#Arago - 101 lycéens et grévistes placés 48h en garde à vue

Le message gouvernemental est clair : ceux qui refusent d’être évalués, sélectionnés et triés par des algorithmes, le seront par la police.

paru dans lundimatin#147, le 1er juin 2018

Mardi 22 mai, alors que la manifestation parisienne se termine, une centaine de lycéens et de grévistes pénètrent dans le lycée Arago (XIIe arrondissement). Le scandale #parcourssup a déjà commencé. Sur place une armada policière cerne l’assemblée générale qui n’a pas encore commencée et interpelle 101 personnes. Après avoir passé deux nuits en garde à vue ils devraient être présentés à la justice ce jeudi.

[MàJ (12h00) : Selon nos informations la grande majorité des gardés à vue s’apprête à être présentée au procureur de la République pour un rappel à la loi.]

Alors que tous les lycéens du pays apprennent à leur dépens ce que signifie la sélection et le tri du capital humain, et que le scandale de Parcoursup donne des sueurs froides à des dizaines de milliers de parents, le gouvernement semble décidé à réprimer dans l’œuf toute contestation.

Pour le moment, les informations sont parcellaires et éparpillées sur les réseaux sociaux.

Mathilde Larrere, enseignante, s’est rendue au rassemblement organisée devant le lycée le lendemain, elle raconte :

 « Je suis allé au rassemblement en soutien aux gamins interpellés, ils seraient une soixantaine, dont un très grand nombre de mineurs. Ils sont élèves à Arago, Condorcet (Montreuil), Voltaire, etc. Ils sont rentrés dans le lycée Arago pour tenir une assemblée générale. La proviseure a appelé la police qui est alors entrée dans l’établissement. Les élèves ont été pressés, tous fouillés, palpés plusieurs fois. Une gamine a fait une crise d’angoisse, les pompiers ont donc été appelés et ont dû arracher à la police le droit d’entrer dans l’établissement. La mère a été appelée mais la police a refusé de la faire entrer. Finalement les pompiers sont parvenus à la faire rentrer puis la gamine a été évacuée en ambulance : c’est la seule qui n’ait pas été interpellée. Elle a pris la parole en larme lors du rassemblement, inquiète pour ses copains les autres gamins emmenés dans des bus. Certains ont 15 ans, ils sont restés dans ces bus plus de 4 h, sans eau, sans accès au toilettes, sans pouvoir voir d’avocat et sans pouvoir appeler leur parents. Certains parents ont écumé les commissariats toute la nuit à la recherche de leur progéniture. Lors du rassemblement de soutien, soit 24h après leur arrestation, certains parents ne savaient toujours pas où leur enfant était gardé à vue.

Sur twitter, un parent élu FCPE évoque des ordres venant de « beaucoup plus haut ».

Rappelons que la décision de placer ou non une personne en garde à vue appartient à la police, soumise au ministère de l’Intérieur et pas au parquet qui se contente de décider de maintenir ou prolonger (ce qu’il a fait) la mesure de privation de liberté. Précisons que de nombreux interpelés sont mineurs et qu’il est très rare qu’ils subissent 48 heures de garde à vue.

Mais par-delà le message politique envoyé à la jeunesse, que reproche-t-on au juste à ces lycéens et quelle infraction peut justifier des arrestations en masse de ce type ?

Selon des avocats que nous avons contactés, les charges retenues seraient : « Intrusion dans un établissement scolaire » et « participation à un groupement en vue de de commette des violences ou des dégradations ».

Sur ce dernier délit, notre juriste avait, dans un article du 13 juin, anticipé l’usage de cette loi contre les manifestants :
Délit de participation à un groupement violent ou comment manifester est devenu un délit
La centaine d’élèves étant toujours en garde à vue ce matin, il est pour le moment impossible de connaître en détail les suites judiciaires que connaîtra cette incroyable opération policière. Le site Paris-luttes.info évoque 73 comparutions aujourd’hui, probablement devant le procureur, 5 comparutions immédiates, 5 autres remises en liberté sans charge et une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Le message gouvernemental est clair : ceux qui refusent d’être évalués, sélectionnés et triés par des algorithmes, le seront par la police. Les lycéens l’entendront-ils de cette oreille ?

Alors que nous terminions la rédaction de cet article, on nous signale qu’un journaliste serait lui aussi parmi les gardés à vue. Lire le communiqué de La Meute

lundimatin {papier}

Se procurer la revue

Mouvement 1 min 25 avr. 17
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :