Nouveau Le nouveau lundimatin papier en librairie le 12 octobre

VIORAMIL

Un lecteur de lundimatin s’est rendu à l’« école militaire » pour un colloque sur la radicalisation militante

paru dans lundimatin#120, le 31 octobre 2017

VIORAMIL n’est pas le nom d’un obscur médicament ou de son énième scandale. VIORAMIL n’est guère plus le nom d’une sombre opération secrète… ou d’un complément alimentaire. VIORAMIL est le nom d’un groupe de recherche transdisciplinaire [1] nommé « Violence et Radicalisation Militante en France » ; VIO-RA-MIL abrévié.

L’année 2015 voit le rapport interministériel nommé « Stratégie Nationale de Recherche » (SNR) poser les jalons d’une nouvelle dynamique de recherche. L’idée est d’élaborer un plan quinquennal, avec des domaines prioritaires, des « défis », qui constitueront la nouvelle colonne vertébrale de la recherche française.

En 2016, L’Agence Nationale de la Recherche (ARN) présente ses appels à projets pour les cinq années à venir. Bien des évènements ont chamboulé ces dernières années l’ordre des priorités : les attentats de janvier 2015, l’échec d’une stratégie mondiale de lutte contre le réchauffement climatique, l’écroulement des états-nations au Moyen-Orient, la reprise de guerres civiles aux portes de l’Europe et, au sein de la Pax Europaea, la reprise de conflits de moyenne intensité avec des fortes tendances à la sécession populiste (Catalogne, Grande-Bretagne, Grèce, etc…).

Dans ce contexte l’ARN déploie un « plan d’action 2016 », intitulé « les défis sociétaux en détails » composé de neufs appels à projets (devant répondre aux neufs défis pointés par l’ARN). Chaque thème annonce la manière dont l’état français – mais c’est une tendance européenne – entend répondre à la situation de crise générale :

1 : Gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique
2 : Energie propre, sûre et efficace
3 : Stimuler le renouveau industriel
4 : Vie, santé et bien-être
5 : Sécurité alimentaire et défi démographique
6 : Mobilité et systèmes urbains durables
7 : Société de l’information et de la communication
8 : Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives
9 : Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents

Chaque « défi » se trouve subdivisé en « AXE ». Par exemple, le défi 9, qui nous intéresse particulièrement ici, se trouve subdivisé en cinq AXEs :

I : Recherches fondamentales en lien avec le défi
II : Risques, gestion de crise quelle que soit son origine, résilience des systèmes
III : Sécurité des personnes et des collectifs ; lutte contre le crime, le terrorisme et la radicalisation violente
IV : Cybersécurité : liberté et sécurité dans le cyberespace, sécurisation des systèmes d’information, lutte contre le cyberterrorisme
V : Protection des infrastructures et des réseaux d’importance vitale et des réseaux, surveillance des espaces souverains

VIORAMIL s’inscrit comme projet de recherche de l’AXE III du défi 9. Pardonnez la reprise de ce langage catégoriel administratif mais il est nécessaire de replacer ce groupe de recherche dans une stratégie de production de connaissance plus large.

Dans cet AXE III, l’ARN nous apprend ainsi [2] :

« On s’intéresse ici à tous les dispositifs qui permettent de prévenir, surveiller, analyser et contrer la radicalisation violente d’individus ou de groupes d’individus. On peut citer par exemple l’analyse des contextes sociaux et culturels favorisant les trajectoires de radicalisation, l’analyse des discours et argumentaires, les stratégies et politiques de prévention et de déradicalisation : ressorts de la radicalisation (vulnérabilité), procédures (recrutement en ligne), conditions du passage à l’acte. Il s’agira de développer des méthodes générales pour la détection de comportements potentiellement à risques ou extrêmes y compris par la perception et l’analyse des signaux faibles, sans oublier le respect des droits et libertés fondamentales (dont la vie privée et en évitant les stigmatisations. Tous les types de radicalisation menant à des actions violentes dans notre société sont à prendre en compte. On ne se limitera pas aux questions liées aux extrémismes religieux ; les radicalisations politiques ou les situations de désespoir pouvant mener à des actes radicaux, notamment dans le domaine de la vie professionnelle, sont aussi à prendre en compte. Par exemple : actes de sabotage de sites sensibles, suicide sur le lieu de travail entrainant des accidents graves, … On encouragera les recherches destinées à une meilleure prévention des comportements potentiellement dangereux, ou une meilleure protection despersonnes ;pour accroître la capacité des acteurs à repérer les vulnérabilités encore inconnues, les facteurs de risque non identifiés, les signaux faibles, les risques émergents ; pour développer les outils de détection d’événements rares ou de signaux émergents dans un flux de données »

Ou encore

« On s’intéresse ici à tout ce qui concerne la lutte contre les activités terroristes […] et la grande criminalité (dont les moyens peuvent être transnationaux), aux problématiques liées à la « petite » criminalité, à la délinquance, à la contrefaçon, mais également la recherche, l’admissibilité et la recevabilité de la preuve lors d’enquêtes (police scientifique et technique). Les recherches doivent permettre d’évaluer les menaces et d’analyser leurs impacts (macro-économiques, matériels, juridiques, …). Le volet de prévention et d’identification des risques et des menaces couvre également les nouvelles techniques de surveillance et d’alerte. Les projets peuvent notamment concerner la détection des signaux faibles dans un flux de mégadonnées, les analyses comportementales, le traitement des contenus (parole, vidéo-surveillance, traces de déplacements, données de sources ouvertes), tout en protégeant les droits et libertés fondamentales, dont le droit au respect de la vie privée, lors de la collecte d’informations (anonymisation ou pseudonymisation des informations recueillies, protection contre la corrélation). […] Les enjeux de la lutte contre la criminalité et le terrorisme appellent le développement de recherches sur l’ordre public et notamment sur l’organisation et le fonctionnement des forces de l’ordre (équipements, protection, préparation et organisation). Ils appellent aussi des recherches sur les politiques publiques relatives à la surveillance et à la protection, et sur leurs conséquences législatives. On s’intéressera aussi aux dispositifs qui permettent l’identification des auteurs et leur poursuite dans le respect des normes et sans porter atteinte aux droits et aux libertés fondamentales, ainsi qu’aux réparations des dommages aux personnes et matériels. »

L’école militaire

« Qui veut la paix prépare la guerre »
Devise de l’Ecole Militaire

« Et un dédain profond, un dédain écœuré pour tous ces gens qui travaillent pour l’humanité, qui luttent pour la patrie et qui donnent leur vie pour que la civilisation continue… »
F. Pessoa

C’est avec cette forte propension à comprendre comment mieux identifier, contrôler et prévenir que les 19 et 20 octobre se tient le premier état des lieux à propos de l’axe III sous le doux intitulé : « Radicalités militantes et réponses publiques en Europe : Interactions, dynamiques d’escalade et de désescalade ». L’endroit de la rencontre est coquet, agréable et significatif : l’« Ecole Militaire ». Située près des Invalides, elle regroupe toutes les institutions supérieures chargées de l’enseignement et la recherche militaire. C’est un lieu qui appartient à la Muette et forme ses généraux et penseurs depuis Napoléon III.

Nous voici donc le 19 octobre 2017, il est huit heures, et la file se forme déjà devant l’Ecole Militaire. Certains touristes voient là la queue pour les catacombes et tentent de s’incruster dans cette étrange ligne, avant de se faire chasser par quelques militaires furieux. Passé les contrôles de sécurité, on découvre un paisible village dont les murs de pierres blanches et le sol dallé ne manquent pas de faire ressortir les feuilles marrons tombées des hêtres et peupliers. On entend au loin l’écho de sabots qui claquent : de fiers cavaliers chevauchent leurs montures, un drapeau français saluant les exercices de parades qui provoqueront plus tard la liesse des foules et fortifieront la bonne image de l’armée. Ville cosmopolite, à l’Ecole Militaire se croisent tous les uniformes. Affichant le même regard pensif et concentré, le bord gauche de la lèvre mordu, les habitants du village traversent, à bonne allure, les différentes places d’un air important que, de toute façon, nul ne saurait remettre en cause.

Le colloque

« C’est la différence entre un alcoolique qui ne boit pas et un alcoolique qui ne boit plus. On est sur un alcoolique qui ne boit pas ».
Muriel Domenach, secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la radicalisation, à propos de la mesure des effets de la déradicalisation.

Bien qu’étant d’éphémères locataires de cette prestigieuse institution, les chercheurs ouvrent le colloque avec ces mêmes mines pincées, le mimétisme étant ici une règle d’or. Aussi, avons-nous le droit à une introduction d’Hélène Cazaux-Charles, directrice de l’INHESJ (Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice) qui nous apprend que l’objectif de VIORAMIL est l’établissement d’un futur plan interministériel de prévention des radicalités. Mais qu’est-ce donc que la radicalisation me demandez-vous ? Les spécialistes le savent, Hélène Cazaux-Charles aussi : « c’est un processus qui précède l’action non conventionnelle au nom d’une idéologie contestataire ». Mais, qu’est-ce donc que l’action non conventionnelle ? rétorquez-vous. « C’est le retrait de la parole au profit des armes et de la violence ». Mais pourtant les radicaux sont des bavards ? Oui mais sachez que la radicalité est « un principe d’organisation du monde. Il s’agit de rallier, convaincre ou combattre les réfractaires », si bien que la parole radicale est déjà une violence, une arme.

De ces belles définitions, nous pouvons déduire un axiome principal : est radical quiconque allie sa parole à l’acte en vue d’un but politique précis. Seulement, l’axiome premier en cache un autre, complémentaire : est radical quiconque allie sa parole à l’acte en vue d’un but politique précis qui n’est pas celui de gouverner. Bien qu’absolument jamais mentionné lors du colloque, ce deuxième axiome est central. Car vouloir gouverner n’est-ce pas être radical aujourd’hui ? Il faut en effet une sacrée dose d’extrémisme pour se dire : « je vais devenir préfet ou chef de gouvernement » à l’heure où gouverner revient à détruire consciencieusement les acquis sociaux et déclarer ouvertement la guerre à tout mouvement social.

Marx disait, dans Les luttes des classes en France : « Dès qu’une classe qui concentre en elle les intérêts révolutionnaires de la société s’est soulevée, elle trouve immédiatement dans sa propre situation le contenu et la matière de son activité révolutionnaire : écraser ses ennemis, prendre les mesures imposées par les nécessités de la lutte, et ce sont les conséquences de ses propres actes qui la poussent plus loin. Elle ne se livre à aucune recherche théorique sur sa propre tâche ».

Notre époque voit la contre-révolution [3] innover furieusement dans les techniques de gouvernement. Les phrases introductives du colloque le rappelle avec clarté : les recherches sur les radicalisations participent du « contenu et la matière » de l’activité contre-révolutionnaire, qui pour paraphraser Marx, consiste à « écraser ses ennemis, prendre les mesures imposées par les nécessités de la lutte ». Bien entendu, la contre-révolution, se livre à des recherches, elle tente de relancer le commandement et renouveler le savoir et la pratique de ses procès. Le monde doit bien continuer de tourner, n’est-ce pas ?

Aussi, Macron, radicalisé des ordonnances ? Nullement. Mais qui l’est alors ? Le « processus de radicalisation » englobe les djihadistes, lesantifascistes, l’extrême-droite fasciste. Un vrai carnaval de monstres. À l’image de cette photo tirée d’un exposé d’une ancienne des services secrets suédois :

Parmi le public - composé d’attachés de toute sorte (au ministère de l’intérieur, au préfet, à la gendarmerie, à l’antiterrorisme) et autres taxidermistes – une question fuse à ce propos : « considérez-vous vraiment ces trois formes de radicalités sur un même plan ? ». Rire nerveux, réponse :« oui »,car « nous nous focalisons sur la violence », ce qui change seulement, c’est l’allocation des ressources. Comprenez, nous dit la suédoise, les différentes radicalités se répondent entre-elles et s’influencent mutuellement. Il s’agit de milieux poreux par le fait même que ce qui les lie entre eux est leur haine du monde. Un officier de police grecque, chargé de la prévention de la radicalisation et ayant fait son exposé sur le KEMEA, un « think thank pour la police » chargé d’établir des conseils stratégiques et d’appliquer des procédures de sécurité (dont on apprend, au passage, qu’il bénéficie d’accords bilatéraux dans toute l’Europe pour traiter la radicalisation d’extrême gauche avec un bureau employant 100 personnes), rétorque, pour appuyer les propos de sa collègue suédoise :« oui, par exemple on ne peut pas distinguer l’extrême gauche et l’extrême droite, ils prennent souvent la même direction. Par exemple, les deux font des manifestations ». Si vous n’êtes pas convaincus de la force des propos, sachez que :« parfois ils agissent sur le même agenda ou ont les mêmes positions, par exemple, tous les deux sont contre Israël ».

Dans la foulée de ces échanges, un chargé de mission pour la Gendarmerie prend la parole :« Lorsqu’un incendie se déclare on peut avoir l’extincteur mais on peut se demander si le détecteur de fumée n’a pas eu un problème ».Les Etats européens sont encore trop dans la réaction poursuit-il, et l’idéal n’est pas d’établir une Stasis [4]permanente sur le territoire mais bien, justement, de détecter les signaux faibles et d’arrêter l’ennemi… avant qu’il ne se fasse ennemi (via la radicalisation).

L’air de rien, cet attaché de la Gendarmerie dit quelque chose d’essentiel : que l’état d’urgence n’est pas le plus souhaitable et qu’il faut passer à un mode préventif plutôt que réactif. Après tout l’état d’urgence n’est que l’acte par lequel le Léviathan se donne la forme la plus réactive possible en cas, justement, de stasis. C’est une fuite en avant qui ne peut aboutir logiquement qu’à un maillage si serré que la réaction ne se distingue plus de la prévention. Voilà un triste futur digne de THX 1138 que même le ministère de l’intérieur ne semble pas souhaiter. Donc, on se focalise sur les « signaux faibles » : l’information, la collection de données et la surveillance des conditions de possibilités de la violence. Ainsi, c’est avec joie que tout ce beau monde annonce une inflation du renseignement. Ici l’intervention de Dominique Bruneau, directeur des services pénitentiaires est éloquente. Lorsqu’on souhaite répondre au phénomène croissant de la radicalisation (« toutes les radicalisations ! » insiste-t-il) des détenus, il n’y qu’une réponse possible : le renseignement. Désormais, l’administration pénitentiaire aura accès aux appareils de la DGSI, pourra légalement écouter les cellules, mettre des caméras secrètes, posséder des Imsi catcher, etc. Ce qui devrait se généraliser à la garde-à-vue. Chose troublante par ailleurs, il semble que la nouvelle technique de maintien de l’ordre mise en place lors des dernières manifestations parisiennes : policiers disposés en retraits, capables d’une intervention et d’une retraite rapide, est alliée à une phase plus importante de renseignement et d’immersion couverte dans les cortèges de têtes et « groupes affinitaires ».

Ici, les belges semblent autant en avance que le nouveau Blade Runner l’est sur l’ancien : depuis 2015 un « plan d’action Radicalisme » sévit sous l’égide de l’OCAM (Organe de Coordination pour d’Analyse de la Menace, créé en 2008). Une analyste stratégique, directrice du département « Countering Violent Extremism », et qui jadis travaillait dans les services secrets, est venue nous en parler. L’OCAM fonctionne comme les Centres de Fusion américains, qui se sont distingués tout au long de la contestation de Standing Rock [5]. L’OCAM collecte les données de tous les services de renseignement nationaux et collabore à des échanges d’informations au niveau européen, ce qui lui permet de produire des analyses fines à propos des stratégies à suivre. Mais l’OCAM est également compétent dans le domaine administratif : il peut ficher des personnes, leur retirer leur passeport, geler des avoirs, etc. Le département de « contre-subversion des extrémismes violents » date de 2017 et s’intègre au « plan d’action R ». Le plan « se fixe deux objectifs : dresser la carte des individus et groupements ayant un effet radicalisant sur leur entourage et réduire les vecteurs de radicalisation ». Encore une fois, on se demande bien quelle substance est propre à un radicalisé. « Un processus influençant un individu ou un groupe d’individus de telle sorte que cet individu ou ce groupe d’individus soit mentalement préparé ou disposé à commettre des actes terroristes » [6]. Heureusement, notre intervenante propose quelques subtilités : il ne faut pas confondre toutes les radicalitésnous dit-elle. Les féministes, par exemple, furent longtemps considérées comme radicales et parfois même terroristes ! Chacun appréciera la contradiction. Ce qui importe ici, est d’observer qu’en vérité le « plan R » possède un maillage serré d’informateurs et de collaborateurs sur tout le territoire. Une sorte d’organisation hiérarchique dont les bases sont des réunions nommées « cellule de sécurité intégrale », faites par chaque bourgmestre avec tous les acteurs sociaux (écoles, services sociaux, etc.) et le chef de zone de la police, puis qui remonte à une « Task Force locale 1 » qui s’occupe du côté opérationnel : collecte des données, surveillance des lieux et personnes signalées, et échange concrètement sur les personnes« qui posent problème ». Tout cela remonte alors à une « Task Force locale 2 » définissant des « plans stratégiques ». Ces deux Task Force dépendant d’une autre Task Force Nationale, qui « rassemble des experts, posent des questions d’analyse sur les causes de la radicalisation et échangent des avis d’expertises sur les personnes ».

Conclusion : la France a tout à apprendre de ses voisins et va s’y mettre sérieusement. L’auteur de ces lignes étant ignorant des finesses de chaque dispositif national à propos de la « radicalisation », une remarque naïve lui vient : tout cet énorme dispositif n’est pas là pour réagir à une action mais bien pour la prévenir. Celle-ci étant définie par le croisement entre « violence » et « radicalité » à tel point qu’une nouvelle catégorie d’acte nait sui generis dont sa seule définition est « qu’il est possible » et détectable à priori par des signes. On n’agit donc plus sur le fait mais sur sa possibilité, la lecture de ses signes annonciateurs. Une véritable herméneutique de la radicalisation. N’est-ce pas là un déplacement incroyable ?

Dans son roman d’anticipationMinority Report(1956), Philip K. Dick, nous parle d’une agence nommée Precrime dont l’objectif est d’agir avant que l’acte « violent » ne soit commis. Dans une discussion entre Anderton, fondateur de l’agence, et son jeune assistant Witwer, ce dernier dit « Avec l’aide de jeune mutant precog, vous avez ambitieusement et avec succès abolit le système punitif post-criminel basé sur la prison et l’amende. Comme nous le savons tous, la punition n’a jamais réellement été dissuasive, et ne peut s’offrir le luxe de réconforter une victime déjà morte ». Anderton répond :« nous les avons en premier, avant qu’ils puissent commettre un acte de violence. Aussi, l’acte criminel en soi est purement métaphysique. Nous pouvons affirmer qu’ils sont coupables. Eux, de l’autre côté, peuvent éternellement clamer leur innocence. Dans un sens, ils sont innocents. », et rajoute laconiquement :« nous avons des camps de détentions remplis de possibles criminels ». Les Precogs forment un réseau neuronal, cybernétique capable de prophétiser tous les crimes et pas seulement les meurtres. Un système analytique à but anticipatif. N’est-ce pas là notre présent ? Walter Benjamin, commentant Michelet dans le Livre des Passages, écrit : « Chaque époque ne rêve pas seulement la suivante : en rêvant, elle tend aussi vers le réveil. Elle porte en elle sa propre fin et la déploie par la ruse. ». Algorithmes et assignations à résidence viennent remplacer les Precogs et les camps de détention à « potentiels criminels », mais même idée d’un crime métaphysique, pour reprendre K Dick. Voici le rêve éveillé de notre société. Un rêve sur elle-même dans lequel l’ennemi n’est plus tant une action qu’un certain rapport à elle, un rapport « radical ». Autant le dire : un rapport politique au monde. C’est la politique, l’émergence d’une situation politique que l’on traque sous couvert de radicalisation. En effet, le concept de « radicalisation » déborde, dégouline. Tout y passe : Nuit Debout, les djihadistes, les antifascistes, les partisans de Breivik, les catalans. Mais il ne déborde que vers un sens : celui des gouvernés. Trump, Macron, la BAC ou encore certains préfets de police semblent étonnamment passer dans les mailles du dispositif. Par l’équation djihadiste=extrême gauche=Breivik=radical, est mise en équivalence la diversité des actes politiques, parfois ennemis et irréconciliables entre eux, parfois alliés. L’affaire est pliée, on n’a plus qu’à y faire rentrer de simples gradations : un attentat ou un assassinat est plus grave qu’une émeute, elle même plus grave qu’un blocage de la CGT, lui-même plus important qu’un tag, qui, peut-être, est plus grave qu’un appel à l’insurrection sur un blog. Mais tous sont radicaux.

La seconde journée du colloque fut à l’image de la première : on y croise un sociologue « en observation immergée dans le cortège de tête », produisant du savoir pour l’armée et la police (louons ici sa médiocrité consistant à déclarer que l’existence du cortège est dû à un mauvais maintien de l’ordre), deux autres sociologues tentant de percer la justification radicale, un théoricien des foules powerpointé louant le modèle KFCD (Savoir, Facilitation, Communication, Différentiation, modèle Nordique du maintien de l’ordre). Tous émergeant du cauchemar éveillé d’une démocratie qui tente toujours plus de définir son action répressive comme « préventive ». Une démocratie de perchés, qui vivent entre deux colloques, autopersuadés de sauver le pays, la nation ou la république en nous emmenant toujours plus dans les sillons de Precrime. Malheureusement, les oreilles des spécialistes et fonctionnaires du maintiende l’ordre sont ouvertes et leur présence dans le public témoigne que ce colloque (et VIORAMIL) n’est pas voué à rester un énième obscur groupe de recherche ignoré.

Bergson disait dans L’Evolution Créatrice : « quand le mathématicien calcule l’état futur d’un système au bout d’un tempst, rien ne l’empêche de supposer que, d’ici là, l’univers matériel s’évanouisse pour réapparaitre tout à coup. C’est le tième{} moment seul qui compte, quelque chose qui sera un pur instantané. Ce qui coulera dans l’intervalle, c’est-à-dire le temps réel, ne compte pas et ne peut pas entrer dans le calcul. ». Espérons que l’intervalle se fasse révolution et vienne mettre à bas l’instant « t » dans lequel le logicien de la prévention aura calculé les probabilités pour chacun d’entre nous de « basculer dans l’autre monde de laradicalité. »

[1C’est-à-dire qu’il mêle histoire, sociologie, anthropologie, droit et fait se croiser des travailleurs de la « défense et la sécurité » et des chercheurs en sciences sociales.

[2Les passages mis en gras sont ceux qui nous semblent significatifs.

[3Paolo Virno, dans Do you remember counterrevolution ? dit à propos de la contre-révolution qu’« il ne faut pas seulement y entendre la violence de la répression (même si, bien sûr, elle n’est jamais absente). Il ne s’agit pas non plus d’une simple restauration, d’un retour à l’ancien régime, du rétablissement d’un ordre social malmené par les conflits et les révoltes. La « contre-révolution », c’est, littéralement,une révolution à rebours. Ce qui revient à dire : une innovation furieuse dans les modes de production, les formes de vies, les relations sociales, qui pourtant renforce et relance le commandement capitaliste. […] elle détermine un état d’exception prolongé, où la succession des évènements paraît s’accélérer. »

[4Stasisest un terme technique grec pour désigner toute forme de criseinterneà une cité. Il peut désigner notamment un état de guerre civile.

[5Àce propos, cf les articles de lundimatin sur TigerSwan.

[6Pour plus de précision vous pouvez consulter la merveilleuse brochure des services de déradicalisations belge : http://www.veiligheid-securite.brussels/sites/default/files/steekkaarten/C2259-Plan%20GVPP%20FR-Fiches-2.pdf

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier#1.

25 avr. 17 Mouvement 6 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :