Suite à son entretien avec lundimatin...

Antonin Bernanos subit les représailles de l’administration pénitentiaire

paru dans lundimatin#133, le 12 février 2018

Le matin du lundi 29 janvier, nous publiions un entretien d’Antonin Bernanos, détenu à la prison de Fleury Mérogis. Il y évoquait notamment les conséquences des grèves des surveillants sur la vie des personnes incarcérées et la manière dont l’administration pénitentiaire contient toute forme d’organisation collective des détenus.
De toute évidence, on ne témoigne pas impunément de ce qui se passe à l’intérieur d’une prison. Dès le lundi après-midi, l’administration déclenchait une série de mesures répressives à l’encontre de l’étudiant en sociologie :

—Alors qu’il rencontrait son avocate et sa conseillère penitentiaire d’insertion et de probation, sa cellule a été fouillée et mise à sac par des surveillants spécialisés.

— Des livres et des manuscrits lui ont été confisqués, ainsi que des comprimés de Vitamine D confondus avec de la drogue.

— Un téléphone aurait été retrouvé mais aucune commission disciplinaire ne s’est encore emparée de cet incident.

— Son accès 6 demi-journées par semaine à la salle d’étude lui est désormais interdit.

— Le courrier qui lui est adressé est bloqué par l’administration, ses correspondances avec ses avocats sont ouvertes alors qu’elles sont légalement protégées.

— Mercredi 31, sa conseillère penitentiaire d’insertion et de probation l’informe que l’administration pénitentiaire a entamé les démarches nécessaires à son transfert dans une autre prison.

— Alors qu’il devait être entendu par un juge d’application des peines le 28 mars 2018 afin de demander une mise en liberté conditionnelle sous bracelet électronique, le transfert dans un autre établissement pénitentiaire pourrait freiner cette demande de libération.

— Ce transfert signifierait qu’il sera encore plus isolé. Il ne pourra plus être visité par ses amis et bénéficier de l’accompagnent de ses professeurs de Nanterre dans le cadre de son Master.

Il s’agit évidemment de comprendre le sens et de prendre la mesure de ces punitions arbitraires au sein même du système punitif. À travers la distribution individualisée de milles petites brimades et humiliations, l’institution carcérale veut s’assurer que les corps qu’elle enferme ne puissent jamais s’agréger politiquement pour être capable de remettre en cause la souveraineté qui les écrase. Le détenu doit être systématiquement réduit à l’impuissance et au silence, il n’a pas d’autre droit que celui d’être enfermé. Antonin Bernanos a eu l’outrecuidance de s’exprimer sur ce qu’il vit et sa parole s’est diffusée par-delà les murs. C’est de cette trop grande liberté que l’institution cherche à se venger.

La proportion de journalistes lisant lundimatin étant considérable, nous ne doutons pas que leur attachement à la « liberté d’expression » les amènera à donner de l’écho à la répression brutale et vulgaire de celle de M. Bernanos.

lundimatin {papier}

Se procurer la revue

Mouvement 1 min 25 avr. 17
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :