Comprendre la situation en Catalogne 2

Par Miguel Ortiz Lombardía

paru dans lundimatin#116, le 1er octobre 2017

Cette lettre naît d’un désarroi, celui de voir le peu d’intérêt des médias “alternatifs” français, au moins la longue liste de ceux que je suis couramment, pour ce qui est en train de se passer en Catalogne. Elle cherche aussi à renseigner mes amis et à partager avec eux mon point de vue sur ce sujet. Parce qu’évidemment, je peux seulement vous faire partie de mon interprétation des faits que je connais. Je vous invite fortement à aller en trouver d’autres.

Nous avons appris l’importance d’être informés sur ce qui se passe ailleurs, autant par vrai souci pour la vie d’autrui que pour mieux comprendre ce qui nous arrive, ici et maintenant. Nous savons aussi que les grands médias nous offrent une vision du monde qui correspond, presque exclusivement, aux points de vue culturels et aux intérêts matériels et symboliques de la classe que les possède. C’est pourquoi les gens qui ne partageons pas ces points de vue, ces intérêts, cherchons à prendre des nouvelles du monde aussi, quoique souvent avec difficulté, par d’autres moyens. On réussit ainsi à trouver des informations sur les vies et les parcours des migrants qui arrivent ou tentent d’arriver aux portes de notre forteresse, sur les résistances kurdes, palestiniennes, sahraouis et autres, sur les luttes des peuples africains et amérindiens contre les fléaux combinés des inégalités, de l’oppression, de l’extractivisme, sur celles en Grèce contre l’asphyxie économique et culturelle programmée par les technocrates de l’UE.

On peut se dire que nous avons en France assez de problèmes, et cela sans tenir compte des problèmes personnels qui peuvent être déjà assez lourds. Nous avons l’état d’urgence permanent, la casse du droit du travail au profit du capital, le démantèlement progressif des services publics, du système de santé… C’est trop pour, en plus, tout vouloir savoir d’ailleurs. Alors, s’informer un peu, ça va, ça enrichit nos conversations au passage, mais après il faut se focaliser sur ce qu’on peut envisager de résoudre localement. Soit, sauf qu’à y regarder de près, ces problèmes « d’ici » ne sont pas tout à fait nouveaux dans le monde, y compris pas très loin de nous. Allez enquêter en Grèce, au Portugal ou en Espagne à propos de ces questions, vous aurez un bon aperçu des effets des mesures connues déjà là-bas, celles qui viennent au galop en France, dans les ordonnances d’un autre docteur Folamour.

On se dit également que ce sont trop d’informations, qu’on ne peut pas toutes les intégrer : trop d’information tue l’information, vous savez. Mais le monde est grand et complexe et s’il est vrai que nul ne peut tout savoir, il ne l’est pas moins que nous avons besoin de ces récits et de leur mémoire, accessibles, si l’on veut que l’intelligence collective puisse en faire quelque chose d’utile le moment venu.

Eh bien, je vais vous parler de ce qui se passe en Catalogne, ce sujet passé à la trappe, même pour des gens qui s’efforcent à être informés. En fait, je pourrais m’étendre sur la superficialité avec laquelle on passe trop souvent sur ce qui concerne un pays pourtant voisin comme l’Espagne. Je ne le ferai pas, mais je vais vous donner un exemple : j’entends souvent le terme « extrême-gauche » collé à Podemos ou à la maire de Barcelone, Ada Colau. Mais Podemos se définit lui-même comme « ni de gauche, ni de droite », cela vous dit quelque chose ? Et Ada Colau gouverne la ville de Barcelone en coalition avec le PSC, le parti “socialiste” catalan. Si elle a pris quelques bonnes décisions, vis-à-vis du tourisme de masses par exemple, elle a aussi continué la répression contre les migrants qui essaient de gagner leur vie par la vente à la sauvette. Bref, si ces partis politiques présentent un certain renouveau et ont des prises de position défendables, on risquerait moins de se tromper à propos de leur vrai nature en les qualifiant de sociaux-démocrates. Car c’est cet espace politique-là qu’ils ont occupé après la fuite vers la droite des partis qui traditionnellement s’en réclamaient. Corollaire : mon mensuel préféré, CQFD, avait consacré en 2015 un dossier au « pari municipaliste » en Espagne. Il y était question des différents parfums de Podemos et, surtout, des partis dits des “communs”, comme celui d’Ada Colau. Par contre, pas un mot sur les CUP (« candidatures d’unité populaire ») présentes surtout en Catalogne depuis le début des années 2000, bien avant le 15M (sigle par lequel on connaît en Espagne le mouvement des “indignados”) Contrairement à Podemos ou aux “communs”, les CUP sont un mouvement ouvertement anti-capitaliste, qui est contre la monnaie unique, contre les programmes dits « d’austérité » de la troïka, qui fonctionne et prend les décisions en assemblée(s) et dont les élus répondent en tout moment devant la base et ne se présentent qu’à un seul mandat. Un parti qui malgré tout cela a 7 % des sièges du parlement catalan. Dans mon innocence, j’avais pensé qu’il y en avait assez pour attirer l’attention de la « gauche-de-gauche » en France. J’ai même fait un courrier à CQFD pour montrer ma déception et les inviter à s’y intéresser. Ma lettre est restée sans réponse, ce que je peux toutefois comprendre et qui me permet de la reprendre en partie ici. Je pense que les CUP ont, hélas, un stigmate difficilement acceptable en France : elles sont aussi ouvertement pour la constitution d’une république catalane indépendante. Et là, c’est le blocage : parce que vu d’ici, on se dit, à raison, que les kurdes ont le droit de réclamer un ou des états propres et ainsi sous-diviser trois états existants, à savoir l’Iran, l’Irak, la Turquie. Mais l’Espagne, ah non, c’est différent, sa sacrée constitution dit qu’elle est « une et indivisible », tout comme la République Française.

J’ai l’impression, quand j’en parle avec les amis, que le sentiment ici est que la Catalogne essaie de faire un peu comme ce qu’on nous dit du nord de l’Italie, c’est-à-dire, d’échapper un État qui “oblige” ces régions relativement plus riches, à une certaine forme de solidarité avec des régions moins prospères. Je ne vais pas nier que pour une partie des indépendantistes catalans il s’agit bien de cela. Mais en Catalogne vous ne trouverez pas l’équivalent de la Ligue du Nord italienne : la majorité des fascistes catalans sont pour l’union avec l’Espagne. D’autre part, Barcelone a été la première grande ville européenne où des dizaines de milliers de gens sont sorties à la rue pour réclamer que l’état accepte et organise la venue et l’accueil de son quota de réfugiés, voire davantage. Mais la vision économiste du « problème catalan » est, on ne saurait espérer autrement, véhiculée et mise en avant par les grands médias, en Espagne et ailleurs. Il est plus inattendu qu’elle reste presque le seul point de vue des gens qui sont pourtant capables d’aller au-delà des idées reçues concernant d’autres sujets. Je n’accuse personne, j’ai exposé plus haut des raisons qui peuvent expliquer cette méconnaissance. Des raisons que j’accepte en un premier temps, mais que je pense qu’il faut dépasser.

Que se passe-t-il donc en Catalogne ? Je commence un peu à côté, pour vous dire que je ne suis pas nationaliste. Ni catalan, ni espagnol, ni européen. Lorsqu’on me demande d’où je viens, je réponds invariablement par le fait géographique de base : Barcelone. Si j’étais sûr d’être compris, je donnerais la latitude et la longitude, à la place du nom de ma ville. Pourtant, je n’ai pas honte d’être né là-bas, c’est que pour moi, cela n’est qu’une partie, la plus contingente qui soit, de mon histoire. Ne me sentant donc pas partie de la nation catalane, les arguments “historiques” pour son indépendance me sont étrangers, insuffisants, très discutables. Je suis par contre pour l’autodétermination de toute société qui voudrait se gouverner par elle-même. Qu’elle s’appelle “nation” ou non m’est secondaire, je ne me suis jamais posé la question de savoir si les communautés zapatistes s’en considèrent une. Ceci dit, je ne pourrais pas accepter n’importe quelle forme de gouvernement, en particulier ceux basés sur la haine, la violence, l’exclusion. Mais ce seraient alors la haine, la violence et l’exclusion que je combattrais, non leur volonté de se gouverner par eux-mêmes.

Voici donc ce que je pense à propos du « problème catalan ». Ce “problème” vient de loin, les nationalistes vous diront 300 ans, ceux qui se sont passés depuis la fin de la guerre de succession espagnole. Il a connu différents formes en différents moments, il a été nourri par l’attachement des catalans à leur langue et à leurs traditions, ainsi que par les narratives héroïques de son histoire, plus ou moins fausses, comme souvent le sont ce type de récits. Jusqu’ici, le cas typique d’une « nation sans état », une parmi d’autres que dans la formation des états modernes en Europe n’a pas réussi à construire le sien. On ne peut donc nier que c’est bien un sentiment nationaliste qui a cherché avec plus ou moins de force l’autonomie, voire l’indépendance. On ne peut pas non plus nier, comme les gouvernements espagnols l’ont toujours fait, qu’il y a une nation en Catalogne, vu que le sentiment d’en constituer une a été constant et souvent majoritaire chez les catalans. J’ai quitté Barcelone il y a 18 ans. À ce moment-là, une majorité des catalans se disaient nationalistes, mais je dirais que moins de 20 % étaient pour l’indépendance. Je n’étais pas parmi eux. Aujourd’hui, près de la moitié, dont moi, sommes pour l’indépendance. Une si rapide évolution montre que le « problème catalan » a dû quelque part changer de nature. H. L. Macken, par ailleurs assez peu fréquentable, écrivit « il y a toujours une solution bien connue pour chaque problème humain : claire, plausible et fausse ». Il serait facile d’expliquer la montée de l’indépendantisme par la crise. Ce serait oublier la partie symbolique du problème, celle du mépris du peuple “démocratiquement représenté”. En 2005, avant que la crise éclate, le gouvernement catalan est dirigé par une coalition « de gauche », avec les “socialistes” en tête, et dont seulement un parti, ERC (gauche républicaine catalane) se déclare indépendantiste. La droite nationaliste, alors non ralliée à l’indépendantisme, est en minorité au parlement catalan. Ce parlement approuve, en septembre 2005, un nouveau « statut d’autonomie » avec 90 % des voix de ses députés. Deux ans avant, en décembre 2003, alors candidat “socialiste” au poste de premier ministre, Rodríguez Zapatero, avait promis, lors d’un meeting à Barcelone, qu’il soutiendrait toute proposition de statut approuvé par le parlement catalan. En 2006, avec une majorité suffisante au Congrès espagnol, en bonne partie grâce aux députés “socialistes” catalans, Zapatero non seulement ne tient pas sa promesse, mais il oblige à raboter le statut de ses demandes les plus fédéralistes et nationalistes. Abandonnant ces alliés de gauche et même les propres socialistes catalans, il s’allie à la droite nationaliste catalane et arrive à un compromis au Congrès espagnol. Le statut ainsi dénaturalisé est pourtant approuvé en Catalogne par un referendum (74 % pour, 21 % contre, participation 49 %) que le gouvernement d’Espagne a accepté à contrecœur, craignant que la population refuse le statut : la commission électorale et la cour suprême avaient interdit de promouvoir la participation. Quelques jours plus tard la droite espagnole (PP) dépose un « recours d’inconstitutionnalité » auprès de la cour constitutionnelle, contre 187 des 223 articles du nouveau statut. Le PP arrive au pouvoir en 2008, la cour constitutionnelle ne s’est toujours pas prononcée, le renouvellement de ses juges est un enjeu majeur de la législature et ce sont des juges très à droite qui, en juin 2010, donnent raison à la plupart des demandes du PP. Moins de deux semaines plus tard, le 10 juillet, entre un million et un million et demi de personnes manifestent à Barcelone derrière le slogan « Nous sommes une nation. Nous décidons », la première d’une longue série de manifestations massives. La crise, certes, était arrivée entre temps, mais ce n’est pas elle qui a sorti ces gens à la rue. Le premier point de bascule dans cette histoire est, à mon avis, ce 10 juillet 2010. En ce moment ce sont surtout des nationalistes de droite, jusqu’ici pour la plupart commodes avec le système dit « autonomique », qui commencent à pencher pour le camp de l’indépendance.

En 2011, le mouvement du 15M remue l’Espagne. Quelques tabous se brisent, la monarchie par exemple ne va plus de soi, le républicanisme et le fédéralisme reviennent aux discussions politiques pour une partie de la population. Pendant un certain temps un élan de démocratie directe souffle et fait naître des espoirs. Mais manquant de force et d’organisation, le mouvement s’essouffle, en partie parasité par des nouveaux partis politiques créés ad hoc, dont Podemos, qui tire finalement l’épingle du jeu. Ces partis promettent d’entrer dans le jeu représentatif pour porter aux institutions « la voix du peuple », ce peuple qui disait aux députés « vous ne nous représentez pas ». En Catalogne ce « mouvement des places » est, en plus, traversé par les mouvements nationalistes de gauche. Il aura une évolution différente de celle qu’il vivra en Espagne. Entre les discussions qui se tiennent dans les assemblées des places et des quartiers, le sentiment que l’indépendance pourrait être un moyen de donner plus de pouvoir au peuple prend ampleur. Certains diront que les nationalistes de gauche ont manipulé les autres pour rallier au camp indépendantiste des gens qui ne venaient pas du nationalisme. Que des manipulations il y en a de toutes sortes, et surtout en politique, j’en suis convaincu. Je me trompe peut-être, mais je ne pense pas que ce soit ici le facteur le plus important. Quoi qu’il en soit, je pense qu’à ce moment, ce sont en effet des gens de gauche, nationalistes ou non, qui ont basculé vers le camp de l’indépendance, la voyant comme une condition de possibilité d’un « procès constituant », vers une république, catalane, plus sociale, moins dominée par les oligarchies.

Après la fameuse sentence de la cour constitutionnelle, à chaque fois que le gouvernement catalan a passé des lois qui étaient près de la limite du statut deux fois raboté, le gouvernement espagnol l’a saisie pour paralyser ces lois. La cour lui a donné gain de cause presque à chaque coup. Certaines de ces lois touchaient, par exemple, aux écoles, aux impôts (comme celui gravant les banques propriétaires de logements vides) à certaines garanties sociales (comme une loi empêchant les compagnies de gaz et d’électricité de couper le jus aux gens sans ressources) à l’écologie. Le sentiment de mépris, alimenté en plus par une arrogance sans pareil de la part du gouvernement espagnol, ne pouvait que nourrir en un premier temps la rage, puis l’envie de trouver une sortie. On a commencé à parler de plus en plus d’un référendum d’autodétermination, que la plupart des catalans voulaient négocier. On s’est trouvés avec la négative systématique. On nous a dit que la constitution espagnole ne permettait pas une telle rêverie et que puisque cette constitution était le fruit laborieux d’un grand consensus à l’issue de la dictature, il ne fallait pas la toucher. La stratégie bien rodée de la peur : si on touche la constitution, c’est à nouveaux la division, le chaos et qui sait, même la guerre. Or la constitution avait été déjà reformée en 1992, suite au traité de Maastricht. Pire, l’été de cette année 2011, l’année des “indignados”, en plein mois d’août et par une procédure d’urgence et en lecture unique, les Cortes (réunion des deux chambres législatives) avec les “socialistes” de Zapatero au gouvernement et avec le support du PP et de ses affidés de l’UPN (droite de Navarre) réforment son article 135. Cette réforme inscrit dans la constitution espagnole la « règle d’or », désormais indépassable, dans les dépenses publiques. Pire encore, elle impose que le service de la dette passe devant toute autre priorité de l’état. Y compris la santé, l’éducation, les retraites. Comme les trois partis ont plus de 90 % des sièges, aucun référendum n’est convoqué, alors qu’une très grande partie de la population crie au scandale. La constitution est donc réformable, mais seulement si les grands partis, représentant des oligarchies vielles et nouvelles, le veulent. Le sentiment de la plupart de nous, en Catalogne et au-delà, est qu’ils ne le voudront jamais en ce qui concerne la forme de l’état (république ou monarchie) ni en ce qui concerne le droit d’autodétermination des peuples faisant partie de l’Espagne. Podemos n’a pas réussi le sursaut politique qui avait donné un certain espoir de vrai renouveau et n’importe qui avec un peu d’honnêteté intellectuelle se doit d’avouer que la situation est dans une impasse.

Je ne suis pas le seul à penser que si les politiciens espagnols avaient montré un peu plus d’intelligence et avaient vraiment souhaité négocier, tout ce “procès” aurait été désamorcé. Mais ils ne veulent négocier autre chose que le financement, ils ne veulent pas admettre qu’il ne s’agit (plus ?) d’une question d’argent. Si un référendum d’autodétermination avait été proposé et conduit, comme au Québec, comme en Écosse, les indépendantistes l’auraient fort probablement perdu. Parce qu’il y a au minimum une moitié de la population qui ne veut pas, même aujourd’hui, l’indépendance. Parmi eux, beaucoup de nationalistes espagnols, dont une minorité reste dans les pires schémas de la dictature franquiste, tandis qu’une majorité d’entre eux a tout simplement le même attachement à leur langue, leurs coutumes, leurs histoires plus ou moins inventées, que les nationalistes catalans aux leurs. Mais il y a aussi de gens qui sont contre l’indépendance sans être des nationalistes espagnols, qui pensent seulement qu’une Catalogne indépendante n’a pas de sens, ni politiquement, ni économiquement, qu’on va plus loin unis que séparés, ou qui sont tout simplement dégoûtés par la propagande nationaliste catalane, qui a sévi avec force décuplée ces derniers cinq ans. Avec tous, sauf avec les plus rances, on devrait pouvoir discuter, il aurait été sain de le faire. Je comprends en particulier les compas « d’en bas à gauche » qui me disent que c’est beaucoup d’énergie investie en un “procès” qui ne devrait aboutir, au “mieux”, qu’à un autre état. J’ai été du même avis longtemps, mais je pense maintenant que face à l’immobilisme, voire le recul, un pas en avant, d’ailleurs pas si petit que ça, même s’il est insuffisant, vaut le coup. Bref, dans le scénario d’un référendum négocié, je pense qu’une partie des indépendantistes d’aujourd’hui auraient rejoint les rangs de ces unionistes qui voudraient aussi un changement.

Hélas, on n’en est pas là. Certes, les indépendantistes du parlement catalan ont fait des entorses à leurs propres lois et règlements pour pouvoir passer en force et en urgence les textes qui convoquent le référendum unilatéral et qui créent le cadre pour une transition en cas de victoire du “oui”. Ils ont agi ainsi par stratégie, pour que l’attendue réponse du gouvernement espagnol n’aie pas le temps de se déployer et de l’arrêter. Mais le gouvernement espagnol a réagi rapidement et sans ménagement, se moquant au passage, lui aussi, de ses propres lois : perquisitions sans ordre judiciaire, mandats d’arrêts avant qu’un délit soit commis, essai d’intervention des comptes et de la police catalane… et, plus grave encore, attaque d’un droit fondamental, le droit à la liberté de presse. S’entêtant à résoudre par la voie judiciaire, qui sait si par la force, un problème politique, le gouvernement espagnol a montré que la séparation de pouvoirs en Espagne est une chimère. En plus, on nous dit que ce référendum est illégal et que ce qui est illégal est anti-démocratique ; ce sont les mots du premier ministre espagnol. Oubliant au passage que toutes les luttes démocratiques ont dû à un moment ou à un autre faire fi de lois injustes, y compris par voie révolutionnaire, pour précisément aboutir à plus de démocratie. En envoyant des policiers pour explicitement empêcher ce référendum, ce gouvernement a aussi montré qu’il est capable d’aller très loin, on espère que ce ne soit pas trop loin. Que tout cela arrive dans un pays européen sans que personne bronche au-delà des Pyrénées, me semble très préoccupant. Ça dit très long du niveau d’acceptation de ce type de « mesures d’urgence » en Europe.

Ces derniers jours nous ont montré qu’une solution négociée n’est pas possible aujourd’hui. Certains politiciens espagnols gesticulent maintenant et demandent de pourparlers. Or Podemos, malgré leur nom, ne peuvent pas : pour changer la constitution espagnole il faut compter avec le PP, majoritaire au Sénat, et avec les “socialistes”. Et les “socialistes”, même s’ils prétendaient vouloir négocier, ont perdu toute crédibilité à force de rompre leurs promesses. Seules des instances internationales pourraient forcer une médiation. Mais on connaît bien l’efficacité de la « communauté internationale » et de l’européenne en particulier, alors, contrairement à beaucoup de catalans, je n’y attends rien.

Je ne peux pas vous dire qu’est-ce qui va se passer le premier octobre, ni le jour après. Je peux vous dire par contre, que nous sommes beaucoup à vouloir montrer ce jour-là notre détermination à nous gouverner comme peuple souverain. Aussi, je pense qu’une étape a été franchie et que difficilement la vie politique sera la même en Catalogne et en Espagne.

Quoi qu’il advienne ces prochains jours, il faudra toujours lutter contre toute autorité, espagnole, catalane ou autre, nous imposant une vie que nous ne voulons pas.

Salut i alegria !

Miguel Ortiz Lombardía

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier#1.

25 avr. 17 Mouvement 6 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :