Exaspérés par l’inaction de l’État, des habitants réquisitionnent des bâtiments vides pour loger les migrants

Lyon, de la ghettoïsation aux réquisitions [Documentaire]

paru dans lundimatin#132, le 8 février 2018

En Albanie, « d’après ce que je sais, il n’y a pas une guerre terrible », déclarait Gérard Collomb du temps où il était encore maire de Lyon. Il précisait cependant qu’il ne souhaitait pas que ces populations « meurent à la rue même si elles sont en situation irrégulière ». Pourtant, c’est bien à la rue que se retrouvent ces centaines de femmes, d’hommes et d’enfants – qui ne sont pas en situation irrégulière. C’est donc en plein coeur du fief du ministre de l’Intérieur, sur l’esplanade Nelson Mandela, « vitrine de la ville de demain », qu’un camp de demandeurs d’asile originaires des Balkans ne cesse de se déplacer et de se reformer au rythme des expulsions. Il y a quelques mois déjà, un autre camp situé près de la gare et composé de matelas et de cartons à même les dalles avait été expulsé sur ordre de la préfecture.

À contrepied de l’irresponsabilité de l’État et de la métropole, des logements vides sont squattés, des écoles occupées. A Villeurbanne, c’est une ancienne caserne de pompiers qui a été « réquisitionnée ». Etudiants, militants, habitants du quartier, enseignants, s’organisent pour ne pas laisser les gens à la rue.

Un reportage de France Timmermans, du Nouveau Jour J. [1]

Partie 1

Partie 2

lundimatin papier

Se procurer la revue

25 avr. 17 Mouvement 1 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :