documenté de toute l’histoire et la proximité de Le Média avec la France Insoumise laisse peu de doute quant à l’hypothèse à privilégier. Rappelons que, pour Jean-Luc Melenchon, la situation en Syrie n’est qu’une « guerre de gazoducs et de pipelines » [25] et que la révolution syrienne n’est que le résultat de financements en provenance de l’Occident ; rappelons également que pour le porte-parole pour les affaires internationales de la France Insoumise Djordje Kuzmanovic, il fut de bon aloi d’ironiser il y a un peu plus d’un an sur le bombardement des hôpitaux d’Alep ou, à l’instar de M. el Khal, d’affirmer que « la couverture médiatique des événements en Syrie est orwellienne » [26].

Nous irons encore plus loin pour Claude el Khal qui ne fait ni plus ni moins qu’adhérer à la théorie du complot américano-sioniste pour la partition du Moyen-Orient. En témoigne son article de blog de juillet 2014, dans lequel il insinue plus que lourdement que l’implantation de l’Etat islamique ne serait pas le fruit du chaos engendré par la répression du dictateur contre son peuple ou même une union de djihadistes et d’anciens baathistes avec la bénédiction du régime — comme l’expliquent tous les experts de la question — mais une création pure et simple de l’Etat d’Israel dans le but de « mettre en œuvre l’ancien pas si secret plan israélien, consistant à diviser la région en entités sectaires ». Sur la création de l’Etat islamique, nous conseillons à Claude el Khal les excellents ouvrages de Nicolas Hénin Djihad academy, de Jean-Pierre Filiu Généraux, gangsters et jihadistes et de Pierre-Jean Luizard Le piège Daech. Le chroniqueur y trouvera les réponses à toutes les questions qu’il se pose, notamment « comment se fait-il que Daech ait réussi en trois ans à réaliser ce qu’Al-Qaïda n’a pas réussi à faire en presque vingt ans ? » ou encore « Comment se fait-il que Daesh n’ait jamais utilisé le slogan ’Libération de la Palestine’ comme le font la plupart des organisations djihadistes, même pour le spectacle ? ».  [27]

Face aux tentatives révisionnistes enrobées de concessions ou qui avancent sous couvert de hauteur et d’objectivité, il est compliqué, extrêmement chronophage et énergivore pour l’observateur attentif des évènements en Syrie de lutter. Sur ce sujet nous ne ferons que citer longuement Catherine Coquio, professeure de littérature à l’université Paris-Diderot et membre du comité Syrie-Europe qui, sur l’idée de « parts égales » dans le conflit syrien, écrit sur les réseaux sociaux : « Ces mots sont eux-mêmes empoisonnés. Quelque chose se joue en ce moment parallèlement au crime en train de se dérouler. Le noeud du négationnisme est en train de se resserrer, et de s’installer pour longtemps dans la violence verbale en cherchant des appuis et relais institutionnels. (…) Une grosse machine s’est mise en marche et on ne va pas s’en sortir de si tôt. Préservons nos forces. Le négationnisme c’est la demande de preuve à l’infini et sa disqualification immédiate, la discussion infinie sur les chiffres et les sources sous condition d’un désintérêt absolu pour la réalité des faits. Un pur jeu de discours où s’embourbe celui qui croit qu’il suffira de prouver et de témoigner de bonne foi. Cette demande de preuve est perverse, comme son énergie folle, il ne faut pas engouffrer nos forces là dedans ni ratiociner avec eux. Faisons tout pour que d’un côté le travail juridique et une véritable enquête aient lieu un jour, ce qui suppose certes de garder trace, et de l’autre et surtout, que la destruction effective soit inscrite quelque part dans les mots, dans les âmes, que sa signification trouve une place pour se dire et que le monde en prenne pleinement acte. Et surtout, que le sens d’une révolution initiale à laquelle avaient travaillé des gens et des esprits magnifiques, héritage qui reste et restera d’un grand prix pour nous tous, ne soit pas effacé. Le discours qui dit ’équilibre des torts’ et ’balance des crimes’ quand un crime de masse est perpétré contre une population civile, ne fait rien d’autre que prolonger le crime et exterminer les survivants dans l’âme, ce qui suppose de débarrasser le monde de ce lourd fardeau d’un réel trop embarrassant pour poursuivre le cours de l’histoire.(…) Amis syriens, ne répondez pas aux demandes de preuve qui sont une machine à rendre l’autre fou. Ce n’est pas aux victimes de prouver qu’on les extermine. Battons-nous politiquement ensemble et protégeons nos âmes à chacun. Arrêtons de crier notre honte ou de la nier. Nous ne sommes pas les criminels. (…) Et on vient nous parler de ’conflit syrien’, de ’belligérants’ renvoyés dos à dos, comme aux plus beaux jours du négationnisme sur la Bosnie et le Rwanda. Ceux qui disent ’douter’ devant les films de maisons bombardées et d’enfants hurlant, devant les photos d’enfants écrasés par des bombes barils, devant les témoignages hallucinants de médecins qui arrivent chaque jour, aggravent les effets de la négation, sans parfois s’en rendre bien compte. Ceux qui orchestrent la négation comptent bien que notre doute, notre dégoût et notre effroi retourné en refus de voir, viendront grossir les effets de leur discours. Ceux qui parlent de parts égales ont perdu conscience ou leur conscience, lorsqu’ils ne sont pas des trolls payés par qui de droit, car tout un petit monde travaille de par le monde et en toutes langues à effacer le crime détruire les faits et à néantiser leur sens. Il y aura des chaires universitaires achetées, des diffamations publiques, des provocations, des organes de publication spécialisés, etc. Et si une vérité s’impose, ce ne sera jamais gagné, comme on le voit en Pologne. Lire ’ Vérité et politique’ de Hannah Arendt. Aucun régime politique n’est capable de produire ni abriter une vérité de fait, y compris la démocratie. Cela ne fait que commencer. Cherchons la vérité mais surtout défendons nos âmes. »

L’ancien commissaire Darquier de Pellepoix osait avancer qu’à Auschwitz on n’a gazé que des poux, chevauchant l’hyper-criticisme de Robert Faurisson qu’a si justement déconstruit Pierre Vidal-Naquet dans Les Assassins de la mémoire. La rhétorique de M. el Khal, qui se situe dans le registre du premier pas vers le négationnisme - équivalence entre victimes et bourreaux - aboutira un jour à une ignominie semblable sur la Ghouta ou Alep si l’on n’y prend pas garde.

Les auteurs remercient tous les invisibles qui ont relu, corrigé, commenté et amélioré ce texte.

[14Notons que sur le site de Le Média, la directrice Sophia Chikirou s’est fendue d’un « post » pour soutenir les allégations de M. El Khal : https://www.lemediatv.fr/articles/syrie-claude-el-khal-raison

lundimatin {papier}

Se procurer la revue

Mouvement 1 min 25 avr. 17
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :