Plusieurs dizaines de physiciens nucléaires pointent au commissariat de Vienne

Adlène Hicheur : assigné à résidence, la communauté scientifique s’organise pour le soutenir

paru dans lundimatin#86, le 19 décembre 2016

C’est une première à Vienne (69), plusieurs dizaines de scientifiques se sont retrouvés pour un colloque exceptionnel. Pour certains venus spécialement du CERN, pour d’autres par visio-conférence depuis la Chine, les États-Unis ou le Brésil, tous ont voulu que leur conférence se passe dans la ville où est assigné à résidence leur collègue depuis juillet 2016.
Cette contestation ouverte et amicale du traitement réservé à Adlène Hicheur n’a curieusement pas trouvé écho dans la presse nationale. Nous avons donc décidé de traduire le seul article la relatant, publié la semaine dernière dans la principale revue scientifique mondiale Nature.

Ne souhaitant pas subir davantage cette humiliation, Adlène Hicheur a récemment demandé et obtenu sa « libération des liens d’allégeance » à l’État français, il a donc perdu « par renoncement » sa nationalité française afin de recouvrer une liberté minimale. Ayant nous-mêmes suivi son affaire depuis plusieurs années, nous nous joignons à ses collègues pour lui manifester toute notre amitié.

Des chercheurs du LHC (accélérateur de particules du Cern situé entre la France et la Suisse [1]) ont déplacé une conférence à cause de l’assignation à résidence d’un physicien.

Les collègues d’Adlène Hicheur se sont déplacés jusqu’à chez lui car le scientifique va bientôt être arrêté, à la suite à son renoncement de la nationalité française.

Le spécialiste des particules, Adlène Hicheur, n’a pas pu se rendre à un seul congrès scientifique depuis juillet, quand il a été expulsé du Brésil et assigné à résidence à Vienne près de Lyon. Dans un élan de solidarité, ses collègues du LHC (accélérateur de particules du Cern situé entre la France et la Suisse [2]) ont déplacé le colloque jusqu’à lui.

Ce matin, des chercheurs du LHCb du laboratoire de physique des particules du CERN, près de Genève, ont partagé leurs voitures : direction la frontière française et Vienne, à 2 heures de route de là. Une trentaine de chercheurs étaient présents, certains avaient pris le train ou l’avion pour venir, tandis qu’une quinzaine d’autres, qui n’avaient pas pu faire le déplacement, se sont exprimés par vidéoconférences depuis la Chine, les Etats-Unis et le Brésil.

Cette conférence d’une journée intitulée “Bc physics and semileptonic B decays in the LHC era” s’est tenue au sein d’une école de commerce située près de Vienne, une pause de 30 minutes était prévue dans l’après-midi pour permettre à Hicheur d’aller pointer au commissariat comme l’impose son assignation à résidence. Il a également donné une conférence sur le méson B.

JPEG - 142.8 ko
Intervention d’Adlène Hicheur à Vienne le 13 décembre 2016.

“Plusieurs de mes collègues et moi avons organisé des séminaires pour soutenir Adlène et lui montrer qu’une grande partie de la communauté scientifique était derrière lui” précise Vicenzo Vagnoni, coordinateur du LHCb et chercheur à l’institut national de physique nucléaire de Bologne en Italie.

Ce congrès à Vienne a également permis à Hicheur de faire ses adieux, confie Vagnoni. Hicheur va voir son assignation à résidence levée uniquement en échange de son déménagement prochain en Algérie où il a peu de chance de pouvoir continuer ses travaux de recherche dans le domaine de la physique des particules. Hicheur a la double nationalité française et algérienne ; en octobre il a fait la demande auprès du gouvernement d’être déchu de sa nationalité française, ce qui lui permettra de quitter le pays. Les autorités ont accepté en échange de détails sur son départ et à la condition d’être escorté par la police jusqu’à l’aéroport.

Hicheur a annoncé avoir prévu de quitter le pays d’ici deux semaines. “Il va bientôt devoir abandonner la seule passion de sa vie : la physique. Ce congrès est pour nous un moyen de lui dire au revoir et de lui souhaiter le meilleur dans la vie” a dit Vagnoni.

JPEG - 83.6 ko
Les physiciens devant le commissariat de Vienne.

Soutien de la part des physiciens

Au Brésil, Hicheur a refait sa vie à l’université fédérale de Rio de Janeiro après avoir passé presque 3 ans en détention provisoire en France. En 2012, il a été reconnu coupable d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste après avoir été soupçonné de planifier, avec la branche nord africaine d’Al-Qaïda, un attentat sur le sol français contre des cibles militaires et économiques. Il a été libéré après sa condamnation car sa durée de détention provisoire était supérieur à sa peine. Hicheur, ainsi que son comité de soutien composé de scientifiques, ont depuis longtemps souligné le fait qu’il s’agisse d’une erreur judiciaire et que les preuves avancées ne reposent sur rien.

L’expulsion d’Hicheur de Rio de Janeiro en juin, suite à quoi il a été immédiatement assigné à résidence, a soulevé une vague d’indignation auprès de ses collègues qui dénoncent une décision injuste et arbitraire. “Je pense qu’Adlène n’a particulièrement pas eu de chance de voir ces trois événements se combiner : la crise politique au Brésil, l’arrivée prochaine des Jeux Olympiques et l’état d’urgence en France” affirme Vagnoni.

D’autres chercheurs ont également apporté leur soutien à Hicheur. Le mois dernier, le congrès scientifique de physique des particules d’Amérique latine réuni à Antigua au Guatemala, a permis à Hicheur de prononcer son allocution plénière en vidéo depuis chez lui, aux alentours de minuit heure locale, et donc ainsi de pouvoir s’expliquer sur sa situation devant l’auditoire.

Cet aménagement était une marque de solidarité de la part de la communauté, a dit John Ellis, chercheur en physique théorique au CERN et au King’s College de Londres, qui a aidé à organiser la liaison vidéo et qui a introduit l’allocution plénière de Hicheur. Il était aussi important pour la science que le LHCb brésilien ait choisi Hicheur pour présenter en leur nom les dernières conclusions de leurs travaux. “Tout ce qui arrive à Adlène est une tragédie” a-t-il ajouté.

“Je suis particulièrement touché par ces geste de soutien” a dit Hicheur. “En plus du soutien de ma famille, le soutien de mes collègues en ces temps difficiles a été essentiel.” Il affirme vouloir continuer les poursuites judiciaires au Brésil pour contester la légalité de son expulsion.

Hicheur n’a pas encore de projets préétablis pour le moment où il devra déménager en Algérie. Mais il dit vouloir continuer à travailler dans le domaine scientifique, peut-être au départ en enseignant la physique à l’université en Algérie, ou en continuant sa passion pour le développement durable, et en reprenant ailleurs sa carrière de chercheur en physique des particules. Il reste stoïque malgré ce qu’il a traversé. “J’essaye de rester positif, même dans les pires situations” dit-il. “Et ce qui arrive est une expérience enrichissante, c’est une leçon.”

hot
Les États-Unis interdisent de territoire les activistes français
17 janv. 17 - International, Terreur - 2 min
au hasard
Un état d’urgence à n’en plus finir

Comprendre la situation française à partir de la Tunisie, second volet.

14 nov. 16 - Positions, Terreur, International - 19 min
lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :