À propos des émeutes qui frappent le Mexique

Mira, álla : Viene una tormenta

paru dans lundimatin#88, le 11 janvier 2017

Depuis le Nouvel An, le Mexique connaît une vague d’émeutes, de blocages et de pillages sans précédent. Quand l’étincelle qui embrase la plaine est l’augmentation du prix de l’essence, les choses avancent plus vite que d’habitude. Un envoyé spécial de lundimatin nous livre les dernières nouvelles.

« Mexican Boy : ¡ Mira, Mira, álla : Viene una tormenta !
Sarah Connor : What did he just say ?
Gas Station Attendant : He said that a storm is coming in.
Sarah Connor : I know.
Terminator, 1984

Première partie : Chronique générale.

Le prix du pétrole dicte celui de l’essence (dixit Meade, Secrétaire des Finances et du Crédit Public). Et si le prix de l’essence augmente, alors le prix des produits et des services aussi. Conséquemment : l’inflation (3%). Depuis quatre-vingt ans le pétrole mexicain est nationalisé à travers la compagnie Pemex. Le prix du pétrole dépend d’un barème fixe décidé par l’État. Le projet de Réforme énergétique initié en 2014 par le gouvernement de Peña Nieto impliquait la privatisation du pétrole et de la vente d’essence. Le 1er janvier 2017, c’est chose faite. Dans le discours officiel, il s’agit de s’ajuster aux tendances naturelles de la compétition internationale contre le maintient « artificiel » (E. Peña Nieto) des interventions étatiques. En somme, un retour à la nature… du marché. Décision « impopulaire » et « difficile » pour le triste chef d’État. Et certes, les Mexicains sont en colère. Mais vous, à sa place, hein, « qu’auriez-vous fait ? » (5 janvier, « Mensaje a la Nación »).

1er Janvier 2017 : au Mexique, il est de droit coutumier que les fêtes soient systématiquement accompagnées par la recrudescence des asaltos (assauts, vols à main armé, hold up). C’est normal au Mexique : la turba (plèbe) aussi veut s’offrir des cadeaux. Mais en ce nouvel an 2017, la chute de la valeur du peso (une des suites de la victoire de Trump) conjuguée à l’augmentation du prix de la gasolina (une des suites de la dérégulation) a réussi la prouesse de transmuer les traditionnels asaltos en communs saqueos (saccages, pillages).
En l’espace d’une petite semaine (du 1 janvier au 7 janvier [date à laquelle nous écrivons]) les chaînes COPPEL, ELEKTRA, BODEGA AURRERA, OXXO, CHEDRAUI, FAMSA, WALMART, COMERCIAL MEXICANA etc… ont littéralement perdu la face, submergées par des hordes bigarrés de ménagères, d’étudiants, de ronds-de-cuir et de vieillards, – tous anonymes de la très sainte société civile. L’on vit d’insolites honnêtes gens, les bras pleins de jouets roses et bleus, côtoyant un honnête encapuchado chargé d’un réfrigérateur et d’une télévision. L’on vit des taxis servir d’entrepôts temporaires aux larcins. L’on put rire de ce jeune Mexicain qui, alors que d’autres plus âgés s’enfuyaient avec des scooters neufs et des écrans plasma, semblait se satisfaire d’un gros ours en peluche.

Reconstruire le brève chronologie du « gasolinazo » (augmentation brutale du prix de la gasolina, l’essence) ainsi que de ses conséquences « anormales et inusitées » (dixit un quelconque chef de police) est bien difficile : les événements se poursuivent encore à l’heure où nous écrivons et l’information ne nous parvient que chaotiquement.

Ce qui suit est le récit des traits les plus saillants de l’événement qui, pour l’instant, compte peut-être cinq morts (quatre civils et un policier) et 1500 emprisonnés. L’ampleur des ravages peut se jauger à l’aune des motifs d’inculpation : « vol aggravé » et - sic - « terrorisme » (selon la Fiscalía General del Estado). Le chaos est tel que la « Segob » (Secretaria de Gobernación) annonce la fumeuse mise en place d’une « communication permanente » entre les 32 états, en particulier entre les gouvernements de la Ville de Mexico, de Hidalgo, de l’État de Mexico, du Chiapas, de Tabasco et de Veracruz. Ainsi le chef du gouvernement local de la ville de Mexico, señor Mancera, peut-il se satisfaire d’avoir récupéré, le 4 janvier, le « contrôle de la ville » (« nosotros tenemos el control de la ciudad ») grâce à la mise en place d’un « dispositif de vigilance renforcée » (« esquema de sobre vigilancia »). Last but not least : on nous annonce que ces états travaillent désormais avec la División Cibernética de la Police Fédérale et le Procureur général de la République afin de traquer, sur les réseaux sociaux, les comptes de ceux qui fomentent « mensonges » et « rumeurs » affectant l’ordre public.

Les protestations sont premières. Marches et blocages annoncés (« marchas y bloqueos ») se multiplient dès dimanche 1 janvier, date du passage en vigueur du gasolinazo. Les manifestations et les rassemblements étaient prévus, appelés par les syndicats, les associations citoyennes (Constituyente Ciudadana Popular, Nueva Revolución Ciudadana) ou le CNC (Congreso Nacional Ciudadano). D’abord calme, ça tourne à l’émeute (surtout à Coahuila, Ixmiquilpan, Hidalgo). Et les journalistes de narrer leur sempiternel étonnement face à la transformation d’une manifestation « pacifique » en semi-guerre civile. Fait cocasse : lors de certains affrontements, les forces de l’ordre sont détenues par les manifestants-émeutiers, puis relâchées. Le lundi 2 janvier, c’est au tour des blocages de se multiplier (Chihuaha, Morelos, Durango) : la CFE, Comisión Federal de Electricidad, est bloquée à Zacatecas, les autoroutes, comme à Acatzingo, Puebla connaissent des fermetures intermittentes, les péages sont occupés comme ceux d’Ixtapaluca ou de Tepatitlán, les stations essences et les terminaux de combustibles se retrouvent ou bien sans accès ou bien saccagés, - à tel point que Pemex menace, dans un communiqué, de ne plus livrer son essence et signale les risques que cela impliquerait pour le trafic aérien. Les taxis et les colectivos, pas en reste, s’amoncellent dans les rues de Coatzacoalcos, ou bien, comme à Acapulco, tentent de vider une pipeline de Pemex, tandis que les camionneurs cherchent judicieusement à se garer devant les sorties des raffineries (comme devant Lázaro Cardenas à Minatitlán). Jeudi, les manifestations et les blocages ont contaminé plus de douze états. Fait intéressant : au-delà de la simple protestation contre le prix du pétrole, on a pu entendre, autant parmi les foules que dans la bouche « d’agitateurs » viraux du Web le nom d’un petit municipio du Michoacán brandi en exemple : Cherán - ville connue pour avoir, le 15 avril 2011, chassé de son territoire les délinquants, la police et les politiques corrompus afin de déployer une forme de vie autonome. Autre fait amusant : un type armé menaçant le Président Peña Nieto devenant viral.

Mais, dès avant le jeudi 5 janvier, comme s’effilochant au tamis du réel, le mouvement de protestation se change en pur et simple saccage ponctué d’émeutes.
À Veracruz, les forces civiles (municipales) sont rejointes par les forces fédérales pour défendre, hallucinés, le Chedraui Coyol et le Chedraui Ponti (supermarchés). La marine intervient et empêche, de justesse, le pillage d’un Elektra surplombant le Banco Azteca. Plus loin, devant une quelconque église, un type se recouvre d’essence et menace de s’immoler, on s’attroupe, on le photographie. Au supermarché du port, on assiste, hilare, aux gesticulations grotesques et dérisoires du gouverneur de Veracruz, paternaliste et népotiste, Miguel A. Yunes tentant, au milieu de la foule des saqueadores (pilleurs), de proposer des bons d’achats de cinq cents pesos (moins de 25 euros) en échange de la paix civile. Des femmes crient, l’acclament, tandis que les maris, enfants honteux, baissent la tête et quémandent leur bon. D’autres signalent élégamment leur mépris avant de disparaître, leur butin sous le bras. Le lendemain, le même Yunes, lors d’une conférence de presse, fait jouer la corde sensible en déclarant : « vous êtes mes amis, vous êtes mes amies ».
À Monterrey, capitale du Nuevo León, un rassemblement sur l’esplanade De Los Heroes voit une partie de ses membres se ruer vers le Palacio de Gobierno pour y détruire la façade, dont ses beaux vitraux datant du « milieu du XX° siècle », ainsi qu’y retourner les voitures multimédias. Tristement, la même assemblée qui criait, cinq minutes plus tôt, « ¡ El pueblo, unido, jamás será vencido ! » (« Le peuple, uni, jamais ne sera vaincu »), se retourne vers ceux qu’elle nomme les encapuchados, (c’est-à-dire ceux qui, moins « encapuchés » qu’armés d’un skate-board et les cheveux au vent, redécorent le Palacio) pour hurler, métamorphosée, « ¡ eso no es el pueblo ! » (« ceci n’est pas le peuple »). Pour le citoyen honnête ces encapuchados sans capuche sont très certainement des « pinches acarreados » (comme on entend dans une vidéo), c’est-à-dire, à peu près, des « putains de vendus », au sens de soudoyés par l’État pour foutre le boxon et justifier la répression. Plus tard, c’est au tour du supermarché du coin d’être pillé et saccagé, sous les yeux désespérés de Tele-diario dont la journaliste ne parvient même plus à distinguer si le magasin est un Coppel ou un Famsa, tant il n’y reste rien de reconnaissable. Le lendemain, 6 janvier, le Gouverneur de Nuevo León, R. Calderón, déclare : « Et ici j’avertis tous ceux, jeunes ou pas jeunes, utilisant internet, que nous les surveillons, que nous saurons où ils sont, que nous avons les éléments et la technologie suffisante pour les surveiller et qu’on les trouvera. » Avant d’ajouter qu’il comprend la colère des gens mais que ce n’est pas une manière de résoudre les problèmes.
Alors que les saqueos prolifèrent partout, mais surtout en Hidalgo, Estado de México et Veracruz, un petit épisode d’absurdité historique a lieu à Central de Abasto, Puebla. À la suite de rumeurs de saqueos, environ deux cents commerçants s’arment de barres de fer et de bois pour « protéger le périmètre ». Cependant, nul saqueo à l’horizon. Leur présence ne fait que gêner la circulation. Alertée par les automobilistes, la police municipale rapplique. Il s’en suit une violente confrontation entre commerçants et policiers qui aboutit à la blessure d’un officier et à la destruction d’un taxi. Ailleurs, des flics en charge des pilleurs, profitant du désordre, sont filmés en train d’entasser des biens volés dans leurs véhicules. Dépités et honteux, ils jurèrent, mais un peu tard, qu’on ne les y prendrait plus.
Moins amusant : à Ecatepec, sous un pont piéton, au bord d’une route, face à un Elektra dépouillé, un feu de pneu brûle, vertical, tandis que deux voitures des forces civiles se garent en catastrophe, la seconde percutant un passant dans l’indifférence générale. La police, pour dissiper la foule, se met à tirer en l’air à balles réelles. À Ixmiquilpán, dans le Valle de Mezquital, Hidalgo, une municipalité à majorité indigène (ñhañhus), pauvre, vouée à l’agriculture, l’artisanat ou l’exode, le mercredi 4 janvier, vers 15h, les insurgés, armés de pierres, de pétards, et de bâtons, repoussent comme ils peuvent la lacrymo, les pistolets à eau, les boucliers et… les balles des policiers fédéraux. Ceux que les Mexicains appellent les « puercos » et que nous appelons les « poulets », tuent, dans la cohue, Alan Giovani Gutiérrez et Alfredo Pérez. Dans la ville de Mexico, mercredi 4, un policier se fait renverser par une voiture fuyant la scène d’un pillage. Sorte d’œil pour œil du hasard.

Que se passe-t-il au Mexique ? Rages, blocages, saccages. Difficile d’en percevoir la cohérence. On sait juste qu’un petit déplacement persiste dans l’atmosphère lourde de la capitale. Le Walmart du métro Quevedo, à Mexico, s’est barricadé derrière des dizaines de palettes et quelques forces civiles armées. On y fait ses courses sous l’œil craintif de la sécurité. Certains ressuscitent après l’affaiblissement des luttes pour les 43 d’Iguala, Ayotzinapa. D’autres n’y voient qu’une secousse éphémère. On se demande quelle affinité secrète pourrait-il bien y avoir entre une lutte contre l’augmentation du prix de l’essence et ces étranges dévastations consuméristes, ces vastes liesses de gratuité torrentielle, ces confrontations qui mettent en jeu jusqu’à la vie. Certains répondent : le nihilisme et la bêtise ; d’autres se contentent de compter les points marqués par le capital et ses opposants, en attendant la victoire de l’un des deux partis ; et d’autres encore, plus rêveurs que les autres, pensent à Cherán, Cherán, Cherán, Cherán.

La suite lundi prochain

hot
Les États-Unis interdisent de territoire les activistes français
17 janv. 17 - International, Terreur - 2 min
au hasard
Du balai !

« Pour toutes nos manifestations, munissons-nous de l’accessoire indispensable : le balai »

4 avr. 16 - - 1 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :