Voir en ligne
   
 
 
 
#306 | 27 septembre
 
 
 
Pourquoi les flics sont-ils tous des bâtards ?
 

[Défaire la police]
Serge Quadruppani & Jérôme Floch



L’époque dans laquelle nous vivons a ceci de particulier que plus personne, ou presque, n’y croit. On ne croit plus au pouvoir, on le subit, on ne croit plus au gouvernement, on le tolère faute de mieux et parce qu’il nous faut bien survivre. Face à cette profonde vague de discrédit et à ce sentiment diffus d’humiliation, le capitalisme n’a plus d’autre choix que d’assumer la violence qui le fonde et donc la brutalité de ses forces de l’ordre . Des Gilets Jaunes au mouvement George Floyd, de la gestion quotidienne des quartiers populaires à l’intensification des moyens de surveillance technologique, la police s’impose désormais comme l’ultime rempart à même de protéger ceux qui nous gouvernent.

 
 
 
 
 
Notes autour des Aventures extraordinaires d’un juif révolutionnaire, d’Alexandre Thabor
 

Élias Preszow



Un père parle à son fils de ce que fût sa vie. Sioma raconte à Alec ce vingtième siècle de feu et de sang qu’il a traversé les armes à la main : depuis sa ville natale d’Odessa jusqu’à Paris, en passant par Haïfa et Saragosse. Comme une immense guerre civile d’ampleur mondiale, sans début ni fin, opposant les forces du Bien contre celles du Mal. Si cela peut paraître manichéen, il n’en reste pas moins que la fresque composée par les souvenirs de ce héros juif et révolutionnaire a tout d’un récit d’ « aventures extraordinaires » ainsi que l’annonce le titre du livre. Dans ce texte qui tient à la fois de l’épopée et du manuel d’histoire, de la biographie et du roman, il est avant tout question d’amour.

 
 
 
 
 
Pandémie, société de contrôle et complotisme, une discussion
 

[lundisoir]



Gestes barrières, masques, confinement, couvre-feu, aération, fermetures administratives, campagne de vaccination, passe sanitaire, le moins que l’on puisse dire c’est que nous avons assisté, ces derniers mois, à quelques petits changements dans notre quotidien ainsi que dans la manière dont nous acceptons ou non, d’être gouvernés. Pour essayer d’y voir plus clair, nous avons invité quelques amis.

 
 
 
 
 
Le dernier rêve
 

Mathilde Girard



Et puis un jour, j’ai décidé que c’était fini.

 
 
 
 
 
Everybody Knows the Rules
 

« Quelle relation entre la confiscation de mon gel hydroalcoolique, les attaques de drones, et la reconnaissance faciale ? »
Caroline Bernard



Tout le monde connaît les règles. En ces temps où de nouvelles règles sont annoncées chaque minute, il est intéressant de se pencher sur leur « fabrication ». Au Moyen-âge, comme à notre époque contemporaine, la règle a toujours été dépendante de la mesure.

 
 
 
 
 
Melmoth furieux de Sabrina Calvo
 

[une lecture partisane]



« Nous bâtirons la plus grande des foules et nous irons par les champs et les villes. Nous irons brûler le château. »

Melmoth furieux paru début septembre aux Editions La Volte comporte un marque page reproduisant l’image de couverture et contenant en quelques mots toute la structure du récit : « de Belleville à Marne-la-vallée, une bande d’enfants part en croisade pour mettre le feu à Eurodisney. »

 
 
 
 
 
Les zapatistes à la conquête de l’Europe
 

Une BD de Lisa Lugrin [Épisode 9]



L’invasion zapatiste continue. Malgré les embûches tendues par les autorités mexicaines, la délégation aéroportée du Chiapas a enfin pu rejoindre l’Europe et débarquer en Autriche. L’opération de « conquête inversée » suit donc son cours.

Nous reprenons donc le reportage dessiné et hebdomadaire de Lisa Lugrin.

 
 
 
 
 
De virus illustribus - Un an et demi après 
 

« Ce n´est pas à la "régulation" de l´économie mais à sa fin qu´il faut songer »
Sandrine Aumercier



Un an et demi après le premier confinement lié à la pandémie de covid 19, Saudrine Aumercier, psychanalyste et membre du collectif des éditions Crise et critique, tente de clarifier la situation actuelle. L’année passée, elle avait analysé à chaud la manière dont le capitalisme se confrontait au coronavirus dans un ouvrage colelctif intitulé De virus illustribus. Trois idées lui importent, reprises ici : l’économie était déjà en crise avant l’arrivée du Covid ; l’État et le marché sont interdépenants, donc la crise économique prolongée implique celle de l’État providence ; la "relance" ne se comprend alors que comme maintient à flot de l’économie. De là, elle balaye efficacement toutes sortes d’illusions politiciennes ou économistes qui rejaillissent en ces temps de primaires et autres élections. Car "ce n´est pas à la « régulation » de l´économie mais à sa fin qu´il faut songer".

 
 
 
 
 
Mairie de Montpellier : pas de Valls avec les bulldozers préfectoraux
 

Ces dernières semaines, une curieuse vague d’incendies a touché des "bidonvilles" de Montpellier. Hugues Moutouh, préfet de l’Hérault fraichement installé, ami de Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, en a donc profité pour expulser des dizaines de familles. Explications.
Depuis cinq ans, aucun bidonville n’avait été expulsé par la préfecture de l’Hérault. Les différents préfets avaient peu à peu accepté le principe : « pas d’expulsion sans solution » et favorisé la mise en place du travail social sur le temps (...)



Ces dernières semaines, une curieuse vague d’incendies a touché des « bidonvilles » de Montpellier. Hugues Moutouh, préfet de l’Hérault fraichement installé, ami de Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, en a donc profité pour expulser des dizaines de familles. Explications.

 
 
 
 
 
Rupture
 

[Nouvelle]



Mariem est dans la voiture avec Pierre et leurs deux enfants. "Demeurer dans la fraîcheur artificielle de l’habitacle aux côtés de cet homme, qu’ayant cessé de désirer elle ne pouvait que mépriser, lui devenait insupportable. Lorsqu’il lui demanda : « Ça va ma chérie ? » Elle répondit : « J’en ai un peu marre. »"

 
 
 
 
 
Le lot, emmerdé
 

Méthanisation, Digestat et nuisances industrielles



En automne 2017, l’entreprise Bioquercy installait à Gramat, dans le Lot, une « unité de méthanisation » après que l’enquête publique qui devait précéder ces travaux se soit opportunément déroulée du 18 juillet au 19 août 2016, alors que la majorité des habitants de Gramat étaient en vacances. Cette usine résultait d’un partenariat créé entre la coopérative agricole d’élevage industriel « la Quercynoise » CAPEL [1] et la société Fonroche [2] biogaz.

 
 
 
 
 
Extension du domaine de l’extradition : l’affaire Emilio Scalzo
 

Un militant no-tav italien de 66 ans réclamé par la justice française



Une extradition pour un délit non jugé ? Ses avocats ont eu beau fouiller la jurisprudence italienne, française, européenne, ils n’ont rien trouvé de semblable, nulle part dans leurs archives. Le 15 septembre dernier, des carabiniers de Turin ont interpellé dans une rue de Bussoleno, village de la vallée de Suse et cœur de la lutte no-tav, Emilio Scalzo, 66 ans, activiste anarchiste et militant historique du combat contre la construction de la nouvelle ligne Lyon-Turin. Mais s’il est visé par une procédure d’extradition émanant de la magistrature française, c’est pour sa présence sur un autre terrain de bataille : celui de la solidarité concrète aux milliers de personnes, migrantes et exilées, qui traversent ou tentent de traverser, souvent au péril de leur vie, la frontière avec la France.

 
 
 
 
 
Art, Dèche, Image (Partie 1)
 

Leïla Chaix



Je viens d’arriver à Lussas, et j’vais m’coucher après une soirée avec Lix au Bar- Restaurant du village. Nous avons parlé cinéma, documentaire, travail, revue, édition, études et chômage. On a également discuté avec des habitant·e·s du coin, un agriculteur et une dame qui bosse dans l’école, à Aubenas, ville d’à- côté. Lussas c’est vraiment un p’tit bled. Ses habitant·e·s voient débarquer une fois par an une horde d’intellos parisien·ne·s (oui mais pas que) qui regardent le monde entier d’ici, tous réuni·e·s. « Une année ils nous ont laissé des tonnes de merdes et des canettes dans nos champs, ouais, là-bas derrière », nous dit le gars, « ils avaient sûrement fait la fête ».

 
 
 
 
 
 
m'inscrire / me désinscrire