« L’Etat d’urgence, c’est en économie aussi »

« Ce que je vois, c’est d’abord une manœuvre obscène pour s’approprier un choc, pour s’approprier un état d’extrême vulnérabilité générale et la tentative, réussie à ce jour, de retourner en instrument de domination de la population un événement terrible. »

paru dans lundimatin#45, le 25 janvier 2016
“I suggest that US foreign policy can still be defined as ’kiss my ass or I’ll kick your head in.’ But of course it doesn’t put it like that. It talks of ’low intensity conflict...’ What all this adds up to is a disease at the very centre of language, so that language becomes a permanent masquerade, a tapestry of lies”

Harold Pinter

Michel Surya vient de faire paraître aux éditions Lignes un court texte, abrupt, incisif, essentiel : Capitalisme et Djihadisme. Une guerre de religion. On sait comment l’idéologie dominante traduit l’opposition en question : d’un côté la modernité occidentale, parlementaire et développée, de l’autre un archaïsme religieux, totalitaire et sous-développé. Surya y voit tout autre chose : « capitalisme et djihadisme sont l’un et l’autre une variante du puritanisme », qui n’est lui-même rien d’autre qu’une « passion » (p. 18). Et si le capital est une « passion narcissique », le djihad est une « passion ascétique » (p. 19). Le premier a pour commandement : « Jouis ! » ; le second : « Meurs ! ». Ceci posé, Surya explique :

« Dieu d’un côté, de l’autre l’argent : dans un cas comme dans l’autre le salut. Le capitalisme est en reste cependant, et qui le sait ; qui sait qu’il n’a jamais à promettre que d’épisodiques et petits saluts, quand le djihadisme n’en promet qu’un, mais entier, et éternel » (p. 21-22).

Comme on sait, depuis le 13 novembre 2015, le gouvernement est déterminé à tuer les virtualités djihadistes dans l’œuf, et l’œuf, c’est notamment les mosquées présumées « radicales », d’où les descentes de police dans des lieux de culte musulmans. Les terroristes vraiment identifiés, je veux dire ceux qui ont tué en France, ou tenté de tuer, ne venaient pourtant pas des mosquées, mais bien du capitalisme, au sens, précisément, où celui-ci « n’a jamais à promettre que d’épisodiques et petits saluts, quand le djihadisme n’en promet qu’un, mais entier, et éternel ». Frustrés dans leur « passion narcissique », ils auraient franchi le pas, apparemment via internet, de la « passion ascétique ». C’est du moins ce que s’accordent à penser divers analystes sérieux, sur la base des données dont on dispose. Pris au dépourvu, et singulièrement désarmé, l’appareil gouvernemental et policier, en pointant d’un index accusateur l’islam dit « radical », s’emploie donc surtout à prévenir la montée du FN plutôt qu’à combattre le terrorisme. Il est vrai que la montée en puissance de l’extrême droite inquiète à juste titre le parlementarisme français et, plus largement, européen. Que les Français votent pour Hollande ou Sarkozy, et non pour Le Pen, c’est toujours ça de pris sur la mort, se dit-on dans les sphères du pouvoir républicain, qu’il soit politique, économique ou médiatique. Le parlementarisme est en reste cependant, et qui le sait ; qui sait qu’il n’a jamais à promettre que d’épisodiques et petits saluts, quand l’extrême droite n’en promet qu’un, mais entier, et quasi-éternel. Alain Badiou a décidément bien raison d’évoquer, à ce sujet, le capitalo-parlementarisme d’une part, le fascisme d’autre part.

Capitalisme et djihadisme de Michel Surya est donc, à plus d’un titre, un texte clé, mais avec lequel on peut avoir, cela dit, quelques désaccords. Remarquant, avec une acuité qui l’honore, que « toute guerre d’essence religieuse » s’en prend toujours d’abord aux « juifs », Surya cite aussitôt après la formule d’un « insurrectionaliste » au sujet du 11 janvier 2015, lui reprochant « d’accuser d’abord les conséquences il est vrai liberticides et discriminatrices de l’antiterrorisme » (p. 37) plutôt que le fait antisémite. Voyons la formule en question, celle de l’ « insurrectionnaliste » :

« Ce que je vois dans le 11 janvier, c’est d’abord une manœuvre gouvernementale obscène pour s’approprier un choc, pour s’approprier un état d’extrême vulnérabilité générale et la tentative, réussie à ce jour, de retourner en instrument de domination de la population un événement terrible » (cité p. 37 de Capitalisme et djihadisme).

L’« insurrectionaliste » analyse la manifestation républicaine du « 11 janvier » et non les attentats des 7 et 8 janvier, qu’il se contente de qualifier d’ « événement terrible ». Or il a bien raison d’y voir « d’abord une manœuvre gouvernementale obscène ». Surya, pourtant, paraît vouloir opposer les deux arguments, le sien d’une part, celui des « insurrectionnalistes » d’autre part, reprochant notamment à ces derniers de s’illusionner sur l’« antiterrorisme », qui n’est que l’arbre qui cache la forêt, et expliquant pour finir :

« En réalité, la servitude que la domination est parvenue à imposer n’est qu’accessoirement de nature policière ou de contrôle. Le contrôle qui tend à s’exercer, sans reste en effet, est essentiellement de nature marchande, et c’est celui-là même que ’les masses’ plébiscitent, convaincues qu’elles sont que c’est de lui que dépend la part qu’elles prendront à une prospérité promise à tous, mais qu’il n’y a qu’elles à coupablement parfois ne pas atteindre » (p. 52).


La domination n’est-elle « qu’accessoirement » de nature policière, comme le soutient Surya, ou bien l’est-elle essentiellement, comme le soutiendraient les « insurrectionnalistes » ? Dès lors qu’il s’agit de distinguer entre une domination « de nature policière » et une domination « de nature marchande », la question n’a pas lieu d’être posée. Car les textes des « insurrectionnalistes », dans la continuité de ceux de Marx et Engels sur ce point, sont sans équivoque : la domination policière est au service de la domination marchande, et comme son bras armé. En témoigne cet énoncé parmi d’autres :

« Si l’on a mis tant d’effort à emprisonner pour terrorisme quelques jeunes paysans communistes qui auraient participé à la rédaction de L’insurrection qui vient, ce n’est pas pour un « délit d’opinion », mais bien parce qu’ils pourraient incarner une manière de tenir dans la même existence des actes et de la pensée. Ce qui n’est généralement pas pardonné » (L’insurrection qui vient, La Fabrique, p. 137).

Qu’on parvienne à se soustraire, corps et âme, à la domination marchande, voilà un art de vivre qui peut vous conduire en prison. Autrement dit, l’Etat d’urgence, c’est en économie aussi.

...

La formule – « l’Etat d’urgence, c’est en économie aussi » - je l’emprunte à Guillaume Roquette, qui conclut ainsi l’éditorial du Figaro-Magasine daté du vendredi 22 et samedi 23 janvier 2016. Ce n’est pas sous sa plume un constat, mais un vœu. Accordons-lui aussitôt que, quand bien même capitalisme et djihad seraient deux variantes du puritanisme, c’est loin d’être un vœu pieux. Il suffit du reste de lire, avec toute l’attention requise, l’argumentation qui précède pour que la chose soit avérée : l’éditorial du Figaro-Magasine est aussi pugnace qu’un drone anti-terroriste, et non moins précieux que lui à la perpétuation de la domination marchande. Voici comment Roquette, en effet, lance son éditorial :

« Ils sont les plus hauts magistrats de France et ils ne sont vraiment pas contents. Le premier président de la cour de cassation et son procureur général l’ont fait savoir au gouvernement : ils sont vent debout contre les nouvelles mesures antiterroristes qui enlèvent des pouvoirs aux juges, en matière d’enquête et de contrôle, pour les confier à la police et aux préfets. Leur constat est juste, il est partagé dans tous les tribunaux de France et pourtant, le gouvernement aurait tort d’en tenir compte. Dans la vie d’un pays, certains périls rendent impossible le statu quo. Au plan des grands principes, il est sans doute regrettable que les forces de l’ordre puissent désormais perquisitionner un véhicule ou assigner (temporairement) à résidence un individu suspect sans passer par un juge. Au vu du risque terroriste qui plane sur le pays, c’est simplement indispensable. »

Fi des « grands principes », donc, et place à l’efficacité de l’action policière : il faut se donner les moyens de mettre hors d’état de nuire tout « individu suspect », que cela plaise ou non aux « plus hauts magistrats de France ». Le « risque terroriste qui plane sur le pays » nécessite - qui oserait le contester ? - un certain nombre de mesures, à commencer par celle-ci : ne pas prêter l’oreille aux cris d’alarme des « grands magistrats », qui ont de « grands principes » à la bouche quand il s’agit pour la France de se protéger de quiconque appartient à la catégorie « individu suspect », et notamment des musulmans trop pieux, des écologistes trop actifs, comme de tous ceux qui « pourraient incarner une manière de tenir dans la même existence des actes et de la pensée ». Guillaume Roquette ayant de la suite dans les idées, et la précision d’un tireur d’élite, il aborde aussitôt après l’aspect économique du « risque terroriste qui plane sur le pays » :

« Ce qui est valable pour notre sécurité devrait l’être aussi en économie. Le niveau du chômage (qui baisse dans le reste de l’Europe), l’arrêt de la croissance, le décrochage de la France par rapport à tous ses concurrents sont aussi préoccupants que les menaces de l’Etat islamiste. Mais là, rien ne bouge, le pouvoir est aux abonnés absents. Le énième plan d’urgence de François Hollande pour l’emploi, annoncé lundi dernier, est un catalogue de mesurettes éculées qui n’auront d’autre effet que de maquiller un peu plus les chiffres du chômage et de plomber encore (2 milliards d’euros) la dépense publique. »

Et nous, lecteurs de Lundimatin, qui pensions, très naïvement, qu’en guise d’ennemis la France n’avait que l’ « Etat islamiste » et tout ce qui s’y rattache de près ou de loin en termes de radicalisation (musulmans, écologistes, « insurectionnalistes » notamment), ce qui fait déjà beaucoup, nous apprenons maintenant, à la lecture du Figaro-Magasine, que la perte de compétitivité de l’économie française ainsi qu’un faible taux de croissance « sont tout aussi préoccupants que les menaces de l’Etat islamiste ». Autrement dit nous sommes en guerre avec les économies marchandes concurrentes, comme nous sommes en guerre avec les soldats fanatisés de Daesh (ni plus ni moins capitalistes et marchands, par ailleurs, que les autres). Or que fait le gouvernement Hollande dans cette guerre économique de tous contre tous ? Rien, ou presque. L’éditorialiste du Figaro-Magasine, bien heureusemet, prend son devoir à cœur et sermonne le gouvernement, non sans lancer, en outre, quelques pistes de réflexion, qui sont de véritables bombes :

« L’Etat ne peut plus se contenter de distribuer des chèques aux PME qui recrutent ou de décider un beau matin qu’il va former un demi-million de chômeurs supplémentaires pour complaire à Monsieur Hollande. Nous ne sortirons pas du bourbier à coups de rustines ou de compromis qui ne mécontentent personne : il va falloir faire des choix. Faciliter les licenciements si l’on veut relancer les recrutements, accepter un peu de précarité contre un peu moins de chômage, renoncer à des RTT pour davantage de productivité. Le gouvernement a cru qu’un miraculeux alignement des planètes (taux bas, euro bas, pétrole bas) allait faire repartir notre économie comme par enchantement. Mais, pas de chance, la Chine s’est enrhumée et la baisse des matières premières fragilise les autres grandes puissances émergentes. On ne fera pas l’économie de vraies réformes. »

A force de vouloir ne mécontenter personne, on ne fait rien. Or dans le même temps, la guerre de tous contre tous n’en poursuit pas moins son cours impitoyable. Plus haut, au sujet du mécontentement des « hauts magistrats » n’ayant que des « grands principes » à la bouche, l’éditorialiste du Figaro-Magazine se félicitait de l’action du gouvernement, et on sait pourquoi : assignations à résidence d’activistes écologistes, emprisonnement de syndicalistes, état d’urgence prolongée, déchéance de la nationalité, le mécontentement des juges n’est que la pointe de l’iceberg. Si le gouvernement Hollande ne fait encore rien, ou presque rien, en matière économique, il se donne donc toutefois, semble-t-il, les moyens d’agir bientôt. Mais saura-t-il prendre les mesures nécessaires après s’en être donné les moyens ? C’est toute la question. Guillaume Roquette, lui, a d’ores et déjà en tête deux mesures que le gouvernement Hollande serait bien inspiré de prendre, plutôt que d’espérer je ne sais quel « miraculeux alignement des planètes ».

Sa première mesure concerne le chômage qu’il faut réduire, et pour ce faire rien de mieux, explique-t-il, que de licencier certains de ceux qui ont un emploi (« faciliter les licenciements si l’on veut relancer les recrutements ») et de précariser la plus grande partie des autres (« accepter un peu de précarité contre un peu moins de chômage »). Sa seconde idée, pas moins incendiaire que la première, concerne notre compétitivité économique qu’il faut améliorer, et pour ce faire rien de mieux, explique-t-il, que d’augmenter le temps de travail, de sorte que les travailleurs précarisés travaillant plus, pour un salaire moindre, ils produisent mieux, et qu’ainsi la productivité de nos entreprises s’améliorent. Bref : « on ne fera pas l’économie de vraies réformes », ce qui exigera, certes, de mater les mécontents, à savoir, dans l’ordre d’apparition, les paysans communistes, les activistes écologistes, les syndicalistes, les magistrats, etc. Y-a-t-il des questions jusque-là ? Bien, alors poursuivons la lecture de l’éditorial, avec recueillement je vous prie :

« Soyons justes : François Hollande n’est pas resté totalement inactif depuis trois ans. Avec son pacte de compétitivité, il a rendu aux entreprises françaises un peu plus qu’il ne leur avait prélevé par la hausse des impôts. Mais ce ballon d’oxygène n’a pas suffi. Le FMI vient de revoir à la baisse ses prévisions de croissance concernant la France (qui étaient pourtant modestes) pour 2016 et 2017. Nous sommes le seul grand pays européen à subir ce traitement. »

C’est vrai que le gouvernement Hollande, en matière d’économie, ne fait pas grand-chose, mais « soyons justes » et reconnaissons que le peu qu’il fait, il le fait bien : tandis que certains donnent d’une main et reprennent de l’autre, lui, il prend d’une main et de l’autre il donne plus encore qu’il n’a pris. C‘est un gouvernement sinon servile, serviable. La chose est écrite noire sur blanc : « il a rendu aux entreprises françaises un peu plus qu’il ne leur avait prélevé ». Et savez-vous pourquoi le gouvernement Hollande donne de l’argent public aux entreprises françaises ? Pour qu’elles réduisent le chômage. Et savez-vous comment elles se proposent de réduire le chômage ? En licenciant certains travailleurs et en précarisant la majeure partie des autres, l’idée directrice étant qu’on puisse travailler plus pour un salaire moindre, et qu’on ne bronche pas. Y-a-t-il des questions ? Toujours pas ; alors je prends le temps de m’arrêter sur un point de détail.

« Le FMI vient de revoir à la baisse ses prévisions de croissance concernant la France (qui étaient pourtant modestes) pour 2016 et 2017 ». C’est très embêtant pour l’image de marque économique de notre pays. Autrement dit cela n’arrange pas les affaires de nos entreprises. Suit une fine observation de Roquette : « Nous sommes le seul grand pays européen à subir ce traitement ». Est-ce à dire que nous sommes le seul grand pays européen à ne pas prendre les mesures qui s’imposent ? Sans doute. Mais on peut aussi interpréter un peu autrement. Le FMI est dirigé par une femme qui partage avec Guillaume Roquette un certains nombres de valeurs : j’ai nommé Christine Lagarde, travailleuse précaire mêlée à quelque scandale financier, puisqu’elle aurait (conditionnel) gentiment fait cadeau de l’argent du contribuable à un obscur patron français sous l’ère Sarkozy. Il n’y aurait donc pas que les « mesurettes » de Hollande qui contribuent « à plomber encore (2 milliards d’euros) le déficit public », il y aurait aussi les largesses de Lagarde. Entre le fromage de Hollande, le tir de Roquette et la vigilance de Lagarde, le patronat français paraît être à l’abri. Hélas, certains magistrats n’ont pas compris que nous vivions un état d’urgence économique, et que Christine Lagarde veillait sur nous. Prétextant de « grands principes », la sainte vierge est dans leur collimateur. Le FMI n’en continue pas moins de lui accorder une confiance aveugle, si bien qu’elle est toujours à la tête de l’honorable institution, ceci expliquant peut-être cela : « Le FMI vient de revoir à la baisse ses prévisions de croissance concernant la France (qui étaient pourtant modestes) pour 2016 et 2017. Nous sommes le seul grand pays européen à subir ce traitement ».

Le dramaturge Harold Pinter se plaisait à épingler d’une truculente formule la philosophie du Pentagone en matière de politique étrangère : « Kiss my ass or I’ll kick your head in ». Traduction : « Baise mon cul ou je te défonce le crâne ». Il n’est pas impossible que l’élégante Christine Lagarde partage la même philosophie, sinon le même langage. Toujours pas de question ? Alors je vous lis la conclusion de Guillaume Roquette, abrupte, cinglante, essentielle :

« L’état d’urgence, c’est en économie aussi »

.

...

Les vendredi 22 et samedi 23 janvier 2016, Guillaume Roquette, éditorialiste du Figaro-Magazine et porte-parole des classes dirigeantes françaises, adressait au peuple français un message : « L’état d’urgence, c’est en économie aussi ». Et à ce sujet, je fais donc mienne la formule de l’« insurrectionnaliste », citée par mon ami Michel Surya :

Ce que je vois, c’est d’abord une manœuvre obscène pour s’approprier un choc, pour s’approprier un état d’extrême vulnérabilité générale et la tentative, réussie à ce jour, de retourner en instrument de domination de la population un événement terrible.

hot
Flash-ball : le lycéen nantais jugé co-responsable du tir qui l’a éborgné

L’état condamné à ne verser que la moitié des indemnités.

- 5 déc. 16 - Positions, Rencontres, Terreur - 9 min

au hasard
Vers une politique de l’amour… - Note sur la sexualité féminine

Par Ivan Segré (chercheur associé au LAAA)

Ivan Segré - 18 avr. 16 - Positions - 12 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :