Nouveau Le nouveau lundimatin papier en librairie le 12 octobre

Destination Rennes

ou les pitoyables efforts du marketing urbanistique français

paru dans lundimatin#117, le 11 octobre 2017

Destination Rennes : voilà le nom donné à cette Société Publique Locale chapeautée, depuis sa création en 2013, par Rennes Métropole et la Mairie de Rennes. Son but ? « Renforcer l’attractivité de la métropole rennaise en matière de tourisme urbain et de rencontres professionnelles  ». Son instrument ? « L’exploitation du Couvent des Jacobins, centre des congrès de Rennes Métropole  ».

Sordide opération de com’, Destination Rennes s’affiche partout, et particulièrement à Paris, depuis l’inauguration en grande pompe de la Ligne à Grande Vitesse (Paris Rennes 1H25). Dans l’ombre portée de ses slogans, une autre Rennes fait entendre sa voix, et nous transmet cette analyse de l’offensive psychologique en cours ...

Rennes, capitale du XXIe siècle ?

Destination Rennes ! La dénomination même de la SPL trahit la hantise à laquelle elle souhaite répondre. On y voit Rennes, ville et métropole confondues, tendre les bras et battre des mains en criant : « Eh ! Venez ! Venez ! C’est bien chez nous, aussi ! ». Ce serait proprement infantile si ce n’était pas d’abord suspect. La communication de Destination Rennes, plus subtilement, certes, réagit exactement comme sa petite sœur perdue et fantôme des Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc. Il y a quelques années, la ville, marquée par un vieillissement grandissant de sa population, un manque de dynamisme profond, tant sur le plan économique que culturel, avait choisi d’implanter, en son cœur quasiment invisible, un centre commercial. Et la communication de titrer, en gros, partout dans le « centre » : « Souriez, vous êtes dans le centre-ville ». La publicité était grossière : rappeler au passant qu’il s’y trouve, c’est indiquer d’emblée que ce centre est peu ou prou inexistant.

Rennes ne souffre pas, loin s’en faut, du problème briochin. Si l’on dresse, avec Destination Rennes elle-même, le tableau, celui-ci est parfaitement idyllique. A rennes, dit encore Destination Rennes, on est, « relax », « créatif », « breton » et « festif ». En somme, à Rennes, on est la capitale historique, identitaire, culturelle et artistique de la Bretagne. Ceci étant posé, pourquoi faire de Rennes une destination ? Ne l’est-elle pas déjà ? L’argument, en apparence incontestable, de la vitalité culturelle et artistique de Rennes, vient servir la véritable cause de Destination Rennes, à savoir le renforcement de son « attractivité » en matière de « tourisme urbain et de rencontres professionnelles  ».

Destination Rennes s’apparente fort à l’arbre qui cache la forêt. Elle promulgue la vitalité de Rennes et, en même temps, démontre par la négative ses profondes lacunes. Le Centre des Congrès, qui est sa seule raison d’exister, affiche la même rhétorique suspecte : Pourquoi Rennes ? demande l’une des rubriques de son site. Et oui, pourquoi Rennes ? L’argument avancé est essentiellement économique : Rennes, « capitale de la Bretagne  », « locomotive économique  », « bassin économique qui concentre 300 000 emplois », affiche « un taux de chômage inférieur de 2 points à la moyenne nationale et se situe au 3e rang français pour le PIB ». Et plus loin : Rennes, « premier pôle d’enseignement supérieur du Grand Ouest  », à « 90 minutes de Paris », première ville « business friendly des villes de moins de 500 000 habitants  », attire « de nombreux talents d’exception dans plusieurs secteurs clés de l’économie ». Si la culture, artistique ou estudiantine, est citée, elle n’est toujours que le faire-valoir de cette attractivité économique. 

EuroRennes, deuxième ligne de métro, cité internationale Paul Ricoeur, centre des congrès, LGV : Rennes est prête. Mais à quoi ? Prête, dirons-nous, à devenir l’une des prochaines banlieues périphériques de Paris.

En ce sens, le grand pataquès qui a accueilli en juillet l’inauguration – par Emmanuel Macron lui-même – de la Ligne à Grande Vitesse reliant Paris à Rennes en seulement 1 heure et 25 minutes résume à lui seul Destination Rennes. Si l’on devait pousser la métaphore ferroviaire, disons simplement que Destination Rennes signifie, dans un autre langage, RER B, terminus en gare de Rennes. Pour célébrer cette grande bamboche technologique, Rennes a su mettre les moyens. On voit les Champs Libres, la grande institution culturelle de Rennes, célébrer jusqu’à janvier 2018 la « LGV1H25 » à travers de multiples expositions, sponsorisées en partie par la SNCF, et pousser l’hypocrisie jusqu’à réaliser un parcours sur le slow movement ! Les connivences politiques frisent en effet, souvent, la lenteur de l’esprit, du moins sa lâcheté. La Région Bretagne n’est pas en reste : elle a lancé une gigantesque campagne de publicité en mars 2017, à destination de Paris et de la région parisienne. On y rencontre, par exemple, un vieux marin prototypique breton (barbe blanche, regard fier, marinière) : « Ici aussi, on a des hipsters  », titre l’affiche. A chacun ses Terres Neuves, dirons-nous...

La campagne publicitaire de la Région Bretagne s’est curieusement appelée « Passez à l’Ouest ». Jeu de mot ou référence à l’histoire ? L’un n’empêche pas l’autre. Poussons au plus loin la logique (paranoïaque) : et si le message, teinté d’humour, était clair ? A Rennes, et plus généralement en Bretagne, nous sommes à l’Ouest, pas à l’Est. Ne faites donc pas attention à ces jeunes étudiants anarcho-communistes qui ravagent le centre-ville de la capitale bretonne ! Curieux maccarthysme soft que celui éployé par nos élus régionaux et leurs bras droits, bien droits, publicitaires...

Destination ? L’oubli

Car tout le problème est là : il y a au moins deux Rennes. Il y a ce Rennes qui est une destination pour Paris. Il y a cet autre Rennes qui s’y refuse. Le tableau dressé par Destination Rennes est donc doublement suspect : c’est une autre forêt, plus sauvage, qu’elle entend cacher, à grand renfort d’institutions culturelles et artistiques compromises. Demandez autour de vous. Posez cette question à des non-rennais : « C’est quoi, Rennes ?  ». Il y a fort à parier que l’on vous répondra, d’abord la Rue de la Soif, ensuite les soirées étudiantes, peut-être les manifestations. D’aucuns mentionneront, c’est vrai, le Parlement, son incendie, l’affaire Dreyfus. Le non-rennais fera allusion – et il aura raison – aux Transmusicales, et généralement à toute la scène musicale rennaise des années 80, 90. Qu’en déduire ?

Rennes est musical, c’est un fait. Rennes n’est pas littéraire, c’en est un autre. Paris a tous les écrivains, Nantes, Julien Gracq et Jules Verne, Bordeaux, Montaigne et Montesquieu, Marseille, Pagnol. Et Rennes ? Ces écrivains n’ont pas parlé d’elle, ou alors de la manière la plus déplaisante possible. La littérature sur Rennes est pourtant très éclairante : Chateaubriand, en bon contre-révolutionnaire, y voyait un bastion à la solde des Jacobins. Kerouac, pour les mêmes raisons, la traitera de « chien policier  » de Paris. Céline, Ricoeur et Jarry n’en diront rien. Quant à Kundera, lui aussi est « passé à l’ouest » : de 1975 à 1979, il enseignera la littérature générale et comparée à Rennes, « une ville vraiment moche », dira-t-il. Albert Bensoussan, écrivain, enseignant et ami de Kundera, témoignera ainsi de son passage : « Il donna à ville encore terne des années 70 un lustre dont il n’était même pas conscient  ». Eh quoi, Rennes était-elle invivable ? Il faut attendre notamment les créations des universités Rennes 1 et Rennes 2, respectivement en 1970 et 1969, pour que Rennes devienne autre chose qu’une petite capitale piteuse et provinciale de l’Ouest. Les anciens vous le diront : Rennes, à cette époque, devait ressembler à sa voisine, l’inénarrable Laval.

Kerouac, dans ce voyage en France qu’il relate notamment dans Satori à Paris, est véritablement l’anti-Destination Rennes complet. Il ne fera que transiter par la capitale bretonne, s’arrêtant sur le quai de la gare pour acheter de l’alcool. Direction Brest et Huelgoat. Il condamne Rennes au principe qu’elle est le quartier général de l’armée républicaine de la Révolution française. Soit. Il termine en affirmant que « depuis, elle est restée un tribunal, le chien policier qui surveille ces repaires de chiens sauvages  ». Le Kerouac des dernières années est loin des années 50. Mais l’interprétation vaut la peine d’être mesurée.

Nous avons dit plus haut qu’il existait deux Rennes. Revenons sur la première : incarnée par Rennes Métropole, la Mairie, Destination Rennes et tutti quanti, cette Rennes-là souhaite attirer à elle une clientèle nouvelle et particulière : elle vise principalement un stéréotype, le jeune actif parisien. Regardez les données démographiques de Rennes : la tranche d’âge des 25-34 ans à Rennes souffre d’un écart considérable par rapport à celle des 20-24 ans. Pour le dire simplement, les jeunes viennent à Rennes pour leur étude (ou tout simplement pour y vivre et/ou travailler) et ont tendance à quitter la ville. C’est que Rennes est une ville avant tout étudiante. Destination Rennes et ses épigones souhaitent aller contre cet état de fait. Ce ne serait pas grave si cette réaction – sous le visage masqué d’un progressisme qui ne dit pas véritablement son nom (le néo-libéralisme, pour le dire à sa place) – n’entraînait pas une grave répression.

Cette Rennes-là a besoin, pour justifier sa transformation urbaine, de faire venir à elle le jeune trentenaire, de préférence parisien, de préférence actif. L’étudiant n’est pas un bon consommateur, c’est bien connu. Le 10 octobre, Destination Rennes sera présente à Paris dans le cadre de Parcours France, « le rendez-vous des projets en région  ». « Emploi, entrepreneuriat, investissement, immobilier... », résume la présentation. Trois petits points, donc, dans lesquels on voudra inclure, par mauvaise foi, la culture, l’art, et peut-être même la saine contestation. C’est pour promouvoir cet événement que Destination Rennes a sorti de ses cartons l’une de ses publicités. On y voit, en noir-et-blanc, un jeune cadre premier, dans un costard cravate bien plissé, prendre la posture et les gestes de la culture heavy metal ou hard rock. Il fait, avec ses mains, les cornes du diable et tire outrageusement la langue. Le slogan ? A Rennes, on est work’n’roll.

La publicité semble pousser si loin la logique du capitalisme qu’on la croirait presque pensée par l’un de ses opposants. L’idéologie du travail s’y valorise sous les traits du cool, l’instrument laborieux du tertiaire s’y laisse emporter au son d’une musique qui ne rock moins qu’elle ne roll, c’est-à-dire qui préfère à l’ébranlement, à la secousse, au bouleversement la neutralité du roulis doux et du ruissellement. Et c’est toute la logique de l’avant-gardisme et de la sous-culture, une nouvelle fois, qui se trouve dévoyée. C’est à la caillasse du rock qu’il faut substituer la mélodie léthale du work. De quoi regretter les élans rageux de l’anarcho-punk...

 Faire dérailler la machine

Voilà encore la forêt sauvage que cache l’arbre Destination Rennes. Sur le papier, tout est rose. En réalité, tout est noir. L’on peut comprendre qu’elle appelle à elle sa main-d’œuvre naturelle : Rennes n’est certainement pas contre une cohabitation pacifique avec cette nouvelle classe de col blanc. Encore que. Il est des choses que Destination Rennes, dans sa volonté de « rencontres professionnelles » (entendez : contrats), ne voudrait pas ébruiter. Par exemple, que les « casseurs » s’en prennent aux banques ou aux entreprises du Carré Rennais dans le centre-ville. Ne pouvant empêcher la rumeur de courir, elle ne pourra que saluer l’intervention donquichottesque du Raid pour déloger la Maison du Peuple, en mai 2016.

Cette Rennes-là n’a eu de cesse, depuis des années, de mépriser, voire de maltraiter, les étudiants qui, pourtant, font le cœur de cette ville. Bien entendu, ils ne sont pas les seuls. 66 000 étudiants en 2016, sur une population rennaise de 219 000 habitants, 440 000 avec la métropole ! Et que leur offre-t-on ? Si ce n’est un jeunisme débilitant maquillé sous l’apparat d’une culture apprivoisée, faisant la part belle à une prohibition répressive à peine déguisée (Dazibao et ses soirées jus de fruit, fermeture des bars à 1 heure, charge des CRS place Saint-Michel, arrêtés préfectoraux interdisant l’alcool) et à l’approbation généralisée des contrats précaires et autres bénévolats honteux. Le tableau idyllique brossé par Destination Rennes ne montre pas l’arrière-plan de la toile : étouffement de la culture alternative par le financement, partisan et inégal, de quelques événements policés, asphyxie lente par l’artillerie lourde des zones autonomes, telle que pratiquée par exemple et pour l’exemple aux Prairies Saint-Martin par l’expropriation louche des habitants et des squatteurs (au profit du pléonastique parc naturel urbain et ses friches artistiques apprivoisées), surveillance généralisée et délationnaire de la population par l’entremise de dispositif de contrôle comme Rennes Cité Zen.

Zen, la cité ? Tant que l’on dérange pas son sommeil. Que dire encore de cette Rennes-là ? Sous le dehors néologisant du « vivre-ensemble » ou de la « co-construction », c’est-à-dire selon une grammaire agrammaticale qu’elle est la seule à comprendre et pratiquer, cette Rennes sans destination sait parfaitement afficher le gendarme qui ne fait même plus semblant de dormir en elle. Ouverte, Rennes ? Ouverte à son électorat potentiel. Rappelons-nous qu’en 2012, sous le prétexte de plusieurs plaintes des voisins, c’est la Mairie qui a décidé de saisir les chiens des punks, place du Colombier[i]. De les saisir et de les conduire à la fourrière. Les « marginaux », comme on les appelle, avaient 8 jours pour payer une amende de 89 euros, et ainsi récupérer leur chien. Le risque encouru, pour les chiens déclarés méchants, était l’euthanasie. Avions-nous jamais vu, cette année-là, voir défiler côte à côte des vieilles dames et des punks ?

Cette Rennes-là se transforme, se creuse, se déforme. Il n’y a pas une rue, de Maurepas jusqu’à Jacques Cartier, qui ne soit traversée par les grues et les foreuses. L’urbanisme, pourtant, demanderait à être repensé, et autrement ! Rennes n’a pas attendu Paris, ou plutôt, l’a admirablement copié, quand il s’agit d’être jacobin, et pire : germanopratin. Marchez, de la gare jusqu’à République, de République jusqu’à Sainte-Anne ! Vous avez fait le tour de ce qu’il y avait, peu ou prou, à voir. Le reste, si ce n’est quelques salutaires parcelles de cultures artistiques ou éthyliques insulaires, n’est que pavillons et ensembles bétonnés. Paris, Lyon et Marseille ont des arrondissements. Nantes, Bordeaux ou Strasbourg, des quartiers. A Rennes, tout se fait à pied. Tous convergent vers la rue de la Soif, Sainte-Anne ou les Lyces. Et la Mairie de vouloir à tout prix désengorger : favorisant la prohibition contre l’intelligente urbanisation, cette Rennes-là agit sur le court terme.

Dans les gares, une voix désincarnée nous alerte : « Prenez-garde à la fermeture automatique des portes ». L’autre Rennes, protéiforme, hétérogène, parce que non instituée, ne prend pas garde : elle ne monte pas dans le train du progrès. Elle occupe les rails. Est-ce à dire, contre Rennes Destination Rennes, que cette autre Rennes s’oppose à la décentralisation ? Et se pose en courant réactionnaire ? Voire affirme quelque chose comme le repli ou l’indépendance de la Bretagne ? Ce serait trop simple. Encore faut-il préciser que Destination Rennes et ses projets ne participent pas d’un principe de décentralisation. Même avec le centre des congrès, EuroRennes ou la LGV1H25, le jacobinisme centralisateur demeure. Le mouvement de transfert des populations, de la région parisienne à ses proches métropoles, répond à un besoin dans lequel s’insère Destination Rennes et son protocole. Du reste, le pouvoir reste central. Destination Rennes, mendiante hexagonale, quémande quelques restes. Elle ne vise rien tant que le rattachement de sa métropole à la capitale française. Rennes ne sera alors qu’une périphérie, une ville-dortoir, et non une métropole capable d’équilibrer, sur le territoire, les institutions et le pouvoir. L’autre Rennes, au contraire, loin de se retirer dans ses murs, fait preuve d’ouverture : parce qu’elle lutte, elle s’oppose à cette fausse décentralisation et revendique plutôt le caractère autonome de Rennes face au pouvoir central, à son gouvernement comme à son président.

Au « work’n’roll » servile et pernicieux de Destination Rennes, elle oppose, sur ces murs, cette appellation : « fin du travail, vie magique ».

Pas d’anti-parisianisme primaire, non plus. Est-il besoin de le préciser ? Pour continuer sur le mouvement de protestation contre la Loi Travail, n’a-t-on pas vu, justement, les manifestants de Rennes, côte-à-côte, pour ainsi dire, avec ceux de Paris, de Nantes ou encore de Rouen ? Ce n’est ni Paris ni les parisiens qui sont ici critiqués : la ville a de ces lumières qui ne faiblissent pas. Destination Rennes aurait tout à gagner à prendre la mesure de la véritable diversité culturelle et artistique de la capitale. Mais, ne sachant rester Rennes, et peut-être même le devenir, elle préfère se rêver en Neuilly.

Aussi est-ce encore un combat plus large qui s’est déroulé, se déroule et se déroulera encore à Rennes, et dans la « bataille pour le centre-ville ». C’est une guerre de territoire. C’est une définition même de Rennes, et par là, de ce que doit être une ville. Généralisé, le combat l’est doublement : il ne concerne pas seulement Rennes, mais toutes ces métropoles qui, le 10 octobre, iront se vendre à bas-prix sur les trottoirs de Parcours France. A chacun le droit de faire le constat et la critique de la politique de sa propre ville. Concernant Rennes, peut-on nier qu’elle représente quelque chose comme une fracture dans le tissu social et politique ? Les événements passés l’ont montré : le présent ne cesse de l’afficher.

On dira : cette autre Rennes est-elle forcément celle qui manifeste, ou pour être précis : qui manifesta contre la Loi Travail, numéro 1 et 2, sous Hollande comme sous Macron ? Cette autre Rennes, c’est Destination Rennes qui l’a elle-même désignée. Elle s’est créée elle-même, par la répression, son propre ennemi. C’est parce qu’elle a choisi la répression pour faire la ville à son image, c’est-à-dire, selon une logique ordolibérale, pour imposer son credo économique, qu’elle a trahi son véritable visage. 

Destination Rennes a fait montre d’une erreur d’aiguillage. Reste que le train n’a pas encore déraillé...

 

 

 

 

 

[i] Voir l’article de Rue 89 : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20120703.RUE1037/a-rennes-la-mairie-prive-les-punks-de-leurs-chiens.html

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier#1.

25 avr. 17 Mouvement 6 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :