Pic de Pollution à Paris

En 2050, tout ira mieux.

paru dans lundimatin#18, le 13 avril 2015

Alors que Paris connait des pics de pollution sans précédent, nous sommes allés voir ce que la mairie de Paris imagine au long terme (en plus de la circulation alternée).

Au début de l’année, le cabinet d’architecture Vincent Callebaut et la société Setec Bâtiments présentèrent leur projet pour une « Paris Smart-City 2050 », en réponse à la commande adressée quelque temps plus tôt par l’agence d’écologie urbaine de la ville. Dans la capitale intelligente, les habitants, dont le nombre ne dépasserait pas le seuil nécessaire à la croissance économique, se verraient garantir un cadre de vie à la hauteur de leur productivité : huit tours autosuffisantes en énergie devraient permettre de ralentir le réchauffement climatique et les immeubles haussmanniens perdraient leur gris mythique au profit d’une végétation foisonnante et de bâtiments biomorphiques parcourus de résilles végétales. « Paris smart-city 2050 » vise à « inventer de nouveaux modes de vie éco-responsables pour implémenter la qualité de vie des citadins dans le respect de l’environnement. »

on ne coule plus de béton sans chlorophylle

Depuis septembre 2001, la fiction tient lieu de politique : rêver la ville de demain fait opportunément oublier la ville d’aujourd’hui. Si en 1977, Louis Chevalier pouvait écrire, dans L’Assassinat de Paris, « Aujourd’hui, arbres sur dalles : en fait d’arbres que dalle ! », désormais, la tendance s’est inversée : on ne coule plus de béton sans chlorophylle.

Présentation de quelques unes des tours du Paris Smart City de 2050.

re-naturaliser l’urbanisme hyper-énergivore

Vincent Callebaut propose en premier lieu le projet « Mountain Towers ». Situé dans le 1er arrondissement et en particulier rue de Rivoli, ces tours végétales solaires et hydrodynamiques « bio-climatiseraient » le quartier. Ce projet « vise à désasphyxier, à densifier et à re-naturaliser l’urbanisme hyper-énergivore et spatiovore (de la rue de Rivoli) par la construction de montagnes bioclimatiques intégrant les énergies renouvelables sur les toits et en cœur d’îlots ». Ces « Mountain Towers » tripleraient le nombre de logements de chaque pâté de maison parisien en utilisant les anciens conduits de cheminées comme voies de circulation des flux. La production d’énergie serait réversible entre la nuit et le jour. Hydro-électrique dès le coucher du soleil au moyen d’une « cascade urbaine sur la hauteur de la tour », elle deviendrait photovoltaïque dès l’aube grâce à des capteurs solaires en forme d’ailes de libellules. Les eaux circulant aujourd’hui dans les égout parisiens seraient filtrées par phyto-épuration et les déchets seraient compostés.
Vincent Callebaut affirme pouvoir ainsi lutter contre « la muséification et la gentrification » de la ville de Paris.

le sol de filtrerait le smog par phyto-épuration hors-sol

Les tours « Antismog » occuperaient l’emplacement de la petite ceinture dans le 14e arrondissement. La végétation devrait y reprendre « ses droits sur la minéralité urbaine ». Cet espace périphérique deviendrait un « poumon vert », par l’installation de potagers collectifs cultivés par les habitants du quartier sur des structures montantes en spirales autour de la tour dite « cyclonique » où il serait possible de circuler à vélo. Le sol de ces voies montantes filtrerait le smog par phyto-épuration hors-sol. Des éoliennes dans la résille de façade ainsi que des toits en tissus photovoltaïque récupérerait les eaux de pluie et la rosée. L’intérieur des tours seraient climatisé par la remontée de l’air venu des souterrains de la petite ceinture, où les promeneurs produiraient de la lumière grâce à un système piezzoélectrique installé sous leurs pieds.

micro-algues vertes ... rideaux de façades ... photobioréacteurs plans et triangulaires ... verre feuilleté

La Tour Montparnasse deviendrait un « Central Park (…) spiralé à la verticale aux bio-façades d’algues vertes ». L’ensemble de bâtiments qui entourent ce qui fût la plus grande tour d’Europe jusqu’en 1990 deviendrait un complexe de production de biofuel grâce à ces « micro-algues vertes cultivées sur des murs rideaux de façades dans des photobioréacteurs plans et triangulaires construits en verre feuilleté ».

exosquelette en bambou tressé

L’ensemble Massena dans le 13e arrondissement, l’actuel quartier chinois de Paris, accueillerait les « Bamboo Nest Towers », un ensemble de tours « enveloppées d’un exosquelette en bambou tressé ». Des potagers et des vergers collectifs seraient suspendus autour d’un « treillis écologique » en trois dimensions dont le tissage cacherait des éoliennes logées au fond d’alvéoles dont la forme augmenterait la puissance du vent.

un véritable jardin nourricier en sustentation dans le ciel

Les HLM de la Porte des Lilas verraient leur hauteur doubler par l’ajout d’un agglomérat d’alcôves hexagonales individuelles « en nid d’abeille » offrant en pleine ville les « avantages d’un pavillon individuel rural » dans des « modules unifamiliaux standardisés et fabriqués en usine ». Les façades seraient parsemées de potagers et de vergers suspendus caractéristiques du Paris de 2050 : « ce mécano géant à la silhouette organique, se transformera en un véritable jardin nourricier en sustentation dans le ciel invitant la faune et la flore parisienne à s’y nicher. »

écosystème résiliant

La Gare du Nord deviendrait le sous-sol des « Tours Mangrove », « inspirées des palétuviers des marais maritimes avec leurs pneumatophores et leurs racines échasses ». Ce quartier deviendrait une « forêt de tours végétales », une « Mangrove urbaine (…) qui produira plus d’énergie qu’elle n’en consommera ». Il serait pensé sur le modèle d’un « écosystème résiliant au dérèglement climatique » accueillant « bureaux, hôtels et logements voués à une clientèle internationale et nomade ».

hot
Flash-ball : le lycéen nantais jugé co-responsable du tir qui l’a éborgné

L’état condamné à ne verser que la moitié des indemnités.

- 5 déc. 16 - Positions, Rencontres, Terreur - 9 min

au hasard
Fiche de lecture

Être ouragans - Georges Lapierre

13 sept. 15 - International - 21 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :