Mad Max : Fury Road - Capture de l’autre-monde

Une logique de la réparation.

Vulture - paru dans lundimatin#84, le 5 décembre 2016

Je vais vous parler de Mad Max : Fury Road et d’un grand combat contemporain : la lutte acharnée contre le désert. Mon problème est le suivant : là où s’étend le désert, un Autre-Monde est-il possible ? Mais au-delà de sa signification géophysique, au-delà de l’erg du Namib dans lequel a été tourné Mad Max, qu’est-ce que c’est au juste le désert  ?

Le désert n’est pas une simple réalité géographique ni une simple métaphore, c’est un concept. Un concept de F. Nietzsche qui apparaît lorsque chante « l’Ombre de Zarathoustra » :

« Le désert croît : malheur à celui qui protège le désert  »
[Ainsi parlait Zarathoustra, « Parmi les filles du désert », §2]


La notion de désert conceptualise à la fois le désenchantement du Monde et l’expansion du nihilisme. Partout où il y a du désert, il y a un double désaveux de la matière et de la valeur du Monde.

T. E. Lawrence dans Les Sept Piliers de la Sagesse, évoque ainsi la mentalité des hommes du désert, les Touaregs :

« Le fondement commun de toutes les religions sémites, qu’elles fussent victorieuses ou vaincues, reposait sur l’idée toujours présente que le monde était sans valeur. Leur profonde aversion pour la matière les amenait à prêcher le dénuement, le renoncement, la pauvreté ; l’atmosphère qui baignait cette invention étouffe a sans merci l’esprit des hommes du désert.  »
[Intro, ch. III, p. 38]

Il est intéressant de noter que le désert a connu, de nos jours, un renouvellement conceptuel. Les héritiers les plus intéressants de ce concept sont les membres anonymes de la revue française Tiqqun et leur reprise dans le petit manifeste de 2003, inédit, appelé « L’Appel » qui commence justement par cette phrase :

« Le désert ne peut plus croître : il est partout. Mais il peut encore s’approfondir.  » [Appel, Proposition I]

Par désert, les auteurs de l’Appel désignent le « Règne de la marchandise autoritaire », la Réalisation de l’ « Axiomatique capitaliste », l’avènement du Biopouvoir et des sociétés de contrôle. Ce désert se caractérise en outre par une profonde misère affective et relationnelle marquée par la séparation et le vide. On y reconnaît aussi bien Deleuze que Debord.

Or ce qui nous intéresse, c’est la proximité entre l’univers de Mad Max : Fury Road et le constat des auteurs de l’Appel. Car dans Mad Max et les théories de l’Appel, la question fondamentale est commune : Comment échapper à l’approfondissement du désert ?

C’est à cette question que je veux répondre à partir de ce que nous montre George Miller dans Mad Max : Fury Road.

À la fin de Fury Road, George Miller attribue au « First History Man » (« Premier Homme de l’Histoire ») cette lointaine plainte : « Where must we go, we who wander this wasteland, in search of our better selves ?  » (« Où devons nous aller, nous qui errons sur cette terre désolée, en quête du meilleur de nous-même ? »). Elle signale la problématique de Miller : y a-t-il une sortie, un dehors au désert ? C’est-à-dire : peut-on espérer un Autre-Monde ? Si oui, où est cet Autre-Monde ?

La question de Miller est proche de celle de Kant : que pouvons-nous espérer ? Mais la réponse de Miller est radicalement différente. La réponse de Miller, par la bouche de Max, est sans appel : « You know, hope is a mistake. If you can’t fix what’s broken, you’ll, uh... you’ll go insane  » (« Tu sais, l’espoir, c’est une erreur. Si tu peux pas réparer ce qui est cassé, tu deviens, heu.. tu deviens fou. »).

Hope is a mistake. Rien ne nous est permis d’espérer. L’espoir lui-même est une erreur. Seul compte l’aptitude de chacun à réparer le Monde, dans les trois sens qu’implique ce terme : sens mécanique (réparer une machine cassée), sens moral (réparer une erreur), et sens sotériologique (la réparation comme compensation, rachat). Max, comme Spinoza, rejette l’espoir, parce que l’espoir est le fondement de la superstition, donc de l’erreur, de l’erreur éthique. Fonder l’éthique sur l’espoir, c’est négliger la réparation du Monde, c’est s’engager dans la ligne qui conduit à la déception, au désespoir et à la folie.

« If you can’t fix what’s broken, you’ll, uh... you’ll go insane  ».

La réponse de Miller-Max déplace donc la problématique générale : si nous ne pouvons espérer, nous ne devons ni fuir vers un monde idéal, ni attendre l’avènement d’une rédemption d’outre-tombe. Nous ne pouvons que faire advenir, réellement et pratiquement, le processus de réparation du monde, ce que les juifs appellent, dans la Kabbale, le tiqqun oma. Car pour Miller, il n’y a pas de Terre Promise, et l’Exode n’est payé d’aucune récompense.

Tout ce travail consiste à montrer comment George Miller oppose dans son film la logique de l’espoir à la logique de la réparation. J’étudierai d’abord la nature du désert, le wasteland  ; puis l’impasse des espoirs d’Autre-Monde ; enfin j’expliciterai le stratagème de fuite-retour que nous propose Miller pour suppléer à la logique de l’espoir.

...

1. L’ESSENCE DUSERT.


a. Qu’est-ce que le désert – « the wasteland  » pour Georges Miller ?

Contrairement à la communauté autonomes des enfants dans Mad Max III, communauté qui vivait d’amitiés, de légendes et de rêves préapocalyptiques, le désert de Fury Road est un désert spirituel et affectif construit sur le modèle du Purgatoire : la quête principale y est la Rédemption. Rédemption espérée par Furiosa, fausse Rédemption promise par Inmortan Joe criant « I AM YOUR REDEEMER ! » (« Je suis votre rédempteur ») à son peuple asservi, la « sorte » de rédemption que propose Mad Max au moment de retourner à la Citadelle (« [points back] At least that way, we might be able to... together... come across some kind of redemption.  » - « Au moins dans cette direction, on pourra peut-être.. ensemble... tomber sur une sorte de rédemption »). Autrement dit, la problématique du désert est une problématique sotériologique : une problématique du salut.

JPEG - 116.7 ko
La réparation et la rédemption

La rédemption a deux objectifs : réparer les vivants, réparer le monde. Car le peuple du désert est un peuple d’êtres brisés. « [Narrating] Once, I was a cop. A road warrior searching for a righteous cause. As the world fell...each of us in our own way was broken.  » (« Jadis, j’étais ic. Un guerrier nomade en quête d’une noble cause. Quand le monde s’e ondra... chacun de nous à sa façon fut brisé. »). Les corps sont atteints de purulences et de difformités, les War Boy sont anémiques, la foule est une foule d’estropiés, de cul-de-jattes, de manchots. Mais plus grave encore que les difformités est l’exploitation généralisée des corps.

b. Dans le désert, la recherche de rédemption est l’effort par lequel les individus tentent d’échapper à la réification. « Ms. Giddy : We are not things. We’re not things !  » (« Nous ne sommes pas des choses. Nous sommes pas des choses ! »). Réifier l’autre, c’est le traiter comme un moyen, plutôt que comme une fin (Kant). Or dans la Citadelle, tout corps est virtuellement une matière première exploitable à travers un système de flux : lait, eau, pétrole et sang.

Les femmes sont des « pondeuses d’élite » connectées à un circuit de production laitière. Le sang, par transfusion, maintient en vie les WarBoys anémiés. Mad Max est traité comme un « Bloodbag » (sac-à-sang) sur lequel on grave les propriétés de « donneur universel ». Une image de la circulation générale des flux comme réification est la chaîne qui le lie à Nux, mêlée au tube de transfusion sanguine. La chaîne de l’aliénation y est simultanément celle d’une circulation des flux, d’un échange unilatéral qui n’a rien d’éthique et tout d’économique.

Dans le désert de Georges Miller, il y a un usage du corps de l’autre comme corps d’extraction et d’exploitation. Ce qui réifie les individus du désert, ce qui les rabat sur le règne infini des moyens et non des fins, c’est cette essentielle circulation des flux qui traversent l’intégrité des corps.

c. Mais à quoi sert le système des flux ? Il sert à alimenter une triple Machine de Guerre : Munition Farm, Gas Town, et la Citadelle. Les trois lieux principaux du désert sont : le fief du marchand d’arme, du producteur de pétrole et de la souveraineté théologico-politique. Or chacun de ces lieux incarne une primauté : primauté des morts sur les vivants (ce sont les « antiseeds  », « anti-graines »), primauté du pétrole sur le sang (donc primauté de la machine sur le vivant), primauté du tyran sur le commun et de l’Au-delà (du Walhalla) sur la réalité.

JPEG - 117.7 ko
La chaîne de l’aliénation

Chacun des WarLords incarne un aspect de la Machine de Guerre :

JPEG - 84.7 ko
« The people eater »

∂. The People Eater, gérant de Gas Town, est le comptable, celui qui s’occupe des comptes, qui évalue les ressources. Les individus sont pour lui de l’ordre du quantitatif, il opère la réduction quantitative des individus, réduction nécessaire au déploiement de toute Machine de Guerre fonctionnelle : capitalisme cannibale et quantifiant.

JPEG - 107.3 ko
« The bullet farmer » (Major Kalashnikov)

∂ . The Bullet Farmer, gérant de Bullet Farm, figure pharaonique en référence à l’Exode, incarne la force de guerre aveugle, sans finalité quelconque, jusqu’à l’absurde. Il est le producteur des antiseed, qui plantées quelque part, font pousser la mort. Ses deux acolytes sont « Heckler et Koch » référence explicite à la firme allemande d’armements. Il fait figure d’anti-justice : aveugle comme elle, mais pour le pire.

JPEG - 83.8 ko
« Immortan Joe » (Colonel Joe More)

∂. Enfin, Inmortan Joe, le « rédempteur » de la Citadelle, est le noyau symbolique de la triple Machine de Guerre : il opère la main-mise théologico-politique sur la misère du désert. Il est la pièce maîtresse du désert puisqu’il y manipule un appareil de capture des flux : capture de l’eau, capture du lait, capture du sang (à travers ses WarBoys). Et un appareil de capture des âmes : mystique du Walhalla et de la fausse rédemption.

JPEG - 101.2 ko
« Bullet Farm » (story board)
JPEG - 125.1 ko
« Gas Town » (story board)
JPEG - 113.5 ko
La citadelle

Le désert de Mad Max, accaparé par la Machine de Guerre, qui à mon sens est le centre névralgique ou le moteur de ce que nous appelons aujourd’hui Capitalisme, a pour essence la neutralisation indifférenciée des altérités dans un système de circulation des flux orientés vers la reproduction du système des trois villes. Et à la question d’Angharad : « Who killed the world ?  » (« Qui a tué le monde ? ») on peut répondre de toute évidence : le système des trois villes et de la circulation des flux, le capitalisme de capture.

Face à un tel état de désolation et de disparition du monde, on pourrait croire qu’il devient légitime d’espérer un autre-monde. Car, pour paraphraser Kafka, dans un monde de désolation, le désert ne peut être vaincu par une simple oasis d’humanité, mais par un autre monde d’humanité : un contre-désert. Le salut dans la Vallée des Larmes exige un Paradis. Or c’est ici que Mad Max développe une originalité radicale par rapport aux autres blockbusters post- apocalyptiques qui finissent presque tous sur un asile, une oasis, un Nouveau Monde. Dans Fury Road, il n’y a pas d’Autre-Monde.

2. LA DOUBLE IMPASSE DE L’AUTRE-MONDE.

Mad Max : Fury Road expose deux stratégies vouées à l’échec : la fuite vers l’Autre-Monde vertical, la fuite vers l’Autre-Monde horizontal : l’Autre-Monde théologique du Walhalla, l’Autre- Monde communiste de la Terre verte. Nous avons affaire à deux interprétations de l’Autre- Monde : l’interprétation transcendante, l’interprétation immanente. Transcendante, quand l’Autre-Monde se déploie au-delà du Temps et par-delà la Mort : dans l’éternité de l’après-vie ; immanente, quand la deuxième version de l’Autre-Monde est géographiquement localisable et se caractérise par son éloignement par rapport au désert. Schématiquement, la première version de l’Autre-Monde est celle de Nux manipulé par Inmortan Joe ; la seconde version de l’Autre-Monde est celle de Furiosa, guidée par le souvenir du passé.

JPEG - 75.5 ko
Le Walhalla

a- L’impasse de l’Autre-Monde vertical est évidente, l’Autre-Monde vertical n’existe pas, il ne s’agit que d’une manipulation politique. Et on peut lui appliquer ce que dit Spinoza à propos du « grand secret » du régime monarchique :

« ...le grand secret du régime monarchique et son intérêt majeur est de tromper les hommes et de colorer du nom de religion la crainte qui doit les maîtriser, afin qu’ils combattent pour leur servitude, comme s’il s’agissait de leur salut, et croient non pas honteux, mais honorable au plus haut point de répandre leur sang et leur vie pour satisfaire la vanité d’un seul homme.  »

La rédemption par le Walhalla n’a qu’une fonction dans la Machine de Guerre, échapper à la médiocrité par un acte kamikaze spectaculaire au service d’Inmortan Joe. Il s’agit de « mourir historiquement » : « I’m going to die historic, on the fury road !  », de finir par rouler éternellement « shiny and chrome !  » (« brillant et chrome »). Le mécanisme rédempteur fonctionne alors comme un appel à se rendre exceptionnel, à retrouver par un acte ultime, une originalité et une singularité que l’anémie généralisée des War Boy a rendu inexistantes.

Mais remarquons que la mythologie implicite du Walhalla est en réalité celle de la société de consommation : abondance en Agua Cola, table du Mcfestin. Le Walhalla est, en dernière analyse, le souvenir de Coca-Cola et de Mc Donald. Autrement dit, en fabriquant l’espoir artificiel du Walhalla, on maintient vivace le désir des mêmes réalités qui ont conduit à la désolation du monde. Le Walhalla est en fait l’espoir d’un retour à l’ère capitaliste pré-apocalyptique, notre monde à nous. Le désir d’un Autre-Monde vertical n’est rien d’autre que le désir de ce même désert infiniment reconduit.

En somme, l’espoir d’un Autre-Monde vertical est une erreur logique : il fonctionne par raisonnement circulaire – pour sortir du désert, désirons une version embellie du désert.

b- L’impasse de l’Autre-Monde horizontal. Si l’impasse de l’Autre-Monde vertical était en quelque sorte, pour nous, évidente, ce qui nous intéresse maintenant particulièrement, nous autres révolutionnaires, c’est la seconde impasse. L’impasse de la fuite vers l’Autre-Monde horizontal, vers la Terre Verte.

Tout commence par un sentier qui bifurque. La fuite de Furiosa s’amorce par une rupture inattendue et à angle droit sur la voie officielle de la reproduction du système des trois villes. La nouvelle ligne est « ligne de fuite ». Mais cette fuite, parce qu’elle est aussi une quête de rédemption et espoir de la Terre Verte, semble elle aussi engagée dans une mythologie : celle de l’Exode des esclaves hébreux à travers le Sinaï et à destination de la Terre Promise. Cette fois ce sont les femmes fuyant le patriarche. Or cette mythologie se fonde aussi sur une erreur.

JPEG - 107.5 ko
La terre verte

L’espoir d’atteindre la Terre Verte est tout aussi illusoire que celui du Walhalla. Mais cela n’est pas pour les mêmes raisons. L’espoir horizontal de la Terre Verte est illusoire non parce que la Terre Verte n’existe pas, mais parce qu’elle est espérance anachronique. Ce que dit Georges Miller, ce n’est pas que l’espoir d’une Terre Verte est une erreur logique, comme l’espoir du Walhalla, ce que dit Georges Miller c’est que l’espoir d’une Terre Verte est une erreur chronologique  : il est trop tard. Ce n’est pas que la Terre promise (La Terre Verte) n’existe pas, c’est qu’elle a été absorbée par la croissance inéluctable du désert. L’erreur de l’espoir anachronique est donc de penser à partir d’une nostalgie d’un autre-monde disparu, le monde de l’enfance de Furiosa.

JPEG - 130 ko
« This is your way home »

On en tire cette leçon politique adressée peut-être aux rêves de fuite autonome hors du système capitaliste : vous espérez échapper au Capitalisme en rejoignant les Terres autonomes, mais ces Terres autonomes sont elles-mêmes menacées par les circulations du Capital. Y demeurer est voué à la future capture. On ne pourra guère s’en contenter. La leçon est écologique : vous ne pourrez plus fuir la dévastation écologique, car partout où vous irez, les retombées néfastes du Capital se feront désormais sentir.

Nous sommes donc en présence d’une double impasse. Double impasse reposant sur une double erreur : erreur logique, erreur chronologique. Or ces deux erreurs sont en réalité fondées sur une seule et même erreur fondamentale – l’espoir. C’est ce que disait Max : « hope is a mistake  », c’est aussi ce qu’illustre la scène peu avant la décision de retourner en ligne droite à la Citadelle. Max expose l’alternative à Furiosa :

« [to Furiosa] Look, it’ll be a hard day. But I guarantee you that a hundred and sixty days’ ride that way... there’s nothing but salt. [points back] At least that way, we might be able to... together... come across some kind of redemption.  » (« écoute, ça va être dur. Mais je te garanti qu’à cent soixante six jours de course dans cette direction... il n’y a rien que du sel. Au moins dans cette direction, on pourra peut-être... ensemble... tomber sur une sorte de rédemption. »)

JPEG - 108.9 ko
« Look, it’ll be a hard day. But I guarantee you that a hundred and sixty days’ ride that way... there’s nothing but salt. [points back] At least that way, we might be able to... together... come across some kind of redemption. »

Entrer dans la logique de l’espoir, c’est foncer tête baissée dans un désert de sel, c’est poursuivre hasardeusement la quête d’une rédemption hors-désert, c’est se diriger indéfiniment vers la mort. Alors que la logique de Max, qui n’est pas logique de l’espoir, mais logique de la réparation, implique non plus de fuir vers l’Autre-Monde, mais de retourner au point d’origine, retourner en arrière, non pas dans le Temps, mais dans l’Espace, afin de réparer ce qui a été brisé.

3. LE STRATAGÈME DE LAVOLTE LINÉAIRE.

Ce qui nous intéresse, maintenant, c’est de comprendre le fonctionnement de la logique de réparation. Car le film de Georges Miller, s’il réfute l’espoir, ne nous laisse pas sans ressource, il nous propose plutôt un stratagème : une technique abstraite de lutte, celle des révoltes linéaires.

JPEG - 104.1 ko
La révolte linéaire

La révolte linéaire, en ce sens, ne consiste pas à fuir vers un but, la fuite n’a pas sa fin dans l’espace et ne vise pas le repos ou l’arrêt en un autre monde. Au contraire, le stratagème a trois fonctions essentielles afin de préparer le retour : 1. dissiper l’espoir ; 2. trouver des armes et former des alliances ; 3. épuiser les forces de l’adversaire.

« Il se peut que je fuie, mais tout au long de ma fuite, je cherche une arme. » George Jackson, cité par Deleuze.

1. Une fois l’espoir dissipé, la « Terre Verte » nous est révélée pour ce qu’elle est. Non extrême amont de la fuite, mais lieu même du seul départ. Elle n’est pas au point de fuite, mais au point d’origine. La Terre Verte, c’est la Citadelle même. Dissiper l’espoir, c’est opérer une conversion du regard dans la perception du désert : la Citadelle, le point d’origine, est en fait cette même Terre Verte, existant en acte dans ses potagers et ses réserves d’eau, mais en puissance seulement pour ce qu’elle aurait a offrir de commun. En puissance seulement, parce qu’elle est pour l’heure capturée, accaparée, détournée par la Machine de Guerre conjuguée à l’Appareil de Capture. La première fonction de la révolte linéaire n’est donc pas de fuir la Citadelle, mais de nous en découvrir le secret : la Citadelle, en tant que structure théologico-politique, retient et empêche la Terre Verte de se déployer. Le Capitalisme n’est pas un autre lieu à côté du Communisme, le Capitalisme retient et empêche l’avènement du Communisme sur lequel il se fonde. Formulé par les auteurs de la revue Tiqqun  : « le Tiqqun est toujours déjà là, et c’est tout le secret dessein du grand affairement de nos contemporains que d’en différer indéfiniment la manifestation. »

JPEG - 108.8 ko
Dissiper l’espoir

2. La fuite change le regard sur la Citadelle, la Citadelle doit désormais être conquise. Or la fuite est aussi ce par quoi les alliances et les amitiés se sont fortifiées. L’amitié de Nux avec les jeunes femmes, l’amitié de Max et de Furiosa, l’alliance de Furiosa avec les ManyMothers. La deuxième fonction, donc, du stratagème de fuite-retour est la fortification des relations, la production d’un lien affectif, qui défait l’emprise réifiante du désert. Cette fonction passe particulièrement par les noms : Nux confie à la jeune rousse le nom de ses deux tumeurs Larry et Barry. Max, au moment dramatique le plus intense s’écrie : « Max, my name is Max  » (« Max, mon nom est Max »).

Le véritable Autre-Monde, comme l’écrit le Comité invisible dans A nos amis, « ce n’est pas une entité qui est visée là : c’est une qualité de lien et une façon d’être dans le monde. »

C’est d’ailleurs à ce moment là que la logique de réparation prend tout son sens : toute la fuite est marquée par des séries d’arrêts qui servent à la réparation du Rig pétrolier, cette réparation en commun est le lieu même de la réparation des affections et de la formation des amitiés. Réparer la machine, c’est réparer le vivant et l’affect. La logique de la réparation culmine avec la réparation de Furiosa : elle suffoque, son poumon s’atrophie, Max perce le poumon opposé, l’air revient par succion. Les gestes de Max sont plus proche de ceux du mécanicien que du médecin. C’est cela, aussi, la réparation du vivant.

JPEG - 118.7 ko
Intensifier les alliances et les amitiés

3. D’un point de vue logique, le film de Georges Miller refuse l’idée hégélienne ou marxiste d’une dialectique : Désert/Lutte contre le désert/Terre verte  ; état capitaliste/Négation prolétarienne/Dépassement communiste. D’un point de vue géométrique, le mouvement dialectique est un triangle, qui tourne sur ses trois pointes. La révolte linéaire, elle, n’a que deux points, un point de fuite et un point d’origine : elle n’a qu’une géométrie linéaire, et, en ce sens, elle ne saurait dessiner de figure close. Poincaré définit la ligne droite comme une figure immobile autour de laquelle tous les points extérieurs à cette figure sont en mouvement :

« Il peut arriver que le mouvement d’une gure invariable soit tel que tous les points d’une ligne appartenant à cette gure restent immobiles pendant que tous les points situés en dehors de cette ligne se meuvent. Une pareille ligne s’appellera ligne droite.  »

(Henri Poincaré, 1891)

Or le stratagème de la révolte linéaire a justement cet objectif : la fuite de Furiosa et de Max n’est pas destinée à aller quelque part, elle est destinée à mobiliser les forces des trois villes ennemies, elle est destinée à transformer le mouvement en repos et le repos en mobilité. La ligne de fuite nomade met en mouvement les ponctuations sédentaires des WarLords : dans le vocabulaire deleuzien, arracher la Machine de Guerre à l’Appareil de Capture.

Ce que George Miller nous propose est donc un retour au point d’origine après un long détour par le faux espoir d’un Autre-Monde.

Mais un problème demeure. Nous ne savons pas ce qui se passe une fois Furiosa revenue à la Citadelle. Nous ne savons pas si s’annonce une période de communisme ou un matriarcat. Ce qui apparaît, malheureusement, en creux, dans ce film, comme dans beaucoup de films dont l’objet est la révolte, c’est l’idée de légitimité. Car le retour de Furiosa peut être lu aussi comme le retour de la royauté légitime, du matriarcat légitime contre le patriarcat illégitime. Autrement dit, ce qui déçoit, à la fin du film, c’est cet engagement dans la sphère de la légitimité. Il semblerait que la fin du film annonce bien plus un nouveau gouvernement et un nouveau règne, celui de Furiosa, que la réparation et la rédemption exigées dès le début du film. Il n’est pas nécessaire que cela se passe ainsi, c’est simplement un risque. Le film ne nous dit rien de ce qui suit après la victoire. Mais l’on se souvient bien que, dans Mad Max III, le chef de Bartertown, c’est Aunty Entity -une femme-, ce qui ne change rien à l’état de désolation de la société du Thunderdome.

JPEG - 99.8 ko
Le problème de la légitimité
...

Je veux finir là-dessus : peut-être que la « révolte linéaire », le stratagème proposé par George Miller, a aussi une autre dimension que celle de la légitimité, une dimension qui ne s’achève pas seulement avec la victoire et le retour à la Citadelle. La dimension de fuite éternelle. Cette dimension, c’est Max qui l’incarne.

Max a cela de particulier qu’il se considère comme le dernier vivant dans un monde d’êtres qui ne sont ni morts, ni vivants. Au début du film, Max dit « [Narrating] I tell myself they cannot touch me. They are long dead. I am the one who runs from both the living and the dead.  » (« Je me raconte qu’il ne peuvent m’atteindre. Ils sont mort depuis longtemps. Je suis celui qui fuit vivants et morts. » ). à la différence de Furiosa, Max est déjà en fuite, il est en fuite depuis le premier film de Mad Max. Max ne croit pas à la victoire sur la Citadelle. Max ne croit pas au repos. Ne croit pas à la fin de la lutte. à peine la Citadelle défaite, il ne se repose pas, il ne monte pas vers les plateaux verts, il s’enfonce, anonyme, dans la foule, disparaît.

Car la mentalité de Max est concentrée en un seul mot, un seul mot crié tandis que la voiture de Nux s’engage dans la tempête de sable. Et ce mot, c’est :

CONFACIMUS !

Traduit par« Fuckit »,« Putaindemerde »ou« Rienàfoutre ! ».

CONFACIMUS c’est du latin, c’est la première partie de l’expression latine CONFACIMUS NAVEGAMUS, qui signifie : on s’en fout, naviguons. Un autre Max, philosophe du XVII° siècle, écrivait aussi, à propos de son fameux pari  : « il faut parier. Cela n’est pas volontaire, vous êtes embarqués. »

JPEG - 116.9 ko
Max : Confacimus ou la fuite éternelle

Nous sommes embarqués, peu importe la tempête, peu importe l’ennemi, il faut naviguer, parce que nous n’avons pas le choix, la seule manière de rester soi, ce n’est pas vaincre, c’est fuir l’emprise, faire fuir l’emprise, et réparer le monde - partout où le désert a laissé sa marque.

Parier, ce n’est pas espérer, c’est faire un choix sans condition. Prêter allégeance, en quelque sorte. Parier, mais parier sur quoi ? Sur la rédemption. Sur la réparation. Sur le tiqqun oma. Car seul un tel pari soulève la vision.

Comme aimait à dire l’ami Driber Limberg citant les Rg Veda : « les dés ne s’inclinent pas devant la colère du puissant. Le roi même leur rend hommage. » [Rg Veda, X, 34]

à Mexico, le 30.11.16

Vulture se repaît des lambeaux de la culture de masse contemporaine.
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :