Bernard Squarcini a besoin de notre soutien

"Cher Bernard,
Faut-il que la sagesse de ce monde soit devenue folle pour qu’à ton tour, tu te retrouves en garde à vue ! Toi, l’honnête homme, toujours prêt à rendre service à un ami en difficulté."

paru dans lundimatin#74, le 27 septembre 2016

Cher Bernard,

Faut-il que la sagesse de ce monde soit devenue folle pour qu’à ton tour, tu te retrouves en garde à vue ! Toi, l’honnête homme, toujours prêt à rendre service à un ami en difficulté. Toi, la créature secourable qui jamais ne laissait un puissant sur la touche. Toi qui t’excusais devant l’un d’entre nous qui te croisait par hasard, il y a quelques années, dans une librairie de la rue Mouffetard, du tort que tes services nous avaient fait, jurant que tu n’y étais pour rien et rejetant courageusement la faute sur Michèle Alliot-Marie et la justice antiterroriste. Décidément, quelle série noire ! Quelle malédiction ! Comme si tous ceux qui avaient touché, de près ou de loin, au dossier de Tarnac devaient finalement être punis par un destin aussi impitoyable que la malédiction de Toutankhamon. Le juge d’instruction Fragnoli : muté à Papeete. Yves Jannier, l’irréprochable chef du pole antiterroriste d’alors, devenu procureur à Pontoise : viré pour quelques petits arrangements avec la vérité sur la mort d’Adama Traoré, alors qu’il ne voulait qu’apaiser la situation. Michèle Alliot-Marie : renvoyée dans les poubelles du gaullisme pour une amitié trop sincère avec Ben Ali et ses forces de l’ordre. Christian Bichet, le RG qui nous aimait tant, tellement qu’il ne vivait que pour nous détruire : viré et en dépression. Sarkozy, n’en parlons pas : il a tant de chiens à ses basques qu’il court après le poste sans intérêt de président de la République. À ce compte, il ne manquera bientôt plus que Jean-Claude Marin, l’ex-procureur de Paris, l’homme de la « cellule invisible », qui, à l’heure qu’il est, doit être en train de préparer son réquisitoire contre nous devant la cour de Cassation, et dont le teint excessivement rougeaud nous fait craindre à toute heure une embolie cardiaque. Quel désastre ! Et quel ravage !

Mais surtout quelle catastrophe pour la République ! Comment allons-nous continuer à croire en la police de notre pays, si même le chef de la sécurité intérieure est un mafieu ? Comment allons-nous continuer à croire en la justice de notre pays, si même le chef du pôle antiterroriste est un menteur ? Comment allons-nous continuer à croire en la démocratie, si nos ministres gueuletonnent avec des dictateurs ? Tout cela n’aurait donc été qu’illusion ? La République n’aurait été qu’une mafia soigneusement entretenue, de décennie en décennie, et dont l’unique mérite aurait consisté à magouiller avec discrétion grâce à la complicité de journalistes pas trop regardants ? Imagine ce que cela peut induire dans l’esprit de tant de nos ex-codétenus d’imaginer que le chef du Quai des Orfèvres n’était qu’un corrompu parmi les autres ! Que le chef de l’OCTRIS organisait personnellement les plus grosses livraisons de cannabis du pays ! Rien ne va plus, décidément.

Permets-nous de t’adresser ce petit conseil, un conseil d’ami bien entendu, et gratuit pour une fois, car ta situation est relativement désespérée. Il n’y a plus, de nos jours, de véritable opération politique que policière et plus de grosse opération policière que politique, or ce ne sont pas exactement tes amis qui tiennent le manche actuellement. Il ne te reste donc plus qu’une seule chose à faire : par tes avocats, appelle à la constitution, partout en France, de comités de soutien à Bernard Squarcini, le crucifié du jour. Évidemment, nous ne prétendons pas qu’il s’en formera autant que ceux qui t’ont empêché de nous écraser comme des mouches au lendemain de nos arrestations. Mais enfin, ne peux-tu demander à tes amis, qui sont nombreux malgré tout, même s’ils doivent un peu se cacher en ce moment, de lancer discrètement, chacun dans leur ville, des réunions pour dénoncer l’injustice dont tu es victime et faire connaître ton cas ? N’hésite pas à utiliser le fichier des adhérents de l’UMP, qui ne manquent généralement pas de liquidités, pour abonder la caisse de soutien. Fais feu de tout bois. Et surtout ne pactise pas avec l’ennemi. Sois digne (Digne, tu sais, comme cette ville où tu allais encore passer tes vacances il n’y a pas si longtemps) ! Quitte ce petit air patibulaire et roublard, qui convenait bien au temps de ta superbe, mais joue terriblement contre toi maintenant que tu es au plus bas, en ajoutant à ta mine louche ! Cesse de faire le Corse ! Et surtout, dès ta sortie de garde-à-vue, dénonce une manœuvre politicienne visant à discréditer Nicolas Sarkozy, on ne sait jamais : sur un malentendu, ça pourrait marcher.

Voilà, tout ça en espérant que tu n’iras pas en taule, parce que la taule, c’est sympa, il y a plein de gens super chouettes, mais la bouffe est dégueulasse et pour obtenir des cigares, il faut graisser la patte aux matons. Et tu n’as pas besoin de cela en ce moment.
Allez, bonne route, mon gars. Si tu as besoin d’autres conseils, nous, on est toujours là pour aider : So-so-so-solidarité avec les prisonniers !

Des mis en examen dans l’affaire dite « de Tarnac »

hot
La colonisation du savoir

Une histoire des plantes médicinales du Nouveau Monde (1492-1750)

28 nov. 16 - Positions, Histoire - 4 min

au hasard
Ménilmontant Football Club 1871

Dimanche Foot sur Lundi Matin.
Entretien avec deux membres du club MFC1871. Par Jules Crétois.

21 nov. 16 - - 10 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :