La prison n’est pas féministe ! [36e journée Prison-Justice organisée par le Genepi]

« L’institution carcérale canalise des formes d’oppression dont les militants.es féministes ne peuvent faire abstraction pour mener leurs luttes »

paru dans lundimatin#125, le 4 décembre 2017

Samedi 9 décembre se tiendra à l’université de Nanterre la 36e journée PRISON-JUSTICE organisée par le Genepi.
"Le Genepi milite encore pour le décloisonnement des institutions carcérales, et la circulation des paroles et des savoirs entre les personnes détenues, les bénévoles, et la société.
Cette journée s’inscrit dans une perspective d’échanges à propos du monde prison-justice, tel qu’il est perçu aujourd’hui par différent.e.s acteurs.rices (universitaires, avocat.e.s, militant.e.s, etc)." Afin d’annoncer ces rencontres, nous publions ce texte qui nous semble pertinent dans la situation actuelle.

Quiconque tient aujourd’hui un discours révolutionnaire se voit régulièrement opposer un certain nombre de poncifs tenaces jouant le rôle de chaînes mentales et se substituent malheureusement au bon sens : ainsi de « il faut bien manger » pour justifier qu’il est impensable d’imaginer un monde sans travail ou encore « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » quand quelqu’un veut se détourner de la solidarité élémentaire envers des migrants. Ici, le préjugé en question est celui qui justifie la prison, en particulier d’un point de vue qui pourrait se dire féministe un peu rapidement : « quoi, tu veux vraiment laisser des violeurs dans la rue ? ». Cet article, écrit par des membres du Génépi, permet de battre en brèche cette fausse évidence en montrant qu’il faut envisager de paire les luttes féministes et abolitionnistes. Ainsi, la prison ne saurait être ni une solution, ni une compensation de la domination masculine puisqu’elle la reconduit à plusieurs égards.

Dans les mouvements féministes en France, la thématique des prisons ne semble que peu évoquée. S’agit-il de l’évitement volontaire d’un sujet sensible et polémique ? Quant aux luttes abolitionnistes, déjà marginalisées, elles portent surtout sur la question sociale et sont frileuses quant à l’intersectionnalité. A priori, féminisme et abolitionnisme ne se mélangent pas dans une seule pensée militante et politique.

Aussi, le féminisme lié à l’abolition des prisons (ou inversement) doit être pensé radicalement, car celui-ci « œuvre pour l’éradication de la domination et de l’élitisme dans toutes les relations humaines » [1]. Ce féminisme radical, qui nécessite la chute de la société telle qu’on la connaît aujourd’hui » [2], devrait donc inclure la chute de la prison en tant que forme quasi-suprême des rapports de domination d’un groupe-classe sur un autre groupe-classe, et d’un individu sur un autre individu.

Les conditions carcérales pour les hommes coupables d’agressions contre les femmes ne sont pas acceptables car elles incluent la déshumanisation, l’objectification, l’invisibilisation. Ces « concepts » auxquels les féministes se raccrochent légitimement quand elles parlent de l’oppression systémique des femmes, ne peuvent être oubliés quand il s’agit des personnes détenues, quoique qu’il s’agisse d’hommes majoritairement. La proportion des femmes détenues ne s’élève ainsi qu’à 3,3 % au 1er janvier 2017 [3], et ce statut de « minorité » entraîne des spécificités à prendre en compte, au prisme du féminisme et de l’abolition.

La colère des femmes et des féministes, et celle des victimes, est légitime, évidente et ne peut être annulée. Cependant, nous croyons que cette colère ne peut justifier le cautionnement d’une l’institution étatique tournée vers la violence et la mort. La prison ne doit pas être utilisée comme un lieu de vengeance, ni comme une forme de punition, car elle est une « solution inefficace ».

La prison n’est pas féministe.

* Intersectionnalité : race, genre, classe, articulés

Concevoir la prison comme le paroxysme de la convergence des luttes.

Et si l’institution carcérale représentait le paroxysme des dégâts capitalistes ? Justice partiale et inégale, où les hommes racisés, appartenant aux classes les moins aisées et dont les conditions de vie ne correspondent pas aux exigences d’un schéma traditionnel normé, sont les plus susceptibles d’être condamnés : grossièrement, voilà ce qui pourrait constituer le fil rouge d’une réflexion, pour quiconque s’intéresserait aux luttes anti-carcérales.

En premier lieu, on peut puiser un prisme de lecture pertinent dans les mouvements afroféministes étasuniens concernant l’intersectionnalité. Bell Hooks [4] pose le constat suivant : « Aux États-Unis, la plupart des gens voient le féminisme [...] comme un mouvement dont le but est de rendre les femmes socialement égales aux hommes. Cette définition floue, popularisée par les médias et les fractions mainstream du mouvement, soulève des questions problématiques. À partir du moment où les hommes ne sont pas égaux entre eux au sein d’une structure de classe patriarcale, capitaliste et suprémaciste blanche, de quels hommes les femmes veulent être les égales ? Dans cette définition simpliste du mouvement de libération des femmes, il y a une négation implicite de la race et de la classe qui, en addition au sexisme constituent des facteurs qui déterminent l’étendue avec laquelle un.e individu.e va être discriminé.e, exploité.e ou opprimé.e. » [5]. Ici, racisme, classisme et sexisme sont ainsi pensés non pas comme cohabitants, mais bien de manière entrelacée.

Le système pénal et le système pénitentiaire, ayant pour mission de réguler les comportements afin que ces derniers soient en adéquation avec un certain fonctionnement social souhaité, perpétuent violemment les oppressions d’un système capitaliste, néo-colonial et patriarcal. En effet, en enfermant majoritairement des individus aux caractéristiques communes (population jeune, précarisée, racisée, au capital culturel considéré comme illégitime, etc.), la prison concentre ce que les structures sociales occidentales rejettent. Il n’y a qu’à regarder du côté des intouchables, des grandes affaires de notre temps, qui démontrent l’impunité des hommes au pouvoir économique fort (notamment blancs ; notamment célèbres). Roman Polanski par exemple, accusé de viol sur mineures, condamné par les États-Unis, et réfugié en France. Dominique Strauss-Khan, relaxé en 2015 lors du procès du Carlton de Lille malgré des faits de proxénétisme (et un passé judiciaire pas du tout innocent).

Ainsi, les hommes sont surreprésentés dans le monde carcéral : seraient-ils, sur ce point, les grands perdants du patriarcat ? Peut-on réellement considérer les hommes comme « victimes » lorsqu’il s’agit en majorité d’hommes subissant les formes d’oppression sociales systémiques ? Peut-on ainsi réduire la lecture de la disproportion hommes/autres genres en prison par rapport à cette question du genre ?

En répondant par la négative, il apparaît alors en effet que l’institution carcérale canalise des formes d’oppression dont les militants.es féministes ne peuvent faire abstraction pour mener leurs luttes.

** La normalisation du genre féminin dans la prison.

Les femmes aussi vont en prison, ne l’oublions pas.

La question du genre est au cœur de l’institution carcérale. Loin de se limiter à une différenciation binaire entre les hommes et les femmes, la prison se nourrit et reproduit les inégalités de genre produites par notre société.

Si au premier abord, nous pourrions nous féliciter que les femmes ne représentent qu’une minorité de la population carcérale française, cette faible proportion s’explique par les représentations sociétales qui les entourent. Elles sont perçues comme incapables de violence, soumises aux hommes et confinées à un rôle maternel. Dès lors, les acteurs pénaux ferment les yeux sur les comportements délinquants des femmes qui se conforment aux atteintes liées aux rôles féminins, et sont en revanche bien plus sévères à l’égard de celles qui ne s’y conforment pas.

Ces représentations perdurent en détention comme le démontre l’omniprésence de la maternité dans les discours de l’administration pénitentiaire, les politiques et les médias. Ce discours associe la criminalité féminine aux crimes et délits commis à l’encontre des mineur.es d’une part, et lie les femmes incarcérées aux crimes et délits de leurs enfants d’autre part. Pourtant, les femmes sont condamnées pour les mêmes infractions que les hommes, et les mères ne représentent que 42 % de la population féminine incarcérée contre 32 % de la population masculine. Même si ces problématiques ne doivent pas être éclipsées, il convient de les manier avec précaution afin de ne pas confiner les femmes à ces rôles qui permettent un contrôle social.

De plus, la prison fonctionne sur une différenciation binaire basée sur l’état civil. Toutes les dispositions doivent être prises par l’administration pénitentiaire afin qu’il ne puisse y avoir aucune communication entre les hommes et les femmes. Cette disposition législative permet un contrôle accru sur les femmes. En témoigne le cas de l’atelier de travail hommes-femmes mis en place au centre pénitentiaire de Gradignan où des consignes spécifiques sur le comportement à adopter durant le travail et sur la tenue vestimentaire (interdiction des débardeurs, des décolletés et des jupes au-dessus des genoux) ont été données [6]. Ainsi, l’administration véhicule une image du corps des femmes comme un bien rare et font peser sur elles la responsabilité de canaliser les « pulsions » des hommes. Les femmes qui transgressent la norme du nurting, c’est-à-dire qui canalisent l’agressivité verbale et sexuelle masculine, sont stigmatisées, aussi bien par les surveillant.es pénitentiaires que par les co-détenues. Par cette entreprise moralisatrice, la prison intervient dans les sphères de la vie sexuelle et affective qui appartiennent normalement à l’intime.

Cette différenciation entraîne également une séparation sexuée des territoires avec le plus souvent des quartiers spécifiques pour les hommes et pour les femmes s’iels doivent cohabiter dans le même établissement pénitentiaire. Ainsi, une enclave de détention féminine est créée, dont les femmes ne sortiront que rarement pour avoir accès à des activités limitées et adaptées à une certaine vision que l’administration peut avoir d’elles (notamment des loisirs créatifs ou des activités ayant pour but d’apprendre le « métier de mère »). Parfois, les femmes sont accueillies dans des établissements pénitentiaires spécifiques mais le nombre réduit de ces derniers, 6 pour 194, entraîne un éloignement de leur famille et de leur communauté.

Le féminisme ne peut donc pas légitimer l’institution-prison à partir du moment où des femmes y sont enfermées et subissent non seulement les conditions carcérales que l’on connaît, mais aussi la perpétuation du sexisme et des violences contre les femmes, notamment de l’homophobie.

*** Les alternatives abolitionnistes

Malgré cela, il demeure complexe de penser ensemble le féminisme et l’abolition des prisons, en raison de la proportion de femmes victimes de violences et du sexisme systémique qui touche l’ensemble des femmes ; mais aussi, en raison de la faible occurrence d’une pensée des peines alternatives dans le débat national portant sur les prisons. La surpopulation, enjeu important, ne semble jamais liée à l’abolition, mais plutôt à la construction de nouvelles places de prison. Il est pourtant démontré que la prison ne diminue pas le taux de criminalité (c’est « le paradoxe de la prison » [7] et que les efforts produits en matière de réinsertion se heurtent aux déterminismes et à la surabondance des dossiers et des situations, entre autres. En France, des pensées abolitionnistes ont émergé dans les années 70 [8], puis se sont tues dans les années 80 et les années 90 face à la suprématie des rapports économiques [9].

Considérées au prisme de l’intersectionnalité, les alternatives abolitionnistes sont les plus pertinentes et les plus radicales, en tant qu’elles proposent d’éviter la vengeance pénale telle qu’elle s’exerce aujourd’hui, prioritairement orientée vers les hommes racisés pauvres. Abolir la prison, c’est repenser l’idée même de punition, de justice rétributive, mais c’est aussi analyser les déterminismes qui ont mené à l’action - notamment, quand il s’agit d’un délit ou d’un crime sexiste, l’action dirigée contre une ou plusieurs femmes.

Selon Angela Davis, militante anticarcérale et afroféministe, c’est l’éducation et l’école qui doivent permettre d’abolir la mécanique déterministe qui mène à l’incarcération. Ainsi, l’école doit elle-même se transformer afin de devenir « un vecteur de désincarcération » [10]. Pour les féministes en France, l’un des moyens premiers d’éradiquer le sexisme et de prévenir les agressions et violences contre les femmes, c’est aussi l’école ; non pas telle qu’elle est aujourd’hui, mais telle qu’elle pourrait devenir. Un projet de réelle égalité et de réel respect. Une lutte militante contre les stéréotypes sexistes, racistes et homophobes qui forment le terreau des violences. Les lobbys d’extrême droite ne devraient pas avoir leur mot à dire là-dessus (on se souvient de leur agressivité face au projet des ABCD de l’égalité [11]), les professeur.e.s devraient être largement formé.e.s, et les associations féministes mieux dotées (et non moins dotées) pour agir concrètement sur le terrain. Prévenir. Les agressions et les violences ne sont pas des fatalités [12].

Catherine Baker, dans son ouvrage Pourquoi faudrait-il punir ? Sur l’abolition du système pénal [13], montre que l’école ne peut suffire comme alternative abolitionniste car elle produit, notamment, l’échec scolaire – et ce qui en suit. Delphine Boesel, avocate, parle bien de « révolution culturelle » : il faudrait « changer de logiciel » [14]. Catherine Baker met donc l’accent sur la médiation, justice conciliatrice ou encore positive [15], qui n’est utilisée en France que dans le cas de petits délits. Cette médiation permet à la fois de prendre en compte la parole de la ou des victime.s en premier lieu, et de comprendre l’acteur de l’action réprimée. Cette initiative a été prise notamment en Australie et au Canada. Courageusement et politiquement. En France, les politiques publiques et les politicien.ne.s, en tant que décisionnaires dans le fonctionnement actuel de nos instances sociales, devraient se saisir à bras-le-corps des actions d’alternatives abolitionnistes. Au lieu de cela, nous sommes les victimes d’un cercle vicieux qui frappe les plus faibles, et qui est également fondé sur l’incompréhension.

Oui, en tant que féministes, nous sommes en droit de nous demander quelle autre réponse apporter aux victimes de violences sexistes que celle de la « case prison ». Mais la case prison ne permet ni de prévenir, ni d’analyser. A partir de quelle moment une société se trouve-t-elle si malade, opprimée et oppressante, désespérée et désespérante, qu’elle crée des agresseurs sexistes ? Des violeurs, des pédophiles. Des coupables de féminicides (plus de 80 en France depuis le début de l’année, à peine évoqués dans les médias, pas du tout par les politicien.ne.s [16]).

Selon Angela Davis encore, les violences conjugales sont « un problème de société omniprésent et complexe qui ne peut être résolu en emprisonnant les femmes qui se défendent contre leur bourreau. Par conséquent, la mise en place de stratégies de lutte contre ces violences - aussi bien dans le cadre de la vie privée que dans les rapports entre les femmes et l’État - devrait particulièrement nous mobiliser. » [17]On se souvient ici de Jacqueline Sauvage, incarcérée pour le meurtre de son mari (auteur de violences notamment sexuelles contre elle et leurs filles), finalement graciée par l’ex-Président de la République après une vaste mobilisation menée par des militantes féministes. Ainsi, des féministes militantes dans des associations, des professeur.e.s, des avocat.e.s, se mobilisent pour l’égalité femmes-hommes mais c’est l’État qui préfère vaquer ailleurs (vraiment ailleurs).

Ainsi l’utopie c’est aussi la suppression du système néolibéral tel qu’on nous l’impose : précarité, ségrégation, violence de l’État. Pour les femmes, une infériorisation essentialiste constante de leur sexe/genre, une sexualisation non-consentie dès le plus jeune âge, une objectification permanente. C’est tout un monde qui est à revoir. La prison fait partie de ce monde mais elle ne peut être seule abolie. L’idée est en quelque sorte une utopie de l’égalité pour contrer « l’utopie pénitentiaire » [18]aujourd’hui largement démantelée et pourtant constamment reproduite.

***

Être féministe et abolitionniste est possible, et même souhaitable, en tant que la prison est un point névralgique de la convergence des luttes. Comme pour la pensée féministe, la pensée abolitionniste nécessite déconstruction, voire révolution. « Car lorsqu’une solution est assurément mauvaise, il est veule de ne pas reposer la question sous prétexte qu’elle reste pour l’heure sans réponse » [19]. Cet article n’est que la base d’une multitude de réflexions à mener autour des violences faites aux femmes et des luttes anti-carcérales. Des féministes des États-Unis et du Canada ont développé une pensée plus affirmée à ce sujet ; par exemple, en Californie, lors de l’affaire du violeur de Standford, « le gouverneur de Californie a dit qu’il allait imposer des sanctions obligatoires pour les auteurs de violences sexuelles. Des groupes féministes lui ont alors écrit pour lui expliquer que l’imposition de peines obligatoires n’allait pas résoudre le problème, que c’était peut-être même au contraire ainsi qu’on allait empêcher des dénonciations de se faire en plus de nourrir la surpopulation carcérale. » [20]

On pourrait ainsi tout analyser, point par point. Il faudrait le faire.

Par ailleurs, l’on constate que les luttes sont liées et qu’une pensée anti-carcérale et anticapitaliste cohérente ne devrait pas rejeter la pensée féministe.

Zoom sur les violences conjugales, quelle réponse pénale ?

La spécificité des violences conjugales au prisme de la justice doit être prise en compte car les femmes, sous emprise économique, psychologique, et sous l’emprise de la peur vis-à-vis de leur conjoint, mettent souvent du temps avant de porter plainte (voire ne portent pas plainte du tout), dans la mesure où elles risquent parfois la mort en franchissant un tel interdit. Leur parole est souvent minimisée, leur expérience niée, par des forces de l’ordre nullement formées à ces questions complexes de psychologie. Les dépôts de plainte sont parfois même refusés, malgré la réglementation en vigueur autorisant le dépôt de plainte dans n’importe quel centre d’accueil en France [21].

Les politiques publiques sont orientées par une « matrice féministe » active, dans la mesure où les violences conjugales constitueraient peut-être « le dernier et le plus long des combats féministes » [22]. Comment offrir de la sécurité à une femme victime de violences conjugales, qui serait potentiellement en danger de mort, autrement que par l’enfermement du conjoint ? Les mesures alternatives mises en place – téléphone grave danger [23], bracelet électronique, éloignement du partenaire violent – ne s’avèrent pas toutes efficaces... parce que mal utilisées. L’éloignement du partenaire violent n’est en aucun cas systématique lors d’un dépôt de plainte, et c’est à la victime de chercher un.e avocat.e avant de lancer une procédure auprès du ou de la Juge des affaires familiales. Pour obtenir un téléphone grave danger, il faut remplir des « conditions précises » [24].

En règle générale, la justice française en l’état protège les hommes violents. Ils sont impunis, intouchables, et les procédures auxquelles sont confrontées les victimes sont anormalement complexes. La pensée féministe et anti-carcérale des violences conjugales semble ici constituer une impasse.

Éloïse Broch, Chargée de communication au Genepi

Charlotte Dupeux, Déléguée régionale du Genepi-Atlantique (2016-2017)

Valentine Welter, Déléguée régionale du Genepi-Rhône Alpes Auvergne (2016-2017)

[1Hooks Bell, De la marge au centre. Théorie féministe, 2017 [1984], Cambourakis.

[2Ibid.

[3Selon l’Observatoire International des Prisons : https://oip.org/decrypter/thematiques/femmes-detenues/

[4L’afroféministe Bell Hooks est l’une des premières à parler « d’interconnectivité » des oppressions de sexe, de race et de classe. Femme noire et pauvre vivant au Kentucky dans les années 195, elle est directement concernée par l’objet de ses luttes. Frappée par l’invisibilité de ses semblables, elle prend le nom de Bell Hooks en hommage à sa rebelle d’arrière grand-mère. Sans majuscules, parce que « la substance » de ses propos est plus importante que son identité.

[5Hooks Bell, De la marge au centre. Théorie féministe, 2017 [1984], Cambourakis.

[9BAKER Catherine, Pourquoi faudrait-il punir ? Sur l’abolition du système pénal, 2004, Tahin Party, p.152.

[10DAVIS Angela, La prison est-elle obsolète ?, Au diable vauvert, 2014 [2003], p. 135.

[11Un projet de programme d’enseignement proposé en 2013 par Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, pour lutter contre les stéréotypes de genre et en faveur de l’égalité filles-garçons et de la mixité. Les membres de la Manif pour tous ont décrié ce projet au motif qu’il visait à “démolir la famille” . Un bon nombre de “personnalités”, “d’intellectuel.le.s” argumentèrent contre une dénommée “théorie du genre” malfaisante.

[13BAKER Catherine, op.cit.

[14Dans la Gazette du Palais, 14-17 juillet 2017.

[15BAKER Catherine, op.cit., p. 154.

[17DAVIS Angela, op.cit., p.139.

[18BROSSAT Alain, Pour en finir avec la prison, 2001, La Fabrique, p.31.

[19BAKER Catherine, op.cit., p. 13.

[23L e ministère de la Justice et le ministère des droits des femmes ont décidé en avril 2013 de généraliser le dispositif TGD afin de développer sur le territoire français une réponse harmonisée aux violences conjugales.

Soutenir lundimatin

Se procurer lundimatin papier#1.

25 avr. 17 Mouvement 6 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :