Cauchemars et facéties : la rentrée.

Dans la rue ? Ou en train de manger du quinoa ?

Cauchemardos - paru dans lundimatin#72, le 14 septembre 2016

L’été c’est le temps de la déconnexion... On reprend en douceur, donc, sans grosses pépites de l’internet cette semaine. Juste quelques piqures de rappel - et uniquement pour qui avait fait tomber son smartphone dans la piscine. Les immanquables de l’été et de la rentrée, dans la continuité du mouvement contre la loi travail. Une simple mise à jour pour la reprise, en somme.

Vacances du PS

Fin août, le PS tenait un meeting à Colomiers, avec tous les ténors socialistes. Le journal le Monde raconte :

Près d’un millier de personnes réunies dans la chaleur moite de la salle municipale. Mais ce sont les forces de l’ordre, à l’extérieur, qui frappent les esprits. Drôle de campagne que celle qui a commencé lundi 29 août à Colomiers (Haute-Garonne) pour le gouvernement et le Parti socialiste. Cette commune voisine de Toulouse a accueilli en fin de journée le meeting de rentrée de la majorité, et a pris, pendant quelques heures, des airs de ville assiégée.

Des compagnies de CRS stationnées par dizaines, des policiers en civil patrouillant arme à la hanche, des barrières antiémeutes dressées bien en amont du modeste Hall Comminges. Le tout pour prémunir la réunion socialiste contre quelques dizaines de manifestants antiloi travail de la CGT, gardés à bonne distance. On n’ose imaginer ce qu’aurait donné en matière de maintien de l’ordre l’université d’été du PS à Nantes, si celle-ci avait été maintenue…

Rentrée du PS

Heureusement, vint la rentrée...

Vacances des casseurs

Les casseurs ont beaucoup animé les rédactions parisiennes pendant tout le printemps. Mais que font-ils pendant les vacances ? Hé bien, ils semblent continuer leur travail - en marge, bien entendu, infiltrant les vacanciers. C’est en tout cas ce que nous apprend le journal le Monde :

Barricades, poubelles brûlées, dégradations et gaz lacrymogènes : l’ambiance festive du centre-ville d’Aurillac a été ternie vendredi 19 août par des échauffourées entre forces de l’ordre et plusieurs centaines de festivaliers du théâtre de rue.

Peu après 18 heures, 300 festivaliers, infiltrés par une centaine de casseurs, parfois encagoulés, ont violemment manifesté contre les mesures de sécurité imposées pour ce festival, notamment les fouilles à l’entrée du centre-ville, selon la préfecture du Cantal, confirmant une information de La Montagne.

Les festivals, cibles des casseurs, jusqu’en Amérique ?

Le White Ocean, connu pour organiser des concerts géants d’électro avec du matériel ultramoderne, a été attaqué et saboté la semaine dernière, selon un post de leurs organisateurs mis en ligne le 1er septembre. Les « hooligans » auraient volé des affaires, coupé des cordes électriques, collé les portes de caravanes et renversé 380 litres d’eau potable. Les organisateurs du White Camp, créé en 2013 par le DJ Paul Oakenfold et deux « entrepreneurs », dont le fils d’un milliardaire russe, se sont plaints de cette hostilité ambiante

Il faut préciser que le White Ocean est un camp de villégiature dans le désert du Nevada :

où des festivaliers fortunés et pressés dépensent 25 000 dollars pour débarquer quelques jours en jet privé de Londres, New York ou Los Angeles, avoir de l’air conditionné et de l’eau courante, des cuisiniers à disposition et des boissons réfrigérées.

Des camps intégrés au festival annuel Burning Man - "prolongement moderne d’une approche de la vie héritée des hippies, une zone autonome temporaire (TAZ) où hommes et femmes peuvent découvrir et tester des façons de vivre en groupe difficiles à mettre en place ailleurs", selon le journal.

Les camps de villégiature des casseurs eux, n’ont pas besoin d’air conditionné. Selon le président des Pays de la Loire, Bruno Retailleau, ils se tiendraient à Notre-Dame-des-Landes, et seraient de véritables "camps d’entraînement antiflics" :

cette école de la violence à ciel ouvert mine un peu plus l’autorité de l’Etat et met en danger la vie des forces de l’ordre qui seront amenées à intervenir sur la ZAD.

L’AFP a été voir Camille, pour en savoir plus sur la question, et elle parle plutôt de formations "Prêt-e-s à défendre la Zad" :

qui doivent donner à "plusieurs centaines" d’opposants les "outils" nécessaires et les "principes de base" : "Ne jamais être seul", "connaître ses droits, les armes de la police", mais aussi "se familiariser avec le terrain" lors d’une course d’orientation

Pas de casseurs à signaler en tout cas à Bure, où selon le Figaro, on ne trouve là-bas que des "manifestants" :

Vers 11 heures [le 14 août], aux cris de « Andra, dégage, résistance et sabotage » les manifestants opposés aux projets d’enfouissement de déchets nucléaires s’étaient réunis devant la mairie de Mandres-en-Barrois. La porte de la mairie, dont le maire a vendu le bois Lejuc à l’Andra, a été barbouillée de peinture noire, et ses portes vitrées brisées. Le cortège composé de militants historiques, de jeunes venus de différentes mouvances et du secrétaire général d’Europe Écologie les Verts, David Cormant, s’est ensuite mis en branle jusqu’au bois.

Plusieurs centaines de manifestants ont abattu des pans du mur de protection du chantier. Arrivés à l’orée du bois Lejuc, munis de bâtons, pioches ou autres, ils ont abattu une grande partie du mur en béton construit par l’Andra.

Pour éviter la présence de casseurs, la police avait d’ailleurs décidé de ne pas venir :

Les autorités, qui ont obtenu des éléments de la venue présumée de militants ayant l’intention de créer un trouble à l’ordre public, ont préféré lever la présence policière afin d’éviter tous heurts.

En Chine, où l’on casse souvent aussi, on préfère (depuis longtemps) considèrer la circulation (d’information), plutôt que ce qui est figé (les murs). Ainsi ce fait-divers relevé par l’Essentiel :

Liu avait remarqué que des personnes dans le public [d’une fête] s’étaient moquées de lui et avaient pris des photos pendant qu’il dansait. De peur que ces images embarrassantes puissent finir en ligne, il avait par la suite saccagé quatre armoires de distribution de fibre optique en pensant détruire tout l’accès à internet, fin juin. Les dommages causés ont été évalués à plus de 100 000 yuans (plus de 13 300 euros).

Rentrée du mouvement contre la loi travail

Le mouvement contre la loi travail, va t-il reprendre là où il s’était arrêté ? On trouve actuellement beaucoup d’appels incitant à reprendre la rue, dès le 15 septembre.

On peut noter l’initiative du Mili Paris :

Dont le hashtag #PerturbeTaVille a connu un certain succès sur Twitter.

Mais on trouve actuellement sur l’internet nombre d’appels à manifester un peu partout en France :

On en passe, et des meilleurs.

D’ailleurs les préfets (et la DGSI) sont aussi de retour au travail :

Alors, bonne rentrée !

Et quid du quinoa ?

Cauchemardos est le véritable roi d'internet. Suivez-le sur son compte tweeter @cauchemardos
hot
Flash-ball : le lycéen nantais jugé co-responsable du tir qui l’a éborgné

L’état condamné à ne verser que la moitié des indemnités.

- 5 déc. 16 - Positions, Rencontres, Terreur - 9 min

au hasard
« Est-ce que c’est possible de parler aux gens ? »

"Constamment, dans la tête, ce bip bip bip bip de la caisse à poulets à salade à lessive et le tapis qui roule.
Est-ce que la vie est un tapis roulant de caisse enregistreuse ?"

9 mai 16 - Littérature - 4 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :