Menschheitsdämmerung

Poésie en Trumplandie

paru dans lundimatin#82, le 21 novembre 2016

Au centre de l’allée de la foire, se démenait un prestidigitateur. Qui cherchait à écouler des machines magiques. Le bonisseur sautillant attirait les badauds les plus gobe-mouche. La foule racolée s’attroupait autour du stand.

Le Camelot :

Oh vous là-bas.

Les vieux les jeunes, venez rompre l’ennui.

Moi, l’hercule des marchés, je vous offre un destin.

Vous rendre plus grands, soulevés.

Venez voir le hachoir, venez tous prendre le hachoir.

Admirez le hachoir, le hachoir, le hachoir.

Sa force magique ramènera la femme modèle, la famille facile.

Regardez bien les pièces, qui se montent aisément.

Cette roue pour blanchir. Celle-là dentée qui broie du noir.

Cette vis sans fin pour écraser l’impureté.

Et celle-ci, celle-ci qui trousse la jupe. Eh vous là-bas !

Approchez, venez à moi.

Moi, moi, l’histrion de la tour.

Gagnez le cercle des admirateurs du hachoir. Avec son bonimenteur.

Adoptez le hachoir de vie. Le plus beau.

Et qui brille du feu. Nickel. Redevenez grands.

Tous avec un hachoir.

Tous plus beaux avec le grand hachoir de vie.

Venez. Venez.

Que la force du hachoir ramène les splendeurs du printemps.

Broyez le noir. Troussez la jupe.

N’hésitez pas. Tous ici. Accourez tous.

Le hachoir à la main, soyez qui vous êtes, vrais et réels.

Adoptez le hachoir de vie.

Abolissez le terne, le cafardeux, l’obscur.

Faites briller la blancheur des éclairs.

Amis du hachoir, redevenez. Ah vous là-bas !

Que je sens hésitants, incrédules.

Prenez vos armes !

Abattez tous ceux qui refusent d’entrer dans la bande du grand hachoir.

Ah ma bande, ma famille. À mes amis.

Par le bonheur du grand hachoir.

Plus grands, plus beaux, plus heureux.

Comme le grand bateleur, son hachoir à la main.

Qu’on les hache tous.

Ceux qui nous obscurcissent, nous rabougrissent, nous salissent, nous ralentissent.

Eh tous les ternes, tous les tristes, venez revivre.

Sentez l’énergie. Hachez tous les ennemis de la foudre blanche.

Levez. Hachez. Levez. Hachez.

hot
La colonisation du savoir

Une histoire des plantes médicinales du Nouveau Monde (1492-1750)

28 nov. 16 - Positions, Histoire - 4 min

au hasard
Qui ne saute pas n’est pas français

« l’idée du bonheur que nous portons en nous est imprégnée par la couleur du temps qui nous est échu pour notre vie à nous »

11 janv. 16 - Positions, Terreur - 11 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :