La Belle Endormie n’a pas sommeil

« À Bordeaux, le mouvement contre la loi Vidal a pris une ampleur inédite ces dernières semaines. »

paru dans lundimatin#138, le 19 mars 2018

Ce n’est pas un secret : à proprement parler, il n’y a pas eu de mouvement contre la loi Vidal. Mais, comme nous n’avons cessé de l’écrire et de le relayer lors du printemps 2016, qu’une suite de manifestations et de débordements ne soit pas un mouvement n’est pas un signe de faiblesse : c’est tout à son honneur. Car les mouvements se suivent, se ressemblent et se maîtrisent trop facilement, d’un côté comme de l’autre. Il faut alors tendre une oreille plus attentive à ce qui se passe depuis plusieurs mois dans les facs : non pas un mouvement mais une série d’irruptions disséminées qui parviennent à instaurer un rapport de force local plus ou moins intéressant. En plus de Toulouse (fac en partie occupée et régulièrement bloquée depuis deux mois), Rennes, Paris (et d’autres), la fac de Bordeaux est actuellement en proie à une agitation sans précédent. Avant la grande manifestation du 22 mars, voici un récapitulatif en forme d’échauffement de la situation bordelaise (à la fac) depuis quelques mois.

À Bordeaux, le mouvement contre la loi Vidal a pris une ampleur inédite ces dernières semaines. Ici, on dit que la ville est endormie, que son ethos est le flegme et les regards sont tournés vers des villes plus bordéliques de l’Ouest : Toulouse, Nantes, Rennes. Il semblerait que les verrous aient sautés.

Comment renverser un rapport de force

Dès novembre, les premiers tractages sur la loi ont commencé. Manifs sur le campus ou dans le centre, débrayages sauvages d’amphi, AG, ça se bouge à la fac, mais la mobilisation peine à décoller.

Décoller : viser juste, marquer le coup, persister (ne pas céder à l’intimidation).

Le premier blocage du campus Victoire, en plein centre ville, a lieu le 1er mars. Les quelques barricades érigées dans les rues alentours sont démontées par la police. Le 6 mars, l’amphi Gintrac est occupé. C’est une visée juste. C’est une façon de persister. C’est un tournant. La direction de l’université va commettre un impair. Elle a la bêtise de se montrer sous son vrai jour, et faire ce qui, depuis les années 60, est connu pour être un catalyseur de révolte : elle fait pénétrer la police dans l’université. Les étudiants sont évacués de manière extrêmement violente.

Deux jours plus tard, le 8, une AG se tient sur le parvis. Le ton a changé. La rumeur du scandale a fait son trou dans les couloirs, les images de l’évacuation ont tourné sur les réseaux. L’administration rebat ses cartes. Elle joue maintenant à la médiation. Elle donne dans une tonalité plus doucereuse. ’OK pour l’amphi Gintrac, mais seulement la journée. Pas de blocage, pas d’occupation’. Bon, on s’entend mal sur le parvis : cet amphi, on le prend, et après on discute.

Hors de question de se laisser dicter des modalités d’action par ceux qui nous envoient les flics, hors de question d’acter que la répression a fonctionné. L’AG fixe un ultimatum. Si le président de l’université n’a pas démissionné le lundi suivant, l’amphi sera occupé à nouveau. Pour la ’jeunesse’, c’est le chemin qui a été parcouru depuis 2016, peut-être. La répression ne fonctionne plus. Le traumatisme de l’évacuation peut et doit être surmonté ensemble.

Les syndicats étudiants sont perplexes, ’on va tout perdre, l’amphi la journée, c’est déjà ça’, ’c’est trop tôt par rapport au mouvement’. Sauf qu’on n’a jamais vu une AG aussi nombreuse, la massification, c’est comme le reste, il faut l’arracher par des gestes qui tranchent. C’est toute la différence entre une AG qui vote et se disperse, et celle où se décide et s’élabore le coup d’après. D’ailleurs, cette AG décide de partir en manif sauvage dans le centre-ville pour clamer haut et fort qu’on ne se laissera pas faire.

Et de fait, ça fonctionne. Le lundi soir, l’administration, devant le fait accompli vient nous donner les ’consignes de sécurité’ pour la soirée. L’amphi a été arraché, il est désormais occupé de jour comme de nuit. C’est comme si, à présent, rien n’allait être vu au rabais. Mais l’occupation d’un amphi n’est pas une fin en soi. Faire tomber une administration n’est pas une fin en soi. Il y a un gouvernement à faire plier. Il y a des victoires à célébrer. Et après ?

Tout bloquer devient viral

L’étape suivante, c’est bloquer l’université. Bloquer, c’est arrêter de croire que l’occup’ peut cohabiter avec le fonctionnement habituel des cours. Bloquer, c’est s’installer dans la conflictualité, faire grève, tout simplement. Le blocage est voté pour la journée de mobilisation du jeudi 15 mars. Encore une fois, l’administration vient nous faire savoir qu’elle avait bien compris qu’elle ne pouvait rien faire. Cette fois elle nous demande de ne séquestrer personne. Sauf que bloquer de l’intérieur, c’est non seulement plus facile, mais ça permet aussi de garder la porte ouverte.

Le 15 mars restera mémorable. Une centaine de personnes bloque la fac au petit matin, et part dans la foulée en manif. Très vite, des cordons de flics se dressent devant nous, mais le cortège se tient, avance en scandant ’Cassez-vous !’. Par deux fois, les flics déployés en nombre cèdent et nous laissent le passage. Pour Bordeaux, ces victoires sont décisives, comme si la confiance engrangée les derniers jours nous avait galvanisé. Tout près, les retraités manifestent et nous parvenons à les rejoindre pour les inviter à venir discuter à la fac occupée. L’AG, trop nombreuse pour l’amphi, prend place dans le hall très classieux de la fac. L’enthousiasme est grand, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin. L’AG décide du blocage illimité de la fac sous les yeux ébahis de l’administration.

Malgré les recommandations de la présidence faite aux étudiants de ne pas venir, et le refus d’ouvrir la BU, la fac est vivante : conférences, cours, projections, banderoles, repas, salle d’études, et surtout, discussions dans tous les sens. Ça échange beaucoup sur les manières de ne pas s’enfermer dans ce magnifique bâtiment du centre-ville dont on n’a pas encore exploré le quart des possibilités.

Aller sur les autres campus, mais surtout faire des liens avec les autres secteurs en lutte. Or, il ne suffit pas d’une manif commune pour que les luttes convergent ; pour donner au mouvement l’envergure qui lui manque, il va falloir se poser les questions ensemble. Ça tombe bien, on a une fac entière à disposition et plein de temps pour imaginer la suite.

Que les profs, doctorants, personnels et étudiants continuent d’investir le lieu, que les cheminots, les postiers, les jeunes, les vieux nous rejoignent. Que toutes les Ford Fiesta se retrouvent dans le cortège de tête contre les Ford Mondeo.

Ne pas se contenter du sursaut qui a déjà eu lieu, les choses sérieuses commencent le 22.

Pour suivre la mobilisation à Bordeaux, voir la page ’Bordeaux casse ta sélection’

lundimatin {papier}

Se procurer la revue

Mouvement 1 min 25 avr. 17
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :