Voiture de police incendiée : le bluff de Cazeneuve ?

Cette opération de communication vise évidemment à recouvrir le fiasco des interdictions de manifester...

paru dans lundimatin#62, le 28 mai 2016

Mercredi 18 mai, Place de la République, le syndicat Alliance se rassemble afin d’en appeler à l’arrêt de la haine contre la police. Le symbole est fort, quelques centaines de policiers en civil reprennent la place.

Un imposant dispositif, lui aussi policier mais en fonction, bloque toutes les rues attenantes. Les passants n’étant pas munis d’une carte de police doivent contourner la place. Seuls quelques journalistes sont autorisés à passer le barrage ainsi qu’une poignée d’hommes politiques en l’occurrence Marion Maréchal-Lepen, Gilbert Collard et Eric Ciotti qui s’adonneront à quelques « selfies » au milieu de policiers comblés.

À l’angle de la place, quelques centaines de contre-manifestants sont repoussés et gazés par les gendarmes mobiles, la place de la République est définitivement et doublement privatisée par la police. Cette contre-manifestation, prévue à 11H00 et déclarée en préfecture par le collectif Urgence Notre Police Assassine avait été interdite par la préfecture à 11H20.

Pied-de-nez

Alors que des colonnes de la gendarmerie encerclent les manifestants, plusieurs centaines parviennent à s’échapper de la nasse et dans le mouvement, un cortège se forme et part en manifestation improvisée. Quelques minutes plus tard, une voiture de police bloquée dans la circulation est « prise à partie » par certains manifestants. Immédiatement, le conducteur braque une arme à travers sa fenêtre, un journaliste mis en joue lui hurle de la baisser. D’autres manifestants se rapprochent et cassent les vitres du véhicule avant d’y jeter un fumigène. Les policiers sortis du véhicule, l’un d’entre eux prend la fuite pendant que le second fait face à un manifestant qui lui assène quelques coups à l’aide de ce qui ressemble beaucoup à une cane-à-pêche. En quelques secondes, le fumigène enflamme le véhicule.

Symboliquement, le pied-de-nez au ministère de l’Intérieur est monumental, qui apparaît aux yeux de tous comme étant incapable de mater la colère qui s’exprime dans les rues de Paris depuis maintenant deux mois.

Tentative d’homicide, Renseignements et paralogismes

La réponse ne se fait pas attendre, le ministère doit garder la face. Personne n’ayant été interpellé sur place, il faut trouver des coupables ou du moins des suspects, voire des « suspects potentiels ». Dans l’après-midi, 5 personnes sont arrêtées, elles ont entre 19 et 32 ans. Le procureur de Paris lui non plus ne lésine pas et ouvre une enquête en flagrance pour « tentative d’homicide volontaire ». La communication peut commencer, elle sera massive.

Parmi les 5 personnes interpellées, au moins trois avaient été interdites de manifester la veille mais le tribunal administratif avait annulé ces décisions du fait de leur manque de fondement. Cet élément est présenté comme étant incriminant par le ministère de l’Intérieur. S’ils ont été interdits de manifestation la veille, c’est qu’ils ont incendié le véhicule de police. La communication par le paralogisme.

En réalité, les policiers n’ont pas encore recueilli le moindre élément qui permette de relier ces cinq personnes à l’incendie du véhicule de police. C’est une note des Renseignements de la Direction de la préfecture de Police (DRPP) qui a proposé à la police judiciaire d’interpeller des militants politiques connus et peut-être aperçus lors du rassemblement pacifique mais interdits a posteriori par la préfecture.

Il s’agit donc de décrypter cette communication volontairement confuse du ministère. Il n’y a pas eu d’incendiaires interpelés qui se sont avérés être des militants politiques mais des militants politiques ciblés par les services de renseignements à qui M. Cazeneuve essaie d’imputer un incendie de voiture qualifié de tentative d’homicide, donc de crime.

Cette opération de communication vise évidemment à recouvrir le fiasco des interdictions de manifester et à faire pression sur le tribunal administratif afin qu’il n’annule pas celles qui ne manqueront pas de tomber ces prochains jours.

Reste à savoir si cela fonctionnera ou si le mouvement social en cours s’opposera à sa criminalisation par les pouvoirs publics.

hot
Flash-ball : le lycéen nantais jugé co-responsable du tir qui l’a éborgné

L’état condamné à ne verser que la moitié des indemnités.

- 5 déc. 16 - Positions, Rencontres, Terreur - 9 min

au hasard
État d’urgence j’écris ton nom

Récapitulatif des assignations à résidences et perquisitions administratives en prévision de la COP21.

28 nov. 15 - Terreur - 11 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :