Mediapart intoxiqué par la DGSI ?

Rojava, ultragauche, propagande et terrorisme

paru dans lundimatin#207, le 9 septembre 2019

Lorsque nous avons découvert, dimanche, l’ahurissant article de Mediapart intitulé « Ces revenants du Rojava qui inquiètent les services de renseignement », nous nous sommes autorisés à interpeller le site sur les réseaux sociaux :

« Tiens, la DGSI vient de publier un communiqué de presse sur @Mediapart édité par @MatthieuSuc ».

Quelques heures plus tard nous publiions une tribune de Corinne Morel Darleux intitulée Mediapart et le Rojava, la DGSI en embuscade ? qui s’insurgeait quant au contenu de l’article de nos confrères. Depuis, nous avons nous aussi enquêté.
[Nous venons de publier une lettre ouverte d’André Hébert, nommément visé et cité dans l’article de Mediapart.]

Si Mediapart est connu pour la rigueur, la qualité et la précision de ses enquêtes, celle de Matthieu Suc et Jacques Massey rubriquée dans la section « terrorisme » du site nous est apparue pour le moins légère si ce n’est même salement biaisée. C’est une difficulté bien connue des journalistes d’investigation, s’il est nécessaire de maintenir de bons rapports avec ses sources (ici la Direction Générale de la Sécurité Intérieure), on n’est jamais à l’abri de se faire manipuler par elles. Que ce soit par négligence, abus de confiance ou étourderie. Nous avons donc essayé d’enquêter sur certaines des « révélations » contenues dans l’article de nos confrères et nous sommes aussi entretenus avec certains des « revenants » qui semblent inquiéter nos services de renseignements et dont la parole est cruellement absente de l’article en question.

Dès les premières lignes, les journalistes Matthieu Suc et Jacques Massey évoquent l’expérience militaire acquise par les volontaires ayant rejoint les forces kurdes qui se battaient en Syrie contre Daesh, et la crainte suscitée dans les rangs des services secrets français :

« Ce "savoir-faire" est suspecté de pouvoir servir "dans le cadre d’actions violentes de l’ultragauche révolutionnaire", selon les termes d’une décision de justice rendue en décembre 2016 et qui privait un militant de son passeport et l’empêchait de repartir sur zone. », écrivent-il beaucoup trop rapidement et sans avoir pris la peine de vérifier l’information.

Raphaël Kempf, avocat du jeune homme effectivement interdit de sortie de territoire en 2016, s’est étranglé en lisant l’article. En effet, il ne s’agissait absolument pas d’une « décision de justice » comme l’affirment les journalistes de Mediapart mais d’un arrêté du ministère de l’Intérieur pris en application d’une énième loi dite ’anti-terroriste’, à savoir la loi Cazeneuve du 13 novembre 2014 qui permet d’interdire à une personne de sortir du territoire s’il existe « des raisons sérieuses de penser » qu’elle projette « des déplacements à l’étranger ayant pour objet la participation à des activités terroristes ». Nous publions ici l’arrêté ministériel en question :

Arrete ministeriel by lundimatin on Scribd

Evidemment, on pourrait estimer que nous pinaillons et qu’il n’est pas très grave de confondre une décision administrative et unilatérale du ministère de l’Intérieur avec une décision de justice. Les évolutions de notre état de droit suscitent de plus en plus ce genre de confusion. Le problème ici, c’est que l’arrêté a été contesté mais surtout annulé, par une décision de justice cette fois-ci. Et le moins que l’on puisse dire (et que ne dit donc pas l’article de Mediapart), c’est que le tribunal administratif n’y est pas allé de main morte lorsqu’il a examiné les allégations du ministère de l’Intérieur quant à la dangerosité du client de Me Kempf.

Quelques extraits :

« La circonstance alléguée par le ministre ne suffit pas à démontrer que les activités du YPG (…) revêtiraient un caractère terroriste. » Les juges ajoutent que l’organisation kurde « coopère avec les forces armées françaises et alliées opérant en zone irako-syrienne et que le PYD dispose depuis 2016 d’une antenne installée à Paris. (…) Il résulte de ce qui précède que le ministre de l’Intérieur ne pouvait estimer à bon droit que M. XXX projetait un déplacement ayant pour objet la participation à des activités terroristes. »

Concernant les risques d’atteinte à la sécurité publique qu’un retour de M. XXX pourrait constituer, et le « savoir-faire » suspecté de pouvoir servir « dans le cadre d’actions violentes de l’ultragauche révolutionnaire » comme l’affirme le ministre de l’Intérieur et comme le répète sans nuance Mediapart, la justice a tranché : les « éléments ne suffisent pas à démontrer que les convictions et engagements politiques de M. XXX sont susceptibles de le conduire à porter atteinte à la sécurité publique lors de son retour sur le territoire français ». Les juges ajoutent que « le ministre de l’Intérieur ne pouvait estimer à bon droit que M. XXX projetait un déplacement sur un théâtre d’opérations de groupements terroristes, dans des conditions susceptibles de le conduire à porter atteinte à la sécurité publique lors de son retour sur le territoire français » et de conclure que « l’arrêté méconnaît les dispositions précitées de l’article L. 224-1 du code de la sécurité Intérieure et doit, dès lors, être annulé. »

Le jugement a donc ordonné que son passeport soit restitué à M. XXX et que 1000 euros lui soient versées par l’État pour sa bévue. Bref, une toute autre histoire que celle racontée par la DGSI, Matthieu Suc et Jacques Massey.

L’intégralité du jugement :

Jugement by lundimatin on Scribd

Une opération psychologique et éditoriale

Tous les spécialistes de l’antiterrorisme le savent, la qualification « terroriste » ne repose pas tant sur des faits que sur des intentions et une ambiance que les enquêteurs parviendront ou non à établir. Lorsque la DGSI explique à Mediapart que le profil des volontaires pose « un important problème sécuritaire (…) en raison de la formation militaires qu’ils ont acquise », on se dit qu’il est préférable de ne pas trop les prendre au pied de la lettre sauf à être immédiatement terrorisés par les millions de Français également formés par le service militaire.

Dès le chapeau, Mediapart nous prévient : « Les services ont la conviction que l’homme ayant tiré sur un hélicoptère de la gendarmerie lors de l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes était un vétéran du Rojava. » Heureusement, ils précisent au 7e paragraphe qu’il ne s’agissait pas d’un lance-roquette ou d’une arme automatique mais d’une fusée éclairante. Comme le précisait non sans humour Corinne Morel Darleux dans nos pages hier :

Nul besoin au demeurant d’être un "vétéran du Rojava" pour manier une fusée éclairante, une rapide recherche indique qu’elles sont vendues sur Internet pour les ’soirées illuminées, fêtes nationales, départ en retraite, événements, fiançailles, mariage, baptême.

Si la mise en scène peut prêter à rire, les accusations n’en sont pas moins graves et sans autre fondement qu’une « conviction » que les services de renseignements reconnaissent être incapables d’établir judiciairement. Quand on sait à quelle fréquence des manifestants sont poursuivis et condamnés sur la base d’un simple procès-verbal ou d’une photo floue, on se dit que si la DGSI ne parvient pas à judiciariser ses accusations, c’est que sa conviction ne doit pas être si nette. Au reste, Matthieu Suc et Jacques Massey ne nous disent pas s’ils ont contacté le parquet de Nantes pour savoir où en étaient [les investigations alors qu’une enquête est ouverte depuis avril et que deux suspects ont déjà été placés en garde à vue pour ces faits.

Après avoir reconnu un « vétéran » tirer sur un hélicoptère à Notre-Dame-des-Landes, sans avoir assez de preuves pour l’inquiéter (sic), Matthieu Suc, Jacques Massey et la DGSI suggèrent que d’autres pourraient se cacher dans des buissons du Dauphiné :

Moins sanglante, la perspective d’une convergence des luttes avec la mouvance anarchiste, qui s’adonne depuis l’été 2017 à une activité incendiaire, inquiète. Particulièrement actifs en Île-de-France et dans le Dauphiné, de mystérieux incendiaires multiplient les actions de sabotage et de dégradation, en solidarité avec des anarchistes actuellement incarcérés en France et en Italie. N’hésitant pas à s’introduire dans l’enceinte des casernes pour y mettre le feu, ils ont attaqué des gendarmeries en septembre et octobre 2017 à Limoges, Grenoble et Meylan. Dans cette dernière commune, l’assaut avait pris pour cible – et c’était là une première – la zone d’habitation de la brigade. 

Le mois de janvier 2019 est marqué par un double incendie de la radio France Bleu Isère et d’un relais radio à Grenoble. En mars, trois véhicules de la mairie sont incendiés à Paris. En avril, c’est un véhicule appartenant au centre local d’information et de recrutement des forces armées de Saint-Nazaire qui est incendié en soutien à deux antifascistes emprisonnés pour des violences commises lors de manifestations des « gilets jaunes ».

Le sous-entendu est pataud : les « mystérieux incendiaires » de radios locales et de gendarmeries pourraient bien être des volontaires de retour du Rojava. C’est en tout cas ce que laisse penser l’article de Mediapart et ce que n’hésite pas à confirmer un « haut gradé » :

« Ils sont en contact avec d’autres franges de l’ultragauche, croit savoir le haut gradé précité, dont les incendiaires qui sont des militants aguerris, déployant de solides techniques de clandestinité. »

Si la source de Mediapart « croit savoir », elle peine cependant à convaincre. En tout cas, ce haut gradé n’a visiblement pas jugé utile de partager ses informations avec ses collègues enquêteurs qui n’ont jusqu’à présent inquiété personne pour ces incendies.

Évidemment, il serait bien naïf de voir dans ces accusations et sous-entendus creux un manque de professionnalisme de la part de la DGSI. La fuite d’un rapport de renseignements n’est jamais le fruit du hasard et toujours une opération. On ne rend pas public ce genre d’accusations et de soupçons pour prévenir les éventuels suspects que l’on s’apprête à appréhender. L’action des services, ici, est d’ordre psychologique et éditorial : profiler une menace, convaincre qu’elle est bien réelle, imposer un imaginaire, des éléments de langage et une grille de lecture. La cible première, ce ne sont pas les volontaires qui reviennent du Rojava mais bien Mediapart et ses abonnés.

On ne peut s’empêcher sur ce point, de se souvenir d’un article très similaire publié par Mediapart en novembre 2008, quelques jours après les interpellations liées l’affaire de Tarnac. La Sous-Direction Anti-Terroriste avait alors jugé bon de transmettre à Fabrice Lhomme (depuis passé au Monde) un procès-verbal de synthèse que ce dernier s’était empressé de publier en intégralité sous le titre : Sabotages à la SNCF : ce que révèle l’enquête. S’il s’agissait d’un véritable scoop, on sait, 11 ans plus tard, que la quasi-totalité des informations diffusées par cet article et dans ce rapport étaient fausses ou mensongères.

Vérifier les sources de ses sources

Joints par téléphone hier, des volontaires du Rojava directement visés par les affirmations de la DGSI se sont dits très surpris par l’article de Matthieu Suc et Jacques Massey :

Les éléments qui figurent dans l’article et qui ont donc été donnés par la DGSI, émanent de volontaires qui n’étaient pas appréciés sur place, ni par le YPG, ni par les activistes d’extrême-gauche. Il est important de préciser que ces personnes qui ont raconté tout et n’importe quoi contre le YPG à la DGSI, l’ont fait pour se venger et par rancune. Parmi eux, il y a bien deux très jeunes gauchistes dont un est notoirement mythomane, mais pour l’essentiel il s’agit d’anciens militaires ou légionnaires qui avaient rejoint la zone pour lutter contre Daesh. Des aventuristes en « mode mercenaire » avec le plus souvent des parcours très douteux.

Et d’ajouter un peu effarés :

Le problème ce ne sont pas les sources de Mediapart, on sait bien que c’est la DGSI, mais les sources de la DGSI qui sont complètement bidons et absolument pas fiables.

L’un d’eux qui nous a expliqué être directement visé par certaines informations parues dans l’article de Mediapart s’interroge quant au but recherché par les services de renseignements français :

« Quand ils parlent des volontaires qui seraient allés dans différents pays, ils parlent de moi, je suis le seul francophone à avoir effectivement voyagé à mon retour. Ayant passé les frontières et pris l’avion avec mon passeport, ça ne devait pas être compliqué d’en garder la trace mais je ne vois vraiment pas ce qui les autorise à dire que ces voyages avaient pour but d’aller prêcher la bonne parole. Mais je ne comprends vraiment ni leur intérêt, ni leur stratégie, sauf à penser que leur seul but est d’essayer de me faire flipper ou de me mettre la pression. Peut-être que c’est aussi un message envoyé par les services français aux services secrets turcs. L’article annonce d’ailleurs que grâce à nous, ils se seraient rapprochés.

Mais peut-être que c’est seulement une pré-campagne pour préparer l’opinion à ce que les volontaires un peu trop subversifs à leur goût puissent être poursuivis pour terrorisme. L’avenir le dira. »

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :