Nouveau lundimatin papier débarque

Ne votez pas ! Ni ne cessez de voter. Il y a des choses à faire.

« Ne pas voter, bien sûr. Mais les choses ont atteint une telle extrémité, le Développement s’est tellement développé, que ce NON de ’ne pas voter’ est désormais un peu court. »

paru dans lundimatin#100, le 17 avril 2017

Chers amis,

Je vous fais parvenir cette annonce qu’une étrange Agence était arrivée, il y a déjà plus de vingt ans, à faire publier dans El Pais, sous le nom d’un de ses illustres collaborateurs, Agustin Garcia Calvo. Il me semble que l’invitation à chercher « des façons plus ingénieuses et efficaces [que la simple abstention] de dire NON au Vote, en bloc, NON au Système Démocratique en son entier » reste d’actualité. Au moment où fleurissent de nombreuses initiatives dans cette voie, j’ai donc pensé à vous pour publier une traduction de cet article que j’ai faite afin de remettre sur le tapis cette invitation. Je ne sais l’ampleur des retours ni des discussions à l’époque, mais je pense qu’il serait bon, si vous la republiez, d’y joindre une adresse. Si l’envie vous en prenait, il serait bon de renvoyer aux textes Contre la Paix, Contre la Démocratie du même Garcia Calvo, publié aux ACL et disponible en pdf sur leur site, ainsi qu’à La Société du Bien-être publié aux éditions Le Pas de côté, et dont la préface par Luis Andrés Bredlow est disponible sur le site la Voix du Jaguar.

Par ailleurs, vous pourriez aussi rajouter à l’article, la chanson Malditas elecciones de Chicho Sanchez Ferlosio, extraite du film Buenaventura Durruti, anarquista .

J’attends votre réponse, sachant qu’il vaudrait mieux, comme vous le comprendrez, que cela ne tarde pas trop.

Bien à vous

Si vous pensez encore que, dans des élections démocratiques, se joue quelque chose qui ait ne serait-ce qu’une once d ’importance pour les gens, alors cette annonce n’est pas pour vous. Allez-y, votez.

Si, après tant d’années (et de siècles) de Démocratie, vous croyez encore que le changement des figures et des noms des m’as-tu-vu de service va affecter le Système d’une quelconque manière, qui ne soit autre que changer pour continuer à l’identique, si vous pensez que l’un d’entre eux peut faire autre chose que ce qui est exigé, c’est-à-dire finalement servir le Développement, autrement dit le Capital, qui n’est autre que l’État, si vous pensez que l’un d’entre eux va, par exemple, pouvoir lever le petit doigt contre la Banque ou contre l’Automobile ou contre la Télévision, dans ce cas, tenez-vous en là de cette annonce, et passez aux feuillets principaux de ce Journal qui vous offrira à profusion les déclarations de Paul ou de Pierre, les diatribes de Jacques contre Jean, les modifications des listes électorales, et les températures des sondages ou pronostics des Agences officielles.

Enfin, si vous êtes encore disposés à supporter le coût multimillionnaire d’argent, d’arbres à papier et de précieuses heures que va vous coûter la fête des Élections, et si vous l’accueillez avec la même patience et le même naturel que les caprices des vents et des pluies, c’est donc que nous ne nous comprenons pas et que ce n’était pas avec vous que nous étions en train de parler.

Mais, si vous n’avez pas tant de foi ni tant de patience, et si vous suspectez que dans le Développement s’accomplit (et mieux que jamais) ce que vous disait déjà votre grand-père, à colliers différents, mêmes chiens, il se peut alors que ce soit pour vous le moment de prêter attention aux arguments qu’ici (dans cette Agence) nous vous offrons, et que vous réfléchissiez avec nous à ce que, face à cette avalanche, les gens de sens commun, qui restons par ici en bas, pouvons faire.

Ne pas voter, bien sûr. Mais les choses ont atteint une telle extrémité, le Développement s’est tellement développé, que ce NON de ’ne pas voter’ est désormais un peu court ; non, l’abstention ne suffit pas (et elle peut même, à moindre frais, vous laisser la conscience tranquille, et vous faire croire qu’en vous abstenant vous êtes en train de faire « quelque chose de positif », c’est-à-dire que vous êtes, en définitive, en train de voter à votre manière), il faut inventer des manières plus efficaces de dire NON à cette farce périodique et à cette arnaque multimillionnaire grâce à laquelle le Pouvoir ennuie et distrait à la fois sa Masse de Personnes.

L’abstention, voyez-vous, ne saurait être une méthode suffisante, parce qu’elle ne peut jamais être assez importante (disons : moins de 15 % des votants parmi les inscrits, moins de 5 % de la population) pour ne leur laisser, à eux, que la peau sur les os, si l’on peut dire, pour dénoncer par elle-même la tromperie et pour que les gens se rendent compte que les Élections et les Scrutins appartiennent intégralement à l’Appareil du Pouvoir et que pour les gens ils ne servent à rien (si ce n’est pour se laisser convertir en Masse de Personnes).

Peut-être gardez-vous quelque espoir à ce propos, et rêvez-vous à des taux d’abstention de 80 et quelques %, voire plus. Mais laissez cela : cette voie est sans issue. On nous raconte qu’aux États-Unis, et ce n’est pas pour rien qu’ils souffrent de ce Régime depuis plus longtemps, on a atteint en certaines occasions des taux encourageants, comme 30 et quelques % des votants ; mais cela peut, tout au plus, vous dévoiler la puissance de la tromperie, et comment l’État (autrement dit, le Capital) peut réussir à se débrouiller avec une marge très restreinte pour continuer, comme si de rien n’était, en faisant croire qu’Il représente le peuple et que dans les scrutins s’exprime la volonté du peuple.

Eh bien, non. En dépit de l’inestimable appui des tout simplement paresseux (ce qui est aussi une manifestation légitime de la lassitude et du scepticisme populaire et, sans eux, les abstentionnistes de conscience seraient peu nombreux), en dépit de tout, l’abstention ne peut parvenir à être assez importante, par la loi propre des Majorités : de même que, dans un scrutin, la Majorité vote toujours ce qui est ordonné (et sur cette sécurité se fonde le Régime Démocratique), de même, avant le scrutin, les personnes de la Masse qui ont à décider si, oui ou non, elles iront voter, finiront toujours en majorité par aller voter, comme c’est ordonné et comme aux consciences des uns et des autres cela semble naturel et conforme. Ainsi…

Non, vous ne pouvez pas rester tranquilles du seul fait de ne pas voter dans ces Élections, de ne pas participer positivement par votre vote à cette manigance et au sempiternel recompte de la Majorité, non : l’institution des Élections et du Vote est trop importante et fondamentale pour la Domination pour que nous puissions nous contenter de cela.

Il faut trouver des façons plus ingénieuses et efficaces de dire NON au Vote, en bloc, NON au Système Démocratique en son entier et dans son plein développement, de faire voir comment les gens tournent le dos à cette fête funèbre et comment ils se consacrent pendant ce temps (comme si le tapage ne grondait pas ni n’aveuglaient les éclairs des masques) à continuer leurs inventions et leurs tâches par ici, en bas.

Et c’est à chercher avec nous ces méthodes pour dire NON que nous vous invitons, par cette présente annonce de notre Agence, modeste quant à ses contingents, mais non quant à ses ambitions.

Des méthodes, il s’en trouvera. Le chemin se fait, précisément parce qu’« il n’y a pas de chemin ». Imaginez ce que nous ressentons au sujet des leaders et Syndicats qui proclament sur les murs « Sans emploi, il n’y a pas de Futur », jouant ainsi le jeu des Producteurs du Néant et des Créateurs de Postes de Travail.

Mais le peuple n’a pas de Futur. Parce que, contrairement à Vous et à un serviteur, le peuple ne meurt jamais. Voilà pourquoi il n’a pas de Futur. Voilà pourquoi il doit le faire, au fur et à mesure.

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier.

25 avr. 17 Mouvement 2 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :