[Bobigny] Le gros mytho du préfet.

Quand la préfecture se lance dans les « faits alternatifs » pour redorer le blason de la police, et faire oublier une fois de plus le comportement de ses troupes.

paru dans lundimatin#93, le 16 février 2017

Alors que toute l’ignominie de la pratique policière est mise sur la place publique depuis 1 semaine, on sent les chargés de communication de la préfecture un peu à cran, et prêts à se jeter sur le moindre prétexte pour redorer un peu les matraques de la profession. C’est ce qu’ils ont cru bon de faire, après la manifestation contre les violences policières qui s’est tenue ce samedi à Bobigny. Une histoire d’héroïsme policier, des journalistes peu regardant et au final : un bobard trop gros. Quand la police se met aux faits alternatifs elle ne fait pas dans la dentelle…

COMMUNIQUÉ

Les affrontements qui ont suivi le rassemblement de Bobigny ne sont pas encore terminés, quand un communiqué de la préfecture de police (service de la communication - cabinet du préfet) tombe. Il annonce la présence de 2000 manifestants, et « plusieurs centaines d’individus violents et très mobiles commettant des exactions ». Il condamne les dégradations, en indiquant qu’elles sont le fait de groupes violents, qui ont aussi perturbé le déroulement « normal, dans le calme, de ce rassemblement ». (On remarquera que c’est peu ou prou « l’analyse » qui sera livrée par la suite par les médias - on sait donc où ces derniers vont chercher leurs « infos »)

Enfin, détaillant les « exactions », le communiqué indique que des poubelles ainsi que « 4 véhicules » dont un « car régie appartenant à un média » ont été incendiés. Et que :

Des effectifs de police ont dû intervenir pour porter secours à une jeune enfant se trouvant dans un véhicule en feu

REPRISE

Les journalistes les plus habitués à la lecture des communiqués de la police ont tout de suite identifié l’élément important : ça y est, les flics peuvent à nouveau être considérés comme des héros.

Ainsi, Luc Bronner, qui n’avait pas twitté jusqu’à présent sur le rassemblement de Bobigny, s’empresse de relayer le communiqué de la préfecture, en appuyant évidemment sur l’incident voiture-enfant-héros policiers. Ce monsieur est directeur de la rédaction du journal le Monde, qui, ces dernières semaines s’est érigé en héraut de la vérité, pourfendant (le Dexodex en main) les hoax, fake news, alternative facts (ou en français, toutes les manipulations de la vérité, circulant notamment sur les honnis réseaux sociaux).

Si des gens aussi sérieux relayent cette information de la préfecture, alors même que l’« événement » est encore en cours, c’est certainement pour annoncer, bientôt plus d’informations à ce sujet. Le teaser étant très hollywoodien, on s’attend à découvrir la description d’une voiture encerclée par les flammes et d’un policier qui, n’écoutant que son courage, plonge au milieu du feu et des assaillants (qui continuent de l’agresser, la bave aux lèvres). S’ensuivra certainement, le récit du CRS-sauveur, la main de Bruno le Roux sur l’épaule, et bientôt François Hollande le décorant, la larme à l’oeil. Profitant de l’aubaine, le service de communication de la préfecture de police fait coup double : 1) discréditer complètement le mouvement de protestation contre les violences policières 2) rappeler que les policiers sont avant tout des héros.

D’aucuns n’attendaient visiblement que ça, et la célérité avec laquelle ils ont diffusé le communiqué policier atteste de leur fébrilité du moment.

Cette opération de com’ se serait sans aucun doute poursuivie tout le week-end, si le bobard de la préfecture n’avait pas été si mal ficelé.

CONTRADICTION

Car en effet, quelques minutes à peine après le communiqué préfectoral des récits indignés viennent contredire la version policière. On peut citer par exemple l’article publié très rapidement sur Paris-Luttes Infos :

Deux sources. Qui croire ? Dilemne de journaliste... Qui s’aidera peut-être du Decodex, l’outil de vérification des sources du journal le Monde. Ce dernier indique à propos de Paris-Luttes Infos :

Ce site peut être régulièrement imprécis, ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources.

La "prudence" journalistique en l’occurence favorisait la version policière. Sauf que les "autres sources" concordaient avec le récit de Paris-Luttes.
Ainsi sur twitter, circule rapidement le récit de Madjid Messaoudene :

Ainsi que celui de Hamid Messaoudene :

Et un peu plus tard, c’est un post facebook qui se met à circuler à toute vitesse.

Ce témoignages va finalement forcer une bonne partie de la presse à infléchir sa croyance dans le communiqué préfectoral. Et pourtant, il continue d’avoir moins de poids que la parole de l’administration (parce qu’il vient des réseaux sociaux ? qu’il contient des fautes d’orthographe ? ou parce que la parole préfectorale est d’or ?). Ainsi, la Desintox de Libé, qui se plonge logiquement sur la question :

PAS DE CRS

On comprend que pour pouvoir appliquer le tampon « FAUX » sur le communiqué préfectoral, il va falloir attendre qu’une instance "sérieuse" accrédite les témoignages, voire que le cabinet du préfet décide de changer de version de lui-même. Et c’est justement ce qui va se passer le lendemain matin...

D’abord le Bondy Blog (blog adossé au journal Libération), fait parler Emmanuel Toula, l’auteur du post Facebook cité plus haut.

Je suis rentré alors dans la voiture. J’ai ouvert la portière, tétanisé, j’avais les mains qui tremblaient. La fille était à l’arrière. Elle ne pleurait pas mais elle était aussi tétanisée, choquée. J’ai essayé d’enlever sa ceinture, j’avais les mains qui tremblaient toujours et au bout de dix secondes, j’ai réussi à lui enlever sa ceinture de sécurité. Je l’ai prise alors dans mes bras, toujours tremblant, puis j’ai essayé de courir. Je commençais à prendre de la vitesse et là, j’ai senti les gaz lacrymogènes. Des grenades assourdissantes sont tombées à deux mètres de nous à peine. J’étais choqué, déboussolé, j’essayais de continuer à courir. Le gaz m’a fait beaucoup pleurer. J’essayais de bien confiner la petite contre moi. Là, un vieux m’a tiré par le bras et m’a dit “Viens petit !” On s’est alors avancé, puis soudain, la personne âgée s’est éloignée car des jeunes lançaient des mortiers et les policiers de nouveau des gaz lacrymogènes.

Non, affirme Emmanuel Toula, les CRS n’étaient pas là. Ils balançaient plutôt des grenades lacrymo sur la foule.

QUANT AUX FLAMMES

Par ailleurs le Bondy Blog va mettre à mal un autre élément de la version préfectorale. En effet, la police et une partie de la presse affirmaient (et continuent d’affirmer) que la voiture était « en feu », quand la fille en a été extraite. C’est par exemple la version que continue de reprendre le journal le Figaro :

la police reconnaît que c’est un ado qui a sauvé une fillette d’une voiture en feu

Et précise :

La voiture où se trouvait prise au piège l’enfant a fini carbonisée.

Emmanuel Toula, lui, indique que c’est une poubelle enflammée, devant la voiture, qui a provoqué son intervention : il craignait que cet incendie se propage au véhicule. Il affirme que ce n’est que plus tard, une fois que lui-même et l’enfant s’étaient éloignés, que la voiture a été retournée et incendiée volontairement.

Un policier, interrogé par le Bondy Blog raconte la même chose :

Une poubelle en feu a été projetée par des jeunes vers un véhicule gris alors qu’il y avait des gens à l’intérieur. La voiture se trouvait devant l’entrée du parking de la cité Paul-Vaillant-Couturier. Nous avons tenté de disperser la foule au même moment avec des gaz sous pression mais nous nous sommes retrouvés encerclés. C’est un jeune homme noir qui est venu en aide à une enfant qui était toujours dans la voiture alors que la poubelle brûlait à côté. Une fois les occupants évacués, la voiture a été retournée par des casseurs et a fini carbonisée par les flammes”.

Sans minorer, lui non plus, la dangerosité exacte de la situation (une enfant dans une voiture, une poubelle en feu à côté, le tout au milieu des gazs)(on laissera par ailleurs à @algersousbois, dont c’est la spécialité, le soin de soulever la question du maintien de la circulation automobile dans de telles circonstance) un autre des témoins de la scène affirme que la voiture en question n’a pas été incendiée au moment où la fille était à l’intérieur et lui-même à proximité :

Enfin, une autre témoin est citée par le journal Le Monde :

Sarah, une militante de 24 ans venue prendre des photos de la manifestation, assure au Monde que « la petite n’a pas été sauvée du feu puisqu’il n’y avait pas encore le feu ni sur la voiture ni sur la poubelle ». Elle raconte ne pas avoir compris ce qu’il se passait, mais avoir « vu un jeune homme sortir de la foule, extirpant une jeune fille à bout de bras » :

« Il y avait de la fumée qui sortait du regroupement mais je n’ai pas vu si elle sortait du capot ou de la poubelle. Et il y avait aussi la fumée des gaz lacrymogènes. C’était le bazar. Le danger c’était la foule, les gaz lacrymogènes, la fumée, les tirs de Flash-Ball et la petite au milieu de tout ça, pas le feu. »

RETOURNEMENT

Face à ces témoignages, la préfecture de police a été contrainte de faire son mea-culpa… à sa façon…

D’abord en niant avoir envoyé un communiqué mensonger à toutes les rédactions. Auprès du journal le Monde :

« Nous n’avons jamais déclaré que la police avait sorti l’enfant du véhicule, c’est un manifestant qui a sorti l’enfant de la voiture », a soutenu la préfecture de police dimanche.

Plus en détail, dans le Bondy Blog :

A aucun moment, nous n’avons dit que ce sont les policiers qui avaient sauvé la fillette. La phrase a peut-être été mal tournée dans la précipitation d’un communiqué publié à 20h et censé donner le bilan de cette journée de manifestation. Nous savions dès hier qu’un manifestant avait sorti l’enfant de la voiture mais nous n’avions pas tous les détails pour pouvoir l’annoncer. Le message que nous voulions faire passer c’est qu’un drame a été évité. Nous n’avons, à aucun moment, voulu nous attribuer le sauvetage de cet enfant. Le principal, c’est qu’un drame a été évité.

Enfin en félicitant sur Twitter le jeune homme (dont elle avait quelques heures plus tôt nié l’existence), sans jamais, bien entendu, admettre sa tentative de manipulation.

Un communiqué « écrit dans la précipitation », des médias qui relaient « dans la précipitation ». Encore un « accident » (la boulette !) en somme. Une petite bavure langagière qui aurait pourtant permis une belle opération de communication si Emmanuel Toula n’était pas venu rappeler que non « il n’y avait aucun policier lorsque j’ai sorti la petite fille de la voiture. Il y avait des tirs de gaz lacrymogènes en direction du groupe de jeunes autour mais aucun policier à moins de 30 mètres » et que « il ne faut pas s’attribuer les mérites des gens » !

En bref, le mytho de la préf était trop gros. Il aurait fallu quelques dizaines de minutes de patience à ses relais, malheureusement trop avides de pouvoir cracher sur ce qui se passait à Bobigny ce jour-là, pour s’en rendre compte.

"J’parle même pas des crs qui mimaient la sodomie avec leur matraque de loin"

Les relais médiatiques de la préfecture ne sont pas trop intéressés à un autre élément qui a été pourtant énormément soulevé par les gens qui étaient présent à Bobigny, à savoir le comportement (tiens donc, encore) de la police.

Un manifestant nous a raconté ce qu’il a vu « avant 22h, à partir du moment où les lacrymogènes ont plu sur le parc, dans les rues proches du métro Picasso » :

J’ai vu les CRS attraper des gens juste devant moi et les éclater au sol, et ne même pas me calculer, seule différence : j’étais blanc. Dans les ratonnades il nous suffisait de se coller aux murs et ils nous ignoraient. Je les ai vu dégainer les 9mm aussi, à de nombreuses reprises, notamment face à un homme seul avec son Pittbull. L’effectif policier était hallucinant, ils étaient partout. Et la bac qu’on voit plutôt en petits groupes habituellement, se déplaçait là en cohortes d’environ 50 par endroits. Les tirs de lbd étaient si fréquents qu’a l’oreille on aurait pu croire à des tirs en rafales. J’parle même pas des crs qui mimaient la sodomie avec leur matraque de loin.

Quand on a enfin trouvé un bus pour partir, il a été intercepté au départ par deux motos de la police nationale. Ils ont fait sortir les voyageurs rebeu (uniquement les rebeus !) et les ont éclaté au sol. Ils n’ont pas eu besoin de monter dans le bus, ils ont tendu le bras et sorti les gens qui les intéressait, et par l’ouverture de la porte ont matraqué ceux qui les soutenaient. Avec je cite "toi t’ouvres trop ta gueule, ta grande gueule tu vas voir si tu vas la fermer ».

Appendice

Une vidéo trouvée sur l’internet :

Petit guide pratique pour étouffer une affaire de violences policières et garder la population sous contrôle from S.TéphanO on Vimeo.

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier#1.

25 avr. 17 Mouvement 6 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :