Voir en ligne
   
 
 
 
#309 | 18 octobre
 

Un peu de retard dans l’édition d’aujourd’hui. Tout devrait être en ligne à 13h. Bonne lecture et bonne semaine. lundimatin

 
 
Câbles sous-marins & internet mondial
 

Le pouvoir est dans les infrastructures



Le 25 septembre dernier, Orange finissait d’installer le câble sous-marin « Amitié », financé par Facebook. Pour ce troisième opus de notre rubrique cyber-technique, nous avons décidé de nous pencher sur ces fameux câbles, infrastructure essentielle et mystérieuse de l’internet mondial.

 
 
 
 
 
Quelques pistes, à prendre ou à laisser
 

Covid, Deleuze, double contrainte et Guattari



« Celui qui obéit à la loi ne se sent pas juste pour autant. Au contraire, il se sent coupable, il est d’avance coupable, et d’autant plus coupable qu’il obéit plus strictement. »
Deleuze et Guattari

 
 
 
 
 
Héroïsation de l’institution psychiatrique ? Plutôt agir pour des communs du soin
 

Josep Rafanell i Orra



Régulièrement le monde psy est pris de convulsions à l’annonce d’un énième projet de réglementation de son métier. Les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie lui donnent sans doute des bonnes raisons pour une nouvelle poussée de fièvre. Nul doute que le rapport des Assises pétri d’un humanisme au parfum entêtant de scientisme, avec ses gadgets numériques, n’est qu’un moment de plus de la longue marche de destruction du secteur psychiatrique étouffé dans les airs irrespirables d’un néolibéralisme qui ne cesse de se réinventer.

 
 
 
 
 
Le préfet d’Harcourt mis en examen pour homicide involontaire après la mort de Steve Maia Caniço
 

Petite notice biographique
Olivier Long



Le préfet de Loire-Atlantique, Claude d’Harcourt vient d’être mis en examen pour homicide involontaire suite à la mort par noyade de Steve Maia Caniço à Nantes, le soir de la fête de la musique 2019. C’est l’occasion de republier cette éclairante notice biographique qui permet de comprendre toute l’envergure du personnage.

 
 
 
 
 
Que faire de la police ?
 

Avec Serge Quadruppani, Iréné, Pierre Douillard-Lefèvre et de membres du Collectif Matsuda
[lundisoir]



Nous avons assisté, ces dernières années, à la diffusion toujours plus large de sentiments négatifs à l’égard des forces de l’ordre. Pas une manifestation sans que l’on entende entonné le désormais fameux « Tout le monde déteste la police », pas une ville qui ne soit décorée de plus ou moins discrètes inscriptions ACAB, « tous les flics sont des bâtards ». Mais alors que faire d’une intuition ou d’une revendication si massivement partagée et pourtant tue dans l’espace médiatico-politique ? Hasard du calendrier, la rentrée littéraire 2021 nous a gratifié de trois excellent ouvrages qui tentent de circonscrire ces questions : faut-il réformer la police, l’abolir ou la défaire ? Nous en avons discuté publiquement le jeudi 14 octobre en présence de Serge Quadruppani, Iréné, Pierre Douillard-Lefèvre et de membres du Collectif Matsuda. La vidéo sera disponible ce lundisoir à partir de 20h.

 
 
 
 
 
Criminalisation de la solidarité aux frontières
 

Emilio Scalzo, la tête haute mais les poings liés



Emilio Scalzo, militant historique de la lutte « No TAV » et symbole de l’aide aux migrants à la frontière franco-italienne, a été arrêté le 15 septembre dernier à Bussoleno, en exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités françaises. Il aurait agressé un C.R.S. au cours d’une manifestation transfrontalière en mai dernier, et encourt jusqu’à sept ans d’emprisonnement.

 
 
 
 
 
Les promesses de l’Altiplano
 

A propos de Frank Poupeau Altiplano, Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019)



Il y a bien des raisons pour suivre Frank Poupeau sur les hauts-plateaux au-dessus de La Paz, et notamment le fait qu’on pourrait bien y trouver, avec lui, des « lignes de fuite » qui ouvrent sur « d’autres devenirs ». Pour qui ne se satisfait ni des perspectives de création d’archipels de territoire libérés comme modèle suffisant à changer le monde, ni des spéculations spinozo-mélenchoniennes qui y rajoutent le recours aux urnes et une pincée de souverainisme, les interrogations de ce sociologue sont les bienvenues.

 
 
 
 
 
Le grand remplacement des passions
 

De Coluche à Zemmour



« Ainsi Zemmour est l’anti-Coluche, le Coluche de droite, l’envers du Coluche. Cette comparaison ne veut pas dire qu’il ne faut pas prendre le Z au sérieux, au contraire, il faut voir de quoi il est le signe : Le grand remplacement des passions politiques. »

 
 
 
 
 
Mayday : Abolir la police
 

[Podcast]



N’ayant peur ni de la concurrence, ni de dire trop de mal de la maréchaussée, voici la dernière émission de nos confrères de Mayday, elle aussi dédiée aux enjeux actuels de sécurité publique.

 
 
 
 
 
Reprendre la terre aux machines, de l’Atelier Paysan
 

[Note de lecture]



L’atelier paysan, cette "coopérative d’autoconstruction" qui cherche depuis plusieurs années à développer la réappropriation des savoirs et et techniques liées à l’agriculture, a fait paraître l’été dernier un livre important intitulé Reprendre la terre aux machines. Il brosse un tableau édifiant de l’impasse actuelle de l’agro-industrie : désastre écologique, robotisation des activités qui mène à un endettement à vie des paysans, baisse de la qualité de la nourriture destinée aux plus pauvres, etc. C’est donc l’ensemble du système qui est à revoir et comme ils l’écrivent, « Ce manifeste se veut une contribution à l’émergence d’un large mouvement populaire pour l’autonomie paysanne et alimentaire. ». Si le constat critique qu’ils établissent clarifie la situation actuelle sur bien des points, il y aurait néanmoins à redire sur les "solutions" qu’ils envisagent : ainsi de la Sécurité Sociale alimentaire, inspirée de Bernard Friot, ou de l’installation d’un million d’agriculteurs dans les dix prochaines années qu’ils appellent de leurs voeux. L’échelle nationale, la tendance gestionnaire et le discours économique qui transparaissent font parfois étrangement penser à des discours pré-électoraux.

 
 
 
 
 
Le Venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République
 

Gérard Noiriel
[note de lecture]



« Pourquoi donc parler de Zemmour, objet (à juste titre) de son ressentiment, ou pour être plus précis, de son "indignation" et de Drumont, ce grand promoteur de l’antisémitisme français, un peu oublié aujourd’hui ? »

 
 
 
 
 
 
m'inscrire / me désinscrire