Retour de flammes

Du fait des agissements d’une flic infiltrée (photo) Eric avait été condamné à 19 ans de prison. Sa peine a soudainement été revue à la baisse. Drôle d’histoire pour l’antiterrorisme américain.

paru dans lundimatin#6, le 11 janvier 2015

Samedi 10 janvier 2015, Eric McDavid, un activiste écologiste américain, a pu quitter sa prison de San Pedro en Californie. Condamné à 19 ans de prison et en ayant déjà purgé 9, sa peine a soudainement été revue à la baisse : 5 ans. Drôle d’histoire pour l’antiterrorisme américain.

Earth Liberation Front

Au debut des années 1990, le mouvement écologiste anglais bat son plein. Des occupations de forêts en passe d’être rasées et remplacées par des autoroutes aux sabotages d’entreprises d’OGM, le mouvement est massif, populaire et très diversifié dans ses pratiques. Les grands-mères pacifistes côtoient de jeunes activistes prêts à endommager les infrastructures des entreprises liées à « la destruction de la planète ». C’est à cette époque qu’apparaît l’ELF (Earth Liberation Front), sorte de signature pour la frange du mouvement qui ne compte pas s’embarrasser des questions de légalité. En 1996, la franchise s’exporte aux Etats-Unis, plus particulièrement dans l’Oregon. Pendant les années qui suivent, les actions se multiplient et s’intensifient, essentiellement sur la côte Ouest. Des lignes hautes tensions, des entreprises d’exploitation forestières, des laboratoires d’OGM, des concessionnaires de 4x4, des villas de luxe en construction, seront pris pour cibles, sabotés ou incendiés.

Le 19 octobre 1998, à Vail dans le Colorado, une station de ski en construction est réduite à l’état de cendres. Les dommages sont estimés à 12 millions de dollars. Un communiqué signé ELF est envoyé à la presse. Le message est clair : « L’entreprise Vail Inc. est déjà la plus grande station de ski d’Amérique du Nord et veut se développer davantage. Les 19 kilomètres de routes et les 3,58 km² de zones de coupe à blanc prévus vont ruiner le dernier environnement du Lynx. Faire passer le profit avant la faune du Colorado ne sera pas toléré. »

Suite à cet incendie, et bien qu’il n’ait jamais engendré de violence contre les personnes, le FBI annonce que l’ « éco-terrorisme » est devenu la première menace terroriste sur le territoire. Cependant, pendant de nombreuses années, la police ne parvient pas à retrouver les coupables. Contrairement à ce que le FBI se figure, l’ELF n’est pas un groupe à part entière composé d’un nombre définitif de membres. Ce n’est qu’une signature apposée à des actions afin de les rendre lisibles publiquement. En somme n’importe qui peut revendiquer un acte au nom de l’ELF et de nombreuses personnes le font. La seule obligation, clairement énoncée par les premiers instigateurs, est de ne commettre aucune action pouvant mettre la vie d’autrui en danger. Il s’agit pour les activistes d’ « user du sabotage économique et de la guerrilla pour faire cesser l’exploitation et la destruction de l’environnement ».

Opération Backfire

Après les attentats du 11 septembre 2001, le procureur général John Ashcroft, autorise une approche plus agressive et pro-active du renseignement intérieur. Les méthodes et les prérogatives jusqu’alors réservées à la CIA sont désormais autorisées aux agents du FBI. La tâche des agents ne se résume plus à la seule résolution des crimes mais s’étend à leur prévention. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes légaux vis-à-vis de la constitution américaine selon laquelle tout citoyen est considéré innocent tant qu’il n’a pas été reconnu coupable.
C’est dans ce contexte qu’en 2004, le FBI débute l’opération « backfire » (retour de flamme) afin de mettre la main sur les activistes de l’ELF. Et c’est à partir de cette enquête antiterroriste qui durera plusieurs années qu’Eric McDavid sera arrêté et condamné

Anna

Anna habite Miami, elle a à peine 18 ans, et prend des cours de soutien scolaire. Nous sommes en 2004, un contre-sommet contre la réunion du FTAA (Zone de Libre-Échange des Amériques) est organisé par le mouvement altermondialiste. Afin de rédiger un devoir pour ses cours du soir, elle se rend à un des lieux de rassemblement du mouvement et consigne tout ce qu’elle y voit. Son professeur est impressionné par la qualité de son enquête de terrain, tout comme l’un de ses camarades, qui s’avère être un policier. Ce dernier lui demande un exemplaire de son travail et la rappelle dès le lendemain matin. Elle a rendez-vous avec un agent du FBI le jour même. Anna devient du jour au lendemain, une adolescente espionne. Ravi par la qualité de son « infiltration » lors du contre-sommet de Miami, le « Bureau » lui propose de continuer le job moyennant une très bonne rémunération. La jeune femme accepte.

L’été suivant, Anna se rend à un rassemblement anarchiste à Desmoines, elle s’est teint les cheveux en rose et arbore désormais un tatouage sur l’épaule : un drapeau noir. Là-bas, pendant quelques jours, environ 300 jeunes activistes campent, discutent et participent à des ateliers. Le rassemblement est ouvert et largement diffusé sur internet, mais la police n’est pas la bienvenue. Au fil des jours, elle rencontre de nombreuses autres personnes, très jeunes, comme elle. L’un d’entre eux s’appelle Eric McDavid. Au fil des jours McDavid ne cache pas son attirance pour Anna qui n’y est visiblement pas indifférente. Ils repartent ensemble en voiture. Quotidiennement, Anna appelle son officier de liaison au FBI afin de le tenir informer. Plus tard cet été 2004, la Convention Nationale Républicaine doit nommer son candidat pour la future élection présidentielle. Une manifestation de 500 000 personnes envahie les rues de New York pour s’y opposer. Anna qui pousse ses amis à la confrontation avec la police, se fait arrêter devant eux et disparaît pendant 48 heures. Elle se faisait en fait débrieffer par son agent de liaison.

Le temps passe et Anna continue d’écumer les manifestations et les rassemblements politiques. S’il arrive que ses liens avec McDavid se distordent, elle maintient constamment le contact avec lui ainsi qu’avec deux de ses amis, Zachary Jenson et Lauren Weiner, qui la considère comme sa « sœur ».

À cette période, l’opération Backfire bat son plein. Le FBI est en ébullition mais personne n’a encore été arrêté. Anna qui est toujours en mission suggère à ses « amis » activistes qu’il serait temps de mettre leurs idées en pratique et de passer à l’action. Pourquoi pas au nom de l’ELF ?

Son statut d’informatrice passe à un grade supérieur, elle peut désormais porter un micro afin d’enregistrer ses conversations avec ses camarades. Au cours d’un enregistrement rendu public après coup, on peut entendre Anna s’entretenir avec Jenson à propos de McDavid :

« Anna : Tu trouves pas qu’Éric se radicalise ? Qu’est-ce qui l’influence dans ce sens selon toi ?
Jenson : Eh bien toi, pour commencer. »

Malgré les incitations d’Anna, il semble que le groupe ne soit pas tout à fait prêt à passer à l’action. S’ils semblent tous d’accord sur la nécessité d’agir, ils passent malgré tout le plus clair de leurs soirées à fumer des joints. Au cours des discussions systématiquement engagées par Anna, ils arriveront tout de même à reconnaître qu’une tour relais de téléphone portable serait une super cible, tout comme ce barrage qui a telle ou telle mauvaise influence sur l’environnement. Dans les enregistrements du FBI, il apparaît clairement que Weiner et Jenson émettent comme condition sine qua non de ne rien faire qui puisse mettre en danger une personne. Mais Anna leur reproche leur manque de détermination, une dispute éclate. McDavid reste silencieux. Anna le prend à partie : « bah si ça arrive, ça arrive… ce sont des dommages collatéraux. »

Le décembre 2005, Anna monte à nouveau en grade. Elle a désormais le statut de OIA, Otherwise Illegal Activities. Elle est autorisée, en tant qu’informatrice, à commettre des actes illégaux dans la mesure où ceux-ci peuvent lui permettre de mettre à jour des faits plus grave.

Face au manque de motivation de ses compagnons et grâce à ses nouvelles prérogatives, Anna va prendre les choses en main. À l’hiver 2005, elle embarque ses trois amis dans une voiture du FBI truffée de micro et de GPS afin qu’ils puissent traverser le pays et passer des vacances dans une maisonnette au fond des bois californiens. Maisonnette louée par la police et équipée de caméras et de micros.

Sur place, Anna a récupéré des recettes pour confectionner des engins incendiaires. Le groupe fait quelques essais de confections mais ils sont tous infructueux, la tension monte entre eux, Anna s’impatiente et une dispute éclate :
Anna : « Demain, c’est quoi notre plan pour demain ? On va faire un truc demain ou pas ? Ou bien faut-il que j’arrête de parler de plans ? »
McDavid : « Hmmm. »
Weiner : « J’apprecierais beaucoup que tu te taises. »
Anna : « Et bien moi j’apprécierais beaucoup que vous soyez capables de suivre un plan ! T’en dis quoi ? »

Anna part deux heures se balader dans la forêt pour se calmer. En réalité, elle explique la situation à son agent de liaison dissimulé dans une autre maison à quelques centaines de mètres de là. Les chances que le groupe parvienne à faire une bombe et se décide à l’utiliser s’amincissent de jour en jour. Anna en a franchement marre. Le FBI décide d’agir dès le lendemain matin.
Alors que les quatre jeunes se rendent dans un supermarché pour y acheter de nouveaux ingrédients, deux 4x4 noirs arrivent en trombe, des policiers sortent les armes au poing et arrêtent McDavid, Weiner et Jenson.
Ils sont accusés d’association de malfaiteurs en vue de commettre un incendie criminel contre une propriété du gouvernement. Très vite, Weiner et Jenson accepteront un arrangement avec le procureur : ils chargent McDavid et n’écopent que de 6 mois de prison. McDavid lui, passe 18 mois à l’isolement en attendant son procès. Il affirme qu’aucun acte n’a été commis, qu’il a été piégé et que c’est le FBI qui a suggéré la commission d’un crime, l’a incité et en a produit les conditions matérielles. Il plaide non-coupable. Le procès est très médiatisé, en mai 2008, McDavid est déclaré coupable et écope de 19 ans de prison ferme.

Retour de flamme

En mai 2012, l’avocat de McDavid demande une annulation de sa sentence au prétexte que les témoignages d’Anna étaient faux et que de nombreuses pièces avaient été dissimulées par le FBI et le procureur. Notamment des lettres et e-mails dans lesquels il apparaissait que McDavid était amoureux d’Anna ainsi qu’une demande de test au détecteur de mensonge la concernant elle aussi, test que le FBI ne lui fera pas passer sans s’en expliquer. Au total, c’est 2500 pages de dossier qui n’avaient pas été fournies à la défense.

Embarrassé, le juge propose, le 8 janvier 2015, un arrangement entre la défense et l’accusation. Si McDavid plaide coupable d’une simple association de malfaiteurs, sa peine est réduite à 5 années de prison. En ayant déjà effectué 9, McDavid accepte. Il doit aussi s’engager à ne pas poursuivre l’Etat.

Hier soir, il est sorti de prison.

hot
La colonisation du savoir

Une histoire des plantes médicinales du Nouveau Monde (1492-1750)

28 nov. 16 - Positions, Histoire - 4 min

au hasard
Manifestation contre l’inauguration du siège de la BCE

Explications d’un économiste.

15 mars 15 - Mouvement, Positions, Rencontres, International - 11 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :