Notre-Dame-des-Landes : un reportage photo et un appel aux bâtons

"A l’initiative de l’ensemble du mouvement d’opposition au projet
d’aéroport, nous marquerons donc le 8 octobre notre volonté commune
d’empêcher toute agression contre la ZAD et tout démarrage des travaux."

paru dans lundimatin#71, le 7 septembre 2016

Nous publions ensemble deux articles distincts. Le premier est un reportage photo qui évoque la vie sur la ZAD le jour du scrutin qui devait décider de son avenir.
Le second « Que résonnent les chants de nos bâtons ! » est un appel à s’organiser pour démoraliser toute tentative d’expulsion de la zone.

Le week end du 26 juin fut un moment à part sur la Zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes. Les habitants de Loire-Atlantique étaient en effet appelés à exprimer dans leur bureau de vote leur approbation ou leur rejet du déplacement de l’aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune homonyme de la ZAD. Résultat, ils se sont prononcés à 55,17% en faveur du projet. Peu importe le scrutin pour les occupants du bocage, la représentativité étant de facto une dépossession pour les citoyens concernés.

Bien que pesante dans les esprits, la consultation fut presque absente des discussions durant ces chaudes journées de juin. Pudeur oblige face à un vote qui bousculera, quoi qu’il arrive, leur avenir.

Les riverains et sympathisants étaient en revanche invités durant ces 2 journées à venir « refaire un dôme », chantier pied de nez à leurs détracteurs. Souligner avec le sourire qu’un projet effectif à taille humaine vaudra toujours plus qu’un grand projet imposé par en haut. L’occasion, aussi, de faire vivre la communauté, de rassembler les amis et les riverains, d’afficher la force d’une solidarité.

C’est là le nœud de ce reportage photo : la vie, effective et tangible durant ces jours ou d’autres auraient pu les imaginer suspendus à leurs téléphones, rivés sur un écran à analyser les prévisions. Non, la ZAD a continué à vivre, à progresser entre divers chantiers. Celui du dôme, celui d’un bassin de phytoépuration, celui d’un mur d’escalade. Car ce qui marque dans cette ZAD pour le visiteur n’est pas le message ni la lutte, mais bien cette façon de vivre, de consolider la vie. Agriculture, solidarité, phytothérapie, élevage, habitation respectueuse de la nature, ces photos se veulent le reflet d’un « vivre-ensemble », en ce moment sur toutes les lèvres, là-bas expérimenté et mis en pratique sans faux-semblants.

Menthe


















Que résonnent les chants de nos bâtons !

Acculé par les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février, le
gouvernement a organisé en juin une consultation biaisée. Se croyant
forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier
ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à
l’évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de
ses cultures, de sa faune et de sa flore, de ses habitats et activités
ainsi que des liens entre toutes celles et ceux qui se sont attaché.es à
ce bocage. Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier
puisqu’entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas
accordées.

Les porteurs du projet ne semblent pas avoir non plus mesuré la
détermination de celles et ceux qui habitent ce bocage, des militant.es
engagé.es à leurs côtés, le soutien dont ce mouvement bénéficie dans la
région et bien au-delà, ainsi que l’implication des comités locaux. Ces
2000 ha de bocage et ce qui s’y vit sont aujourd’hui porteurs d’espoirs
indéracinables face au saccage du vivant, des terres agricoles et à la
marchandisation du monde. Il est impensable qu’ils disparaissent !

A l’initiative de l’ensemble du mouvement d’opposition au projet
d’aéroport, nous marquerons donc le 8 octobre notre volonté commune
d’empêcher toute agression contre la ZAD et tout démarrage des travaux.
En écho à bien d’autres luttes paysannes, comme au Larzac, nous ferons
résonner le sol de milliers de bâtons. Nous les laisserons sur place, en
nous engageant ensemble à venir les reprendre, en cas d’intervention, et
à défendre la ZAD, ses habitant.es, paysan.nes et l’avenir qui s’y
construit.

Nous monterons également ensemble un hangar dont les éléments ont été
fabriqués durant l’été sur la ZAD par des dizaines de charpentier.es.
Cette oeuvre collective concrétisera notre volonté de nous organiser
pour la résistance en créant un lieu qui sera une base d’appui en cas de
tentative d’expulsion, autant qu’une structure commune pour le futur.

Convergeons vers Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016,
Rendez-vous à 10h dans le bocage, à pied, en tracteur ou à vélo.
Que chacun-e apporte son bâton, sculpté, décoré et le mette dans les
roues du projet.
Tous et toutes ensemble, empêchons l’aéroport !

Plus d’infos sur les sites acipa-ndl.fr et zad.nadir.org

hot
Flash-ball : le lycéen nantais jugé co-responsable du tir qui l’a éborgné

L’état condamné à ne verser que la moitié des indemnités.

- 5 déc. 16 - Positions, Rencontres, Terreur - 9 min

au hasard
« Est-ce que c’est possible de parler aux gens ? »

"Constamment, dans la tête, ce bip bip bip bip de la caisse à poulets à salade à lessive et le tapis qui roule.
Est-ce que la vie est un tapis roulant de caisse enregistreuse ?"

9 mai 16 - Littérature - 4 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :