Nouveau lundimatin papier débarque

Le CLAP : les livreurs à vélo parisiens contre-attaquent

« On est les victimes les plus visibles de la politique d’Emmanuel Macron puisqu’elle nous affecte directement »

paru dans lundimatin#105, le 23 mai 2017

Ils sont en première ligne sur le front de l’ubérisation et ont décidé de l’ouvrir. Les prolétaires à deux roues de la start-up nation montent un collectif.

Tenues fluorescentes brandées, vélos enfourchés, visages masqués, banderoles déployées et géolocalisation coupée. Le 8 mai dernier, une dizaine d’entre eux étaient présents en tête de cortège lors du rassemblement parisien du Front Social. Pour l’équipe du tout nouveau Collectif des livreurs autonomes de Paris(CLAP), l’anonymat est particulièrement requis les jours de manifestation. Se faire repérer par les algorithmes de Deliveroo ou Foodora place de la République au mauvais moment, c’est risquer de se voir "désactivé" de l’application du jour au lendemain. On ne compte plus les lettres de rupture de contrat aux prétextes douteux : « Nous avons constaté que vous avez manqué à plusieurs reprises à vos obligations contractuelles, notamment en ne respectant pas les pratiques vestimentaires de Deliveroo," disait celle d’Arthur Hay, fondateur de la CGT coursiers de Bordeaux, un des premiers à avoir essayé d’organiser les coursiers en France, après sa désactivation de la plate-forme de livraison turquoise en mars 2016. Notre époque a transformé la bicyclette en sport de combat.

Alors, quelques jours après l’élection à la présidence de celui qui déclarait sans ciller devant la caméra de Médiapart : « Allez à Stains expliquer aux jeunes qui font chauffeur Uber qu’il vaut mieux aller tenir les murs ou dealer. Les quartiers où Uber embauche, ce sont des quartiers où nous, on ne sait rien leur offrir. En effet, ils travaillent 60 ou 70h pour toucher le smic. Mais ils entrent dans la dignité, (...) ils mettent un costume, une cravate... Qu’est-ce qu’on leur a offert de mieux depuis 30 ans ? », les membres du CLAP continuent de pédaler.

Le collectif, né à la suite d’un rassemblement de livreurs de la capitale le 15 mars, part d’un constat simple : « Avec deux, trois potes, on allait souvent se plaindre de la baisse des tarifs au QG de Deliveroo. Mais ils nous envoyaient chier en se disant que, de toute façon, si on était pas contents de nouvelles têtes nous remplaceraient, » raconte Mouloud*, étudiant de 20 ans qui vit à une heure de Paris, « du coup, je me suis dit qu’un collectif sans nom et sans visage, ils auraient plus de mal à s’en débarrasser. » La dizaine de jeunes livreurs est alors entré en contact avec Jérôme Pimot, ancien de Take It Easy et de Deliveroo (désactivé après un passage sur France Culture), hyperactif dans les médias pour dénoncer les dérives de la "food tech" et muni d’un carnet d’adresses de militants bien fourni.

Nuit des Barricades le soir du 1er tour, manifestation du 1er mai, Front Social le 8 mai... Le CLAP a profité d’une période de contestation sociale propice pour se faire connaître. « On est les victimes les plus visibles de la politique d’Emmanuel Macron puisqu’elle nous affecte directement, » explique Jérôme. « Quand t’entends les discours de Macron sur l’uberisation, t’as l’impression de revoir Sarkozy et Fillon en 2007 quand ils s’extasiaient sur les subprimes, » lance Bastien*, livreur parisien de 24 ans et plume des tracts du groupe. Pour cet étudiant en histoire des idées politiques aux mollets gonflés, les plateformes de "l’économie collaborative" ne sont pour le moment que « des bulles qui lèvent des milliards sans aucun chiffre d’affaire » susceptibles de dérailler brutalement à l’instar de Take It Easy l’année dernière. En laissant des centaines de coursiers sur le carreau. « Pour moi, c’est une manière pour l’Etat de se désolidariser et de régulariser le "nouveau prolétariat", qui avant fonctionnait au black. Maintenant, le gouvernement ne nous donne toujours rien et récupère en plus nos cotisations de l’URSAF. »

Les initiatives pour lutter contre les conditions de travail toujours plus précaires des applications de livraison essaiment un peu partout en France et ailleurs. Malgré le fait que s’organiser collectivement dans une profession aussi éclatée et dématérialisée ne soit pas chose aisée, quelques exemples existent. À Marseille, une dizaine de ces "auto-entrepreneurs" Deliveroo sur la quarantaine que compte la ville ont réussi à bloquer le système le temps d’une soirée de mars. Vers 19h, heure de rush dans le métier, les livreurs marseillais se sont mis en grève contre les conditions tarifaires revues à la baisse, les shifts toujours plus courts et la fin du minimum horaire dans les nouveaux contrats (remplacé par une rémunération unique à 5 euros et quelle que soit la course).


« On a arrêté de prendre les courses qu’on recevait sur nos portables et on s’est postés devant quatre restaurants pour empêcher les livreurs de prendre leurs commandes, » se souvient Marc*, 28 ans, ostéopathe qui charbonne depuis septembre entre les consultations pour payer son cabinet. « On a forcé personne, mais beaucoup se sont ralliés à notre cause. » Une poignée d’établissements cernés et ce sont toutes les commandes du soir qui ont été chamboulées. Résultat : ni une, ni deux, Deliveroo a débarqué ses "ambassadeurs" - des livreurs zélés payés 2 euros de plus la course - et leur a proposé une rencontre dans les bureaux régionaux. A Turin et à Londres, fin 2016, des coursiers ont arraché des petites victoires concrètes en additionnant des campagnes sur les réseaux sociaux et des actions de rue spectaculaires, en toute autonomie. L’enjeu principal reste de créer des espaces et des moments de rencontre entre les cyclistes.

C’est fort de ces expériences passées que les livreurs du CLAP ont saisi leur force de frappe. « Le but c’est de coordonner les actions parisiennes, avec une indépendance totale vis-à-vis des sections syndicales, » décrypte Bastien. Le mouvement est soutenu par des militants des syndicats CGT et SUD mais refuse toute affiliation. « On a tous des sensibilités différentes : Mouloud n’était pas politisé, Basile* est au NPA, Jérôme est un insoumis, moi je suis proche des autonomes... Mais on est sur la même ligne de lutte. » Les activistes ont aussi le projet d’ouvrir le collectif sur d’autres choses que la politique : des sorties à vélo, une collaboration avec l’association Vélorution qui se bat pour que les cyclistes se réapproprient la route, des événements culturels... « La révolution c’est comme une bicyclette... » disait Che Guevara. La révolution, c’est en bicyclette, pourrait-on paraphraser.

Le 11 mai à la librairie Rideau Rouge du 18e arrondissement, justement, le CLAP rencontrait la rédaction de la revue Jef Klak qui présentait son dernier numéro "Ch’val de course" sur le thème du jeu, comprenant notamment le témoignage éclairant d’un ex-livreur "Prends-le-cool". Et Jérôme d’annoncer son projet d’application de livraison à vélo coopérative. Le développeur Alexandre Segura, avec qui il travaille, a mis en ligne CoopCycle, un code en open source qui a vocation à servir à toutes les plateformes locales autogérées qui le souhaitent. « Je sais bien que mon site ne va pas rivaliser avec les géants qui dominent le marché, » précise le geek. « Mais faut pas oublier qu’à la base Internet c’était un truc libertaire qui appartenait à tout le monde. À nous de le récupérer. »

Lina RHRISSI et Jules CRÉTOIS

*Les prénoms ont été modifiés.

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier.

25 avr. 17 Mouvement 2 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :