Alain Bauer dans le Mooc

Une lectrice de lundimatin se forme à la criminologie

paru dans lundimatin#60, le 9 mai 2016

En octobre 2015, des lecteurs nous soumettaient leur analyse quant à l’entartage du number one des criminologues français. La vidéo du drame était publiée quelques heures plus tard. Cette semaine, c’est une lectrice qui nous envoie son retour d’expérience après avoir suivi dans son intégralité les cours de criminologie sur le web de M. Bauer.

On ne présente plus Alain BAUER. Criminologue renommé, expert en sécurité, en terrorisme et en gastronomie, il ne doit son ascension qu’à des compétences reconnues de façon unanime par ses pairs . Les media ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui régulièrement font appel à lui depuis de nombreuses années pour décrypter les phénomènes délinquants et terroristes. En outre, et c’est heureux, il n’est pas qu’un universitaire qui met son intelligence au service de la recherche et de la pédagogie, il vend également ses conseils stratégiques en matière de sécurité et de gestion de crise à des entreprises privées ou des collectivités territoriales. Ajoutons pour être complet qu’il a siégé ou siège encore, souvent même a présidé ou préside encore, différents organismes publics tels l’Observatoire national de la délinquance, le Conseil supérieur français de la recherche stratégique, la Commission nationale de la vidéo-surveillance, le Conseil national des activités privées de sécurité ; il a enfin été mandaté pour quelques missions ministérielles, comme celle du contrôle des fichiers de la police et de la gendarmerie. Lorsqu’il lui reste un peu de temps, il se rend à la loge du Grand Orient de France, qu’il a un temps dirigée. Pour notre plus grand bonheur, Alain BAUER est un hyperactif, qui, quelle que soit la majorité gouvernementale et bien qu’issu des rangs du parti socialiste, reste une lumière dans l’obscurité que constitue la lutte contre l’Insécurité avec un grand I.

Aussi, lorsque le 14 novembre dernier, secoué comme nous tous au lendemain des tueries de Paris et de Saint-Denis, je réalise que son MOOC sur le terrorisme va démarrer le lundi 16 novembre (la date initiale fixée au 2 novembre ayant été repoussée au 16), je me félicite de m’y être inscrit quelques semaines auparavant : je vais sans aucun doute y trouver quelques clefs de compréhension. Le Monde m’avait d’ailleurs recommandé de suivre à ce MOOC. De fait, comblé par cette expérience, je désire la faire partager avec les lecteurs de lundimatin : puissiez-vous, comme moi, vous sentir rassérénés par la puissance d’analyse et le sérieux de ceux qui nourrissent la pensée de nos gouvernants et décideurs en matière de lutte contre le terrorisme. Par ailleurs, en ce moment, nombreux sont ceux qui critiquent différents experts plus ou moins autoproclamés omniprésents dans les medias ; FranceTvInfo par exemple nous en offre un petit recensement dont Alain BAUER, et, à juste titre, classe ce dernier dans la catégorie « sérieux » au motif particulièrement pertinent que « son CV interminable parle pour lui et ses nombreux ouvrages prouvent son travail de fond ».
Oui, rendons hommage à ce "travail de fond".

Ce qui frappe d’emblée lorsque l’on suit ce MOOC, c’est la pédagogie et la convivialité. Alain BAUER vous dit bonjour en début de chaque séquence enregistrée d’une durée de 8 à 10 minutes, et ça déjà c’est appréciable ; face caméra, il ne se contente pas de lire un prompteur, mais utilise également des supports visuels modernes et aboutis. Exemple :

Le forum de discussion est quant à lui un lieu de débats et d’échanges souvent intéressants. Jugez plutôt :


On regrette d’ailleurs qu’Alain BAUER ne modère pas lui-même le forum et n’y participe pas. Mais en fin de chaque semaine, il revêt ses équipements de combat, et nous offre un échange en direct, lors duquel il répond aux questions posées pendant la semaine. Toujours un grand moment.

Enfin, vous pouvez évaluer vos connaissances en fin de semaine, à l’aide de QCM ; les meilleurs d’entre nous pourront même se voir délivrer un certificat. J’ai échoué ; il faut dire qu’Alain BAUER est piégeux :

Ça c’est pour l’aspect pédagogique de la chose.
Au delà, d’une manière générale sur le fond, c’est assez intéressant, car Alain BAUER vous résume tout wikipédia sur un certains nombre d’éléments concernant des mouvements révolutionnaires, terroristes, des organisations criminelles, les dates clefs de la construction de la législation internationale ou nationale de prévention et répression du terrorisme, ou encore des évènements marquants dans l’histoire du terrorisme. En outre, il ne vous encombre pas d’une inutile bibliographie comme malheureusement le font beaucoup d’universitaires. On y gagne un temps précieux, sans se fatiguer trop les neurones.

Pour le détail, nous pouvons rapidement repérer qu’Alain BAUER procède à des classifications éclairantes et opérantes. Ainsi, après nous avoir expliqué qu’il n’y a pas de définition du terrorisme, que ce soit au niveau international ou national, puisque notre Code pénal définit seulement les actes susceptibles d’être qualifiés d’actes terroristes, il nous apprend, s’agissant des finalités du terrorisme, qu’elles sont "plurielles" :

- politiques : ça ce sont ceux qui réclament l’indépendance d’une communauté (ex : l’OLP, les FARC) ;

- idéologiques : ça ce sont les rouges et anar’ divers et variés (ex : fraction armée rouge, brigades rouges, action directe) et les groupuscules d’extrême droite ; rien de politique, donc ;

- séparatistes (ex : l’ETA, l’IRA) ; rien de politique non plus ;

- religieuses ; là tout de même, il concède que la frontière avec la finalité politique est parfois ténue ;

- criminelles : une variante de la criminalité organisée en somme ; mais ça n’est pas si simple non plus car certaines organisations terroristes ont des liens avec la criminalité organisée, et, nous dit Alain BAUER, "l’évolution récente du terrorisme montre d’ailleurs que de nombreux groupes terroristes, agissant sous couvert de motifs religieux, idéologiques ou politiques, sont en fait de simples trafiquants d’armes ou de stupéfiants" qui vont utiliser les méthodes terroristes pour rentabiliser leur trafic, de sorte que certains Etats vont chercher à dépolitiser l’action de ces groupes pour les classer dans la criminalité organisée ;

- sociétales (ex : l’"écoterrorisme", des militants anti-avortement ou de la cause animale, Unabomber) ; attention précise-t-il, "la distinction entre terrorisme sociétal et idéologique est parfois difficile. — (mais toujours rien de politique en revanche) — Selon Jean-François DAGUZAN, auteur de « Terrorisme(s), Abrégé D’une Violence Qui Dure », il voit dans les actions de certains groupes d’ultra-gauche, comme ceux qui avaient saboté des caténaires de la SNCF, un modèle de terrorisme sociétal. On peut également s’interroger sur la classification dans cette catégorie des nouvelles formes de protestation violente dans le monde ouvrier suite à la fermeture d’usines et à l’utilisation d’explosifs par exemple, pour protester contre les licenciements." ; on pourrait surtout s’interroger sur le fait de donner une qualification terroriste à ces actions ; d’ailleurs, les juges d’instruction de l’affaire des sabotages de caténaires dite de Tarnac ont finalement opté pour le renvoi devant le tribunal correctionnel de certains mis en examen sous une qualification de droit commun, écartant la qualification terroriste retenue auparavant....

Ajoutez à cela qu’Alain BAUER nous explique aussi qu’on différencie les guerilleros des terroristes parce qu’ils luttent pour tenir un territoire et non pour une cause, tout en nous expliquant que certains terroristes ont pour finalité l’obtention de leur autonomie sur un territoire donné ; il nous expliquera plus loin également que certains groupes qui tiennent un territoire vont utiliser les moyens du terrorisme. Il nous a également rappelé que parfois, les résistants d’hier, sont les terroristes de demain, et vice-versa. Et lors de l’échange en direct pour répondre aux questions des internautes, à la question de savoir si le zadisme (NB : rien à voir avec Voltaire) est un terrorisme, il répond que non, bien sûr que non (les zadistes fichés S sont bien contents de l’apprendre), mais qu’il reste toujours intéressant d’observer le point de bascule vers le terrorisme de mouvements qui utilisent des méthodes violentes. Bref, le zadisme n’est pas du terrorisme, mais pourrait le devenir.

Finalement, ce qu’il faut en retenir est assez juste : c’est le bordel, à l’instar de ces classifications complètements hasardeuses. Tout peut être ou devenir terrorisme, et inversement du terrorisme peut ne pas ou plus en être. Des enjeux qui s’attachent à cette qualification, qui en décide et selon quel processus, en revanche il ne nous dira rien, ou pas grand-chose ; c’est bien dommage car on sentait un bon potentiel de l’auteur.

En revanche, il développe des concepts clefs originaux, qui vont bien au delà de la formule choc, et permettent sans doute aux antiterroristes de tous les pays (unissez-vous) d’ajuster leurs outils d’analyse prospective ; car ce qu’il faut bien comprendre, c’est que nous vivons une véritable "révolution dans les affaires de terrorisme", et plus précisément le "passage d’un terrorisme singulier à des terrorismes pluriels". C’est en effet véritablement la révolution, car nous devons faire face désormais à tout ceci :

- l’hybridation, encore appelée par Alain BAUER lors de certaines interventions le gangsterrorisme, ou plus récemment encore l’uberterrorisme : c’est "la tendance des groupes terroristes à s’impliquer dans des activités illicites, non seulement pour leur financement, mais aussi comme un but en soi. Désormais, la frontière s’estompe entre terroristes et criminels de droit commun, soit en raison de l’utilisation croissante par les réseaux terroristes de procédés criminels, soit par les contacts que ces mêmes groupes nouent de façon ponctuelle avec le crime organisé" ; en effet, aupravant, les groupes terroristes ne traitaient qu’avec les honnêtes gens ;

- le lumpenterrorisme : c’est le terrorisme du pauvre, tout simplement ; c’est celui pratiqué par des individus plus ou moins isolés et avec les moyens du bord (mais qui ne sont paspour autant des "loups solitaires", en ce sens qu’ils sont en lien avec une organisation terroriste, mais de façon ponctuelle ou juste avant leur passage à l’acte, de sorte qu’ils sont difficiles à déceler) ; il y a bien aussi dans cette catégorie quelques foufous, et ça c’est nouveau, c’est révolutionnaire dans le monde terroriste ;

- la radicalisation 2.0 : le rôle désormais essentiel d’internet et des réseaux sociaux dans cette radicalisation pour ce qu’on pourrait appeler les "autodidactes du terrorisme" (oui Alain BAUER a décidément le sens de la formule) ; c’est vrai qu’avant internet, il n’y avait pas internet ; mais surtout, nous sommes intéressés d’apprendre que cette radicalisation ne touche apparemment que les "jeunes gens entre deux cultures, nés ou élevés en Occident mais indécis sur la nature de leur racine" ; car, apprend-on plus loin, "la situation de ces entre-deux cultures, le refus du matérialisme, de la pornographie, le rejet des libéralismes qui marquent l’évolution des sociétés occidentales permettent à des conservateurs de devenir des radicaux, soit pour se reconnecter à leurs origines, soit pour rompre définitivement avec leur parcours social intégré antérieur.".

- si ce concept n’est pas développé dans le MOOC, Alain BAUER a eu l’occasion de développer dans une récente conférence une nouvelle catégorie de terroristes : les "terroristes honteux", c’est à dire ceux qui ne revendiquent pas les actes terroristes qu’on leur impute mais contestent y avoir participé ou leur qualification d’acte terroriste ; la taqqiyah judiciaire, en quelque sorte ; une petite déception tout de même : l’équipe de Tarnac n’est même pas citée dans cette catégorie. [1] ; c’est qu’ils deviennent retors, ces terroristes, mais heureusement, ce n’est pour le moment qu’une tendance limitée.

Pour finir, même si j’espère vous avoir déjà fait toucher du doigt le génie de l’analyste, il faut bien garder en tête qu’Alain Bauer a enregistré ce MOOC avant les évènements du 13 novembre. Il ne saurait dès lors être suspect d’une quelconque collusion avec le pouvoir en place ou bien d’avoir adapté ses analyses pour les faire coller avec la réalité des faits. Et c’est bien ce qui fait toute la force de ce MOOC.

Mais comme Alain BAUER n’est pas avare de son temps, il a tout de même pris soin d’enregistrer une séquence supplémentaire "spéciale attentats du 13 novembre", que j’ai eu la joie, à l’instar de mes CoMOOCquiers, de découvrir en fin de cursus.
Et c’est heureux qu’il l’ait fait, parce qu’à vrai dire, j’ai eu peur à la fin de la première séquence : quelle ne fût en effet pas ma consternation lorsque j’entendis Alain BAUER fustiger le concept américain de "guerre contre le terrorisme". Concept en effet non partagé par la France, qui, selon Alain BAUER, si elle "n’a pas défini le terrorisme (...) a aujourd’hui l’outil de répression, de dissuasion et de lutte procédurale contre le terrorisme probablement le plus moderne d’Europe." Lorsque j’entends ça quelques jours après le 13 novembre, je me dis :"OUF, nous sommes modernes ; qu’est-ce que les autres pays européens doivent se prendre dans la gueule !".

Mais revenons à nos MOOCons, et qu’est-ce donc que cette "guerre contre le terrorisme" si chère aux Etats-Unis ?
"Après les attentats qui ont frappé les Etats-Unis en septembre 2001, le Président BUSH bouleversera la politique étrangère des Etats-Unis en inventant un concept, celui de guerre contre le terrorisme. Le concept et les aboutissants de la guerre contre le terrorisme marquent définitivement la fin d’une vision des relations internationales établie notamment par les Etats-Unis durant la guerre froide. La guerre contre le terrorisme s’oppose aux théories prédominantes durant 40 ans dans le monde. Elle est décrétée par l’Administration américaine, elle n’a pas pour but de viser un Etat précis, mais contre un phénomène infra-étatique flou et difficile à identifier. L’ennemi utilise alors des moyens non conventionnels et asymétriques et, pour pallier à cette difficulté, il est annoncé par le Président George WALKER BUSH, le 21 septembre 2001 devant le Congrès : « Qui n’est pas avec nous, est contre nous ». Une courte citation qui précise assez clairement que les Etats-Unis définissent qui est terroriste, et exigent des autres Etats qu’ils soient d’accord ou pas d’accord, de soutenir la politique américaine dans sa lutte contre le terrorisme de manière ouverte et claire, ou être considérés comme des soutiens voire des complices du terroriste. Comme durant la guerre froide, les Etats-Unis adoptent une nouvelle vision binaire des relations internationales. Mais là où, dans le passé, les théoriciens utilisaient des justificatifs stratégiques et idéologiques, le Président BUSH considère qu’il y a des concepts appréciatifs qui sont simplifiés : le Bien, le Mal, qui remplacent le vocabulaire diplomatique traditionnel par un vocabulaire plus religieux.".

Je crois ensuite comprendre que ce nouveau concept n’est pas très très malin et sert juste à masquer une certaine incompétence.

"En fait, on considère que la guerre au terrorisme est d’abord un moyen de politique internationale qui vise à exporter des éléments de politique intérieure américains pour remplacer une absence de politique extérieure, en tout cas, définie sur les réalités des problématiques terroristes et pas des mouvements de contrôle des territoires, notamment au Moyen-Orient.".

Ce qui n’est pas sans poser problème, apparemment.

"Les Etats-Unis ont également bouleversé le Droit international humanitaire, qui ne prévoyait que deux types de guerre : le conflit armé international d’Etat à Etat, et un conflit armé non international opposant des groupes armés internes. Or la guerre contre le terrorisme ne rentre dans aucune des deux catégories, ce qui pose à la fois un problème d’interprétation des conventions internationales, de la Convention de Genève, et également de savoir qui est l’ennemi, ce qui a nécessité la création d’une nouvelle catégorie dite d’ennemi combattant qui n’entre dans aucune des catégories clairement identifiées, et qui a abouti aussi à la création du camp d’internement de GUANTANAMO, hors du territoire américain, soumis à des règles extraordinaires, et dont nul ne sait d’ailleurs aujourd’hui comment se débarrasser après quasiment 15 ans de lutte contre le terrorisme.".

Les experts internationaux, dont Alain BAUER, n’ont semblent-ils pas de mots assez durs contre ce concept de "guerre au terrorisme".

"On voit bien à cet égard que la guerre contre le terrorisme est une conception qui n’a pas de limite, ni dans le temps ni dans l’espace. Et donc les régions, notamment le Moyen-Orient, sont directement impliquées ou impactées, ainsi que le Sud-est asiatique, par ce type d’opération. Les choix montrent d’ailleurs qu’il y a une problématique générale, puisque la guerre contre le terrorisme est essentiellement une opération de police largement étendue. Et d’ailleurs, la plupart des experts internationaux tombent d’accord pour dire qu’on ne peut pas faire la guerre au terrorisme, qu’on doit y faire la police. Et donc, on est très loin de l’idée générale qui était celle du débat international sur la lutte contre le terrorisme, la prévention du terrorisme, et les actes terroristes. Les Etats-Unis, par des soucis de commodité après une attaque historiquement très forte, l’hyperterrorisme, ont dû modifier et moduler leur manière d’interpréter le terrorisme en créant les conditions, non pas d’une définition, mais du mode opératoire qu’ils indiquent dans une logique de guerre, c’est-à-dire, une procédure militaire, alors même qu’ils ne sont pas en situation de dire qui est l’ennemi.".

J’entends ces mots sortir de la bouche d’Alain BAUER le 16 novembre. Perplexité, grattage de tête, sentiment d’oppression. Car, dès ce 14 novembre, Manuel VALLS n’a-t-il pas justement déclaré solennellement (après quelques gallots d’essai un peu plus discrets durant l’année écoulée) la guerre au terrorisme, face à ce qu’il nomme lui-même une "véritable armée" djihadiste, laquelle a décidé, depuis des mois voire des années, de s’attaquer à la France parce que c’est une démocratie ?

J’ai donc eu peur- je n’étais pas terrorisée, mais presque - à la fin de cette première séquence, à la fois en me demandant si Manuel VALLS ne se fourvoyait pas et parce que je sais le lien amical (je ne dirai pas "fraternel", mais nous n’en sommes pas loin), de longue date, qui unit Manuel VALLS et Alain BAUER, lequel est du reste le parrain d’un de ses enfants. Attention, photo de famille :

Et puis j’ai regardé "autopsie d’un attentat", et j’ai été largement rassurée : non, Manuel VALLS ne se fourvoyait pas, non leur amitié ne serait pas brisée sur l’autel de la lutte contre le terrorisme, et non, Alain BAUER ne fait pas volte face : c’est tout simplement le terrorisme qui a changé de visage et qui est entré dans une nouvelle ère.
"Il s’agit donc d’un attentat emblématique qui ouvre la voie à une modification des interprétations qu’on peut avoir des opérations. L’Etat Islamique est une armée mercenaire barbare utilisant le terrorisme comme un moyen de faire la guerre par d’autres moyens - c’est justement la définition clausewitzienne revisitée par l’Etat Islamique- et c’est probablement ce qu’il faudra conserver de ce tragique évènement du 13 novembre qui provoquera officiellement une déclaration de guerre de la France à ce qui n’est donc pas un groupe terroriste mais un Etat qui utilise et pratique le terrorisme."
Et c’est ainsi que grâce à Alain BAUER, j’ai tout compris. Depuis j’ai assisté, incrédule derrière mon écran, aux attentats de Bruxelles, et je me réjouis à l’idée qu’il existe de tels experts pour aller précher sans relâche la bonne parole.
Quant à moi, je ne vous cache pas que j’attends avec impatience son prochain MOOC ; si je devais lui faire une suggestion quant au thème à traiter, je lui proposerais bien ce sujet dont il semble l’un des spécialistes incontestés et pour le coup incontestable : "promouvoir son auto-entreprise et entretenir ses réseaux".

[1Voir http://www.institutdiderot.fr/lavenir-du-terrorisme-2/ ou en version papier http://www.institutdiderot.fr/lavenir-du-terrorisme-4/ où l’on découvre avec ravissement qu’Alain BAUER est également constitutionnaliste : « ll y a dans les propositions du chef de l’Etat la volonté d’améliorer la loi sur l’Etat d’urgence et, de mon point de vue de constitutionnaliste, c’est là un vrai sujet qui ne peut être sous-estimé ».

hot
Flash-ball : le lycéen nantais jugé co-responsable du tir qui l’a éborgné

L’état condamné à ne verser que la moitié des indemnités.

- 5 déc. 16 - Positions, Rencontres, Terreur - 9 min

au hasard
Cauchemars et facéties #12

Lu sur l’internet.

Cauchemardos - 4 janv. 16 - - 30 min

lundimatin c'est tous les lundi matin, et si vous le voulez,
Vous avez aimé? Ces articles pourraient vous plaire :